Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.michelledastier.com/

 

Une liste de dix signes de l’Esprit de prophétie selon la Parole de Dieu.

Tous les auteurs de la Bible étaient des hommes comme vous et moi. Ils ont été saisis par l’Esprit du Seigneur pour écrire une révélation de Dieu.

Tous les livres de la Bible ont été directement inspirés par l’Esprit du Seigneur, donc tous les auteurs des livres de la Bible étaient des prophètes qui ont reçu une parole de Dieu et qui l’ont écrite.

Et il y a eu une parfaite coordination entre l’Esprit du Seigneur et la personnalité de l’écrivain biblique.

 

Vous voyez que chaque écrivain a sa personnalité, chacun a son style et pourtant, c’était mot à mot que le Seigneur leur inspirait la parole qu’ils ont écrite et cette parole était littéralement le souffle de Dieu qui passait au travers d’eux. Ils en ont été non pas les secrétaires comme ceux qui font de l’écriture automatique, qui sont pris par un mauvais esprit.

Ils ont été en coopération complète avec le Saint-Esprit, au point que certains ne se sont même pas rendus compte que la parole qu’ils écrivaient (comme les lettres de Paul), était directement, mot à mot, au iota près, inspirée directement par le Saint-Esprit pour constituer ce qui allait être plus tard le Canon des Ecritures.

Paul savait très bien qu’il parlait avec l’Esprit du Seigneur, mais est-ce qu’il se rendait compte, au moment où il écrivait la lettre aux Corinthiens ou aux Galates qu’il était en train d’écrire mot à mot, exactement ce que le Saint-Esprit lui inspirait, à la lettre près, pour faire partie des écritures éternelles de Dieu ?

Je ne pense pas que sur le moment il s’en soit rendu compte. Mais il savait en tout cas qu’il parlait, inspiré par l’Esprit du Seigneur, c’est sûr.

Dans 2 Timothée 3 : 16, nous lisons :

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre ». Remarquez que le texte grec ne dit pas : « Toute Ecriture est inspirée de Dieu », il dit : « Toute Ecriture est expirée de Dieu ».

Et ça parle beaucoup plus parce qu’on voit que l’Ecriture, c’est une expiration de Dieu, comme un souffle qui sort de Dieu et qui s’exprime par sa Parole, qui sort de lui, souffle vivant qui vient, sous forme écrite par un auteur qui est inspiré par le Seigneur.

Donc toute parole est vraiment expirée de Dieu,

elle sort de son coeur comme un souf-fle qui sort de lui

et qui est mise par écrit par un homme qui est saisi par l’Esprit de prophétie, l’Esprit du Seigneur.

Dix signes pour aider à discerner et juger

Je vais maintenant vous donner les dix signes qui doivent se trouver présents etqui nous permettent de juger si l’Esprit de prophétie qui se manifeste au travers d’un homme vient vraiment du Seigneur ou pas.

Comment distinguer les vrais prophètes, animés par l’Esprit de prophétie du Seigneur, des faux prophètes.

- Le premier signe, c’est que les vrais prophètes sont conscients d’avoir reçu un appel très précis de Dieu, un appel prophétique de Dieu lui-même.

Vous me direz : les faux aussi !

C’est pour cela que ce signe à lui tout seul n’est pas suffisant.

Parce qu’un faux prophète peut être séduit et peut avoir reçu une révélation d’un dieu qui n’est pas le vrai Dieu et être conscient d’un appel divin, mais qui n’est pas du Dieu d’Israël, du vrai Dieu !

Mais en tout cas, les vrais prophètes sont conscients que Dieu s’est manifesté à eux et leur a donné un appel prophétique direct.

Vous le verrez dans tous les ministères des prophètes, que ce soit Esaïe, que ce soit Jérémie, Ezéchiel, Daniel. Dieu s’est manifesté à eux et souvent, ils ne cherchaient pas à être prophètes du tout.

Dieu a choisi lui-même de tels hommes, certains dès le sein de leur mère, pour qu’ils soient ses porte-parole et qu’ils soient des prophètes. Et ils le savaient très bien.

Quelquefois, ils ne l’ont pas accepté comme Jonas qui avait été choisi par Dieu pour porter une parole et qui s’est enfui. Mais en tout cas, il savait très bien que c’était Dieu qui lui avait parlé.

Lisons dans 1 Samuel 3, au verset 19 :

« Samuel grandissait. L’Eternel était avec lui, et il ne laissa tomber à terre aucune de ses paroles. Tout Israël, depuis Dan jusqu’à Beer-Schéba, reconnut que Samuel était établi prophète de l’Eternel. L’Eternel continuait à apparaître dans Silo ; car l’Eternel se révélait à Samuel, dans Silo, par la Parole de l’Eternel ».

Vous savez que la première fois que Dieu a parlé à Samuel, il n’a pas reconnu la voix de Dieu.

Il croyait que c’était le sacrificateur Eli qui l’appelait au milieu de la nuit :

« Samuel, Samuel ».

La deuxième fois non plus.

La troisième fois Eli lui a dit :

« Ce doit être Dieu. S’il t’appelle encore une fois, réponds : Parle Seigneur, ton serviteur écoute ».

Et ainsi, le petit Samuel a appris à reconnaître la voix de Dieu et en grandissant, il savait très bien reconnaître quand Dieu lui parlait ou pas.

Et Dieu se manifestait à lui par des visions, par une parole directe.

Il se révélait à lui, et tout le monde le savait. C’était un appel très précis du Seigneur.

Pour tous les prophètes, il y a eu un moment donné où Dieu s’est manifesté à eux, soit par une parole audible, soit par une vision directe, soit par quelque chose de très fort qui leur a montré que c’était Dieu qui leur parlait, leur disant :

-  » »Maintenant, je t’établis prophète, je te donne mes paroles, je les mets dans ta bouche, parle »".

Nous voyons un autre exemple dans Ezéchiel 2, au verset 3.

Ezéchiel voit cette vision extraordinaire, et il y a de quoi être impressionné. Et il entend la voix de Dieu lui dire :

« Fils de l’homme, je t’envoie vers les enfants d’Israël, vers ces peuples rebelles, qui se sont révoltés contre moi ; eux et leurs pères ont péché contre moi, jusqu’au jour même où nous sommes. Ce sont des enfants à la face impudente et au coeur endurci ; je t’envoie vers eux et tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel. Qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas (car c’est une famille de rebelles), ils sauront qu’un prophète est au milieu d’eux ».

Dans Esaïe 6, quand Dieu se manifeste, c’est la même expérience, Daniel aussi, Amos aussi.

Tous les autres prophètes, Dieu s’est manifesté à eux et leur a dit :

« Je t’envoie ».

Jérémie aussi. Jérémie ne voulait pas y aller, il disait :

« Je suis trop jeune, Seigneur » (Jérémie chapitre 1).

Dieu dit :

« Je t’ai établi prophète des nations. Ne tremble pas devant eux ».

Dans Jérémie 20 et au verset 9, Jérémie dit :

« Si je dis : Je ne ferai plus mention de lui, je ne parlerai plus en son nom, il y a dans mon coeur comme un feu dévorant qui est renfermé dans mes os. Je m’efforce de le contenir et je ne le puis ».

Donc il était non seulement conscient d’avoir été appelé par Dieu, mais la Parole de Dieu l’habitait tellement, le remplissait tellement, qu’il était pressé par l’Esprit du Seigneur à annoncer cette parole et il ne pouvait pas ne pas reconnaître cet appel et ne pas y répondre.

Il aurait pu, s’il avait voulu comme Jonas, mais il ne pouvait pas parce que c’était un vrai serviteur de Dieu.

En conclusion, le premier signe, c’est que les vrais prophètes sont conscients d’avoir reçu un appel très précis de Dieu lui-même.

- Le deuxième signe, c’est que tous les vrais prophètes parlent au nom du vrai Dieu, du Dieu unique.

Il n’y en a qu’un !

Les faux aussi prétendent parler au nom du vrai Dieu. Combien de faux prophètes dans la Bible ont dit :

« Ainsi parle l’Eternel », du temps de Jérémie et d’autres. !

Des faux prophètes parlaient au nom de l’Eternel.

Donc ce n’est pas un signe qui suffit en soi.

Dans Deutéronome 13 et au verset 1, nous lisons :

« S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur, qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant : Allons après d’autres dieux, – des dieux que tu ne connais pas- et servons-les ! tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est l’Eternel votre Dieu qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Eternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme ».

C’étaient des gens qui prophétisaient, mais pas au nom du vrai Dieu, au nom de faux dieux, en leur disant :

« Venez suivre ces dieux-là ».

Des miracles et des signes s’accomplissaient qui, en apparence, confirmaient leur message.

La frontière n’est pas toujours facile. Paul parle d’un autre évangile, d’un autre Jésus et d’un autre esprit qui est annoncé, et il dit : vous les recevez fort bien.

Si quelqu’un dit qu’il vient au nom de Dieu, alors qu’en réalité il vient au nom d’un autre dieu, ce n’est pas toujours facile à discerner.

Si quelqu’un arrive devant vous en disant :

- « Je suis envoyé par Bouddha ou par Mahomet pour t’annoncer une vérité de Dieu »,

on va tout de suite voir que ce n’est pas vrai !

Mais si quelqu’un dit :

- « Je viens au nom de Jésus de Nazareth te dire certaines choses »,

on est en droit d’être vigilant et de lui poser la question :

- Quel Jésus viens-tu m’annoncer ?

Parce que nous savons que le Jésus des Témoins de Jéhovah n’est pas le vrai Jésus de la Bible ;

que le Jésus des Mormons, le Jésus des Catholiques, le Jésus de bien des mouvements,

n’est pas le vrai Jésus de la Bible,

parce qu’on a ajouté certaines choses qui ne sont pas dans la Parole, ou enlevé certaines choses de la Parole.

Donc si quelqu’un vient te dire :

- « Je viens te parler au nom du vrai Dieu » ou :

- « Dieu m’a dit que »,

tu dois écouter soigneusement ce qui t’est dit, et tu dois comparer le dieu qui t’est annoncé au vrai Dieu de la Bible, tel qu’il est annoncé dans l’ensemble de la Parole de Dieu.

Donc nous devons bien connaître la doctrine de Christ, tout ce qui touche à la personne, à l’oeuvre de Jésus-Christ, pour pouvoir comparer si on nous annonce un autre Jésus ou un faux dieu, ou un autre évangile.

Il faut aussi qu’il ne parle pas de lui-même.

Quand Jésus dit :

« Je ne dis rien de moi-même »

ou

« Tout ce que je dis, c’est le Père qui me l’a dit »

ou

« J’ai entendu auprès du Père tout ce que je vous annonce » etc.

Il ne venait pas s’annoncer lui-même, il venait annoncer quelque chose de la part de son Père.

Donc, méfions-nous de ceux qui se recommandent eux-mêmes ou qui viennent s’annoncer eux-mêmes ou qui auraient une parole à dire qui viendrait d’eux-mêmes.

Le deuxième signe, je le répète, c’est que tous les vrais prophètes parlent au nom du vrai Dieu, du Dieu unique.

- Le troisième signe, qui doit être présent, c’est que les vrais prophètes, quand ils annoncent leur parole, parlent toujours par révélation ou inspiration divine directe.

La parole prophétique c’est vraiment une parole de Dieu surnaturelle qui est donnée à un homme et qui doit être transmise telle quelle.

Par exemple, dans Jérémie 23:16, le prophète Jérémie dit ceci :

« Ainsi parle l’Eternel des armées ». Donc quand il dit : « Ainsi parle l’Eternel des armées » ou : « Ainsi parle l’Eternel »,

il dit une parole qu’il a reçue directement du Seigneur.

Il ne dit pas comment il l’a reçue. Est-ce que c’est une voix audible, ou est-ce que c’est l’Esprit qui a imprimé cela dans son coeur, on ne sait pas, mais c’est quelque chose qui vient de l’Eternel à la lettre près.

« Ainsi parle l’Eternel des armées : N’écoutez pas les paroles des prophètes qui vous prophétisent ! Ils vous entraînent à des choses de néant. Ils disent les visions de leurs coeurs et non ce qui vient de la bouche de l’Eternel ».

Le vrai prophète parle par révélation directe de Dieu qui vient vraiment de la bouche et du coeur de l’Eternel.

« Ils disent à ceux qui me méprisent : L’Eternel a dit : Vous aurez la paix ».

Vous voyez, ces faux prophètes arriver en disant :

- « L’Eternel a dit : vous aurez la paix, ne vous inquiétez pas ».

Donc apparemment, c’étaient des vrais prophètes qui parlaient de la part de l’Eternel, mais ils annonçaient la paix au lieu d’annoncer la repentance à des gens qui vivaient dans le péché

et ils allaient dans le sens de leur péché,

en leur disant :

- « Ne vous inquiétez pas, Dieu est avec vous, vous êtes enfants de Dieu, tout va bien ».

Il ajoute au verset 18 :

« Qui donc a assisté au conseil de l’Eternel pour voir, pour écouter sa Parole ? Qui a prêté l’oreille à sa Parole ? Qui l’a entendue ? »

Vous voyez, le vrai prophète assiste au conseil de l’Eternel, entend sa Parole et la reçoit telle que l’Eternel la donne.

C’est vraiment important.

Cela ne veut pas dire que l’enseignant ou le docteur n’assiste pas au conseil de l’Eternel et ne reçoit pas sa Parole, mais il y a quelque chose de plus littéral dans ce que le prophète donne.

Le prophète reçoit vraiment une parole de Dieu et doit la donner telle quelle au mot près.

Personnellement, il m’est arrivé assez rarement de rencontrer cette forme de ministère. On rencontre plus souvent ce qu’on appelle le don de prophétie, une pensée du Seigneur qui est amenée avec des mots qui peuvent être choisis par nous. L’essentiel, c’est que la pensée du Seigneur soit apportée.

Quand le Seigneur doit nous donner une pensée vraiment claire, il doit pouvoir aussi nous donner les mots exacts qui correspondent à cette pensée.


 

Donc quand le Seigneur révèle une pensée, il révèle aussi des paroles qui vont le mieux avec cette pensée pour qu’elle soit reçue telle qu’il le veut.

Nous qui exerçons le don de prophétie, essayons de le perfectionner en disant :

-« Seigneur, je veux bien recevoir une pensée de toi, mais je ne veux pas que ce soit moi qui choisisse les mots, je voudrais que tu m’en révèles ne serait-ce que quelques-uns, je préfère que ce soit toi qui me donnes les mots qui vont le mieux correspondre à ta pensée, parce que la pensée ne va pas sans les mots et inversement. »

Les prophètes recevaient une parole de Dieu au mot près, au iota près, et ils la donnaient telle que Dieu la leur avait donnée. C’est pour cela que nous avons aujourd’hui la Bible, inspirée par Dieu à la lettre près.

Quelquefois, les prophètes ne comprenaient pas ce qu’ils recevaient.

Par exemple Daniel a reçu de nombreuses révélations directes de Dieu, qu’il a soigneusement transcrites telles qu’il les a reçues, mais il ne comprenait pas ce qu’il recevait :

« Moi, Daniel, j’eus l’esprit troublé au dedans de moi, et les visions de ma tête m’effrayèrent » (Daniel 8:15).

« Ici finirent les paroles. Moi, Daniel, je fus extrêmement troublé par mes pensées, je changeai de couleur, et je conservai ces paroles dans mon coeur » (Daniel 8:28).

Ou même à la fin, il dit :

« J’entendis, mais je ne compris pas » (Daniel 12:8).

Donc on peut très bien recevoir en tant que prophète des paroles réelles qu’on va donner réellement, sans les comprendre forcément.

Ou même recevoir des paroles avec lesquelles on n’est pas entièrement d’accord,

comme Jonas, qui a reçu une parole, mais qui n’était pas tellement d’accord pour la donner, et quand il la donnait, il la donnait à contrecoeur!

Il aurait bien aimé lui, que Ninive, cette ville impie, soit détruite de fond en comble, mais elle n’a pas été détruite.

Vous avez là le cas d’un vrai prophète qui donne une vraie parole de Dieu, mais la prophétie annoncée n’a pas été accomplie par la suite.

« Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » (Jonas 3:4).

Et pourquoi la Parole n’a pas été accomplie ? Parce qu’il y avait une condition pour l’accomplissement de cette parole.

Elle sera détruite si vous ne vous repentez pas. Ils se sont tous repentis et la ville n’a pas été détruite, ce qui a fort déplu au prophète.

Donc, le troisième signe, c’est que les vrais prophètes, quand ils annoncent leur parole, parlent toujours par révélation ou inspiration divine directe.

- Le quatrième signe, c’est que la parole du prophète doit être confirmée par la vie personnelle, le témoignage personnel et la qualité morale du prophète ou de celui qui prétend être un prophète.


 

Sans exception, tous les faux prophètes de la Bible ont eu une vie morale épouvantable ; c’est-à-dire un témoignage personnel mauvais.

C’étaient des ivrognes, ou des adultères, ou des gens qui commettaient les pires atrocités, ou des gens qui avaient l’appât du gain, toutes sortes de choses qui, dans leur vie personnelle montraient que leur coeur n’était pas entièrement tourné vers le Seigneur.

Alors, même si dans le cas de Balaam, ils peuvent être amenés à donner une vraie prophétie, c’est extrêmement dangereux, parce que comme leur coeur n’est pas entièrement tourné vers Dieu, ils peuvent aussi être saisis par un mauvais esprit et c’est le mélange qui est dangereux.

Les vraies paroles de Dieu ne sont pas toujours données par des hommes dont le témoignage est impeccable, puisque même des incroyants peuvent prophétiser au nom du Seigneur Jésus, ou même des gens comme Balaam peuvent recevoir des prophéties.

Mais en tout cas, les vrais prophètes seront des hommes dont le témoignage personnel est droit et qui confirmeront les paroles qu’ils ont reçues du Seigneur par une vie et un témoignage personnel qui sont à la gloire de Dieu.

Il y a trop d’exemples de faux prophètes dans la Bible pour qu’on puisse les citer tous, mais ce qui est clair, c’est que tous les faux prophètes ont eu un mauvais témoignage et que Jésus a dit en parlant des faux prophètes :

« Vous les reconnaîtrez à leur fruit ; aux oeuvres que produit leur vie ».

Je vous lis par exemple dans Esaïe 28, au verset 7 :

« Mais eux aussi, ils chancellent dans le vin, les boissons fortes leur donnent des vertiges.

Sacrificateurs et pro-phètes chancellent dans les boissons fortes, ils sont absorbés par le vin.

Ils ont des vertiges à cause des boissons fortes.

Ils chancellent en prophétisant, ils va-cillent en rendant la justice, toutes les tables sont pleines de vomissements et d’ordures ».

C’étaient des gens qui se repaissaient dans les excès de table et les ivrogneries et qui prétendaient enseigner la Parole de Dieu et donner vraiment une parole de la part du Seigneur.

Je lirai aussi par exemple dans Esaïe 30 et au verset 10 :

« Qui disent aux voyants : Ne voyez pas ! Et aux prophètes : Ne nous prophétisez pas des vérités, dites-nous des choses flatteuses. Prophétisez des chimères, détournez-vous du chemin, écartez-vous du sentier » etc.

Donc les faux prophètes étaient des hommes flatteurs, opportunistes, qui allaient dans le sens de ce que voulaient la plupart des gens et qui n’étaient pas là pour les remettre dans le droit chemin, mais simplement pour leur faire plaisir.

La parole de ces prophètes n’était donc pas confirmée par la vie personnelle, le témoignage personnel et la qualité morale du prophète.

- Le cinquième signe, c’est que la parole des prophètes doit toujours être confirmée par la Parole de Dieu.

C’est un point capital.

Si un prophète vient en disant :

- « Ainsi parle l’Eternel »

et qu’il commence à annoncer quelque chose qui n’est pas dans la Parole, il faut être vigilant et sur ses gardes.

Cela paraît évident, mais ce n’est pas toujours simple à reconnaître.

La séduction est quelquefois tellement grande et on tord si facilement la Parole de Dieu, qu’il faut vraiment être imprégné de l’Esprit du Seigneur et de l’ensemble de la révélation de la Parole.

Dans Esaïe 8:19, le prophète dit :

« Si l’on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs (voyez, encore des manifestations qui accompagnaient le don de divination), répondez : Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ? à la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple ».

Ils devaient constamment avoir en tête que la loi de Dieu et le témoignage de Dieu devaient rester la pierre de touche pour contrôler tout ce qui se disait.

« A la loi et au témoignage, si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura pas d’aurore ».

Gardons en esprit que la Parole de Dieu doit rester la pierre de touche qui nous permet de contrôler.

J’ai lu récemment ce qu’a écrit quelqu’un qui est considéré comme un grand prophète aujourd’hui (je ne dirai pas son nom), qui répondait aux critiques faites sur son ministère. Il disait :

-« Il y a un certain nombre de Chrétiens aujourd’hui qui idolâtrent trop la Parole de Dieu, qui se font une idole de la Parole de Dieu et à cause de cela, ils bloquent la vitalité du Saint-Esprit qui voudrait plus de liberté dans l’exercice du don de prophétie ».

Quand j’ai lu cela, j’ai pensé : Mais Seigneur, est-ce qu’on peut écrire des choses comme celles-ci et est-ce que cet homme se rend compte de l’effet dévastateur qu’il peut produire chez des lecteurs qui liraient de manière un peu rapide ! Plusieurs penseront qu’il ne faut pas être idolâtres de la Parole de Dieu, et qu’on bloque l’action du Saint-Esprit en remettant tout le temps la Parole sur la table.

Certes, il ne doit pas y avoir de notre part une attitude superstitieuse devant la Parole, et on ne doit pas s’attacher à la lettre de la Parole seulement,

mais quand on est Chrétien et qu’on veut vraiment marcher dans la vérité, on doit mettre la Parole de Dieu à la première place.

Quand Jésus a été tenté par le diable, il aurait pu manifester une démonstration de puissance et dire au diable quelque chose qui serait venu de son coeur, mais il s’est contenté de citer la Parole écrite. Il a dit par trois fois : « Il est écrit… Il est écrit… Il est écrit… ».

Dans la vie d’un enfant de Dieu qui marche de manière équilibrée, qui veut voir la vérité, la Parole de Dieu est au-dessus de tout.

Mais à condition qu’elle soit interprétée dans l’Esprit et qu’elle soit reçue non pas dans la lettre seulement, mais dans la lettre et dans l’Esprit, et qu’on s’en serve comme une arme vivante, et pas comme s’en servaient les Pharisiens qui la connaissaient par coeur, mais qui bloquaient l’action du Saint-Esprit parce qu’ils ne voulaient pas de Jésus.

« Le ciel et la terre passeront, mais ma Parole ne passera pas » (Matthieu 24:35).

Même Jésus, Parole vivante, s’est soumis à la Parole écrite qui est aussi la Parole vivante, ils ne font qu’un.

Le cinquième signe, c’était donc que la parole des prophètes doit toujours être confirmée par la Parole de Dieu.

- Le sixième signe, c’est que le message des prophètes doit être confirmé par le Seigneur lui-même, par des signes et des miracles qui viennent de Dieu.

Mais vous voyez que là aussi, il y a des contrefaçons, puisque Satan peut confirmer par des faux miracles, des fausses paroles.

Mais il doit y avoir une confirmation et dans la vie de tous les prophètes, il y a eu des signes et des miracles. Pensez simplement au prophète Elie, au prophète Elisée et même dans le Nouveau Testament, le prophète Agabus.

Ce qu’ils ont annoncé s’est accompli, et non seulement cela, mais il y a aussi des signes surnaturels qui confirment le message qui a été donné.

On voit un exemple dans 1 Samuel 12, au verset 14, où Samuel dit :

« Si vous craignez l’Eternel,

si vous le servez,

si vous obéissez à sa voix

et si vous n’êtes pas rebelles à la Parole de l’Eternel,

vous vous attacherez à l’Eternel votre Dieu, vous et le roi qui règne sur vous ».

C’est une parole de Dieu pour eux.

« Mais si vous n’obéissez pas à la voix de l’Eternel, si vous êtes rebelles à la Parole de l’Eternel, la main de l’Eternel sera contre vous comme elle l’a été contre vos pères. Attendez encore ici et voyez le prodige que l’Eternel va opérer sous vos yeux » etc.

Il a envoyé le tonnerre alors qu’ils étaient à la moisson des blés.

C’était un signe qui confirmait la Parole qui a été donnée, et constamment, vous voyez dans la Bible le Seigneur confirmer la Parole de ses envoyés par des signes et des prodiges, pas toujours au moment où ils annonçaient la Parole, mais en tout cas le Seigneur accomplissait quelque chose pour prouver que cette parole venait vraiment de lui, par un signe ou par un miracle.

- Le septième signe, c’est que la parole des prophètes doit être confirmée par l’accomplissement de leur prophétie.

Cela paraît évident, mais quand on dit :

- « Ainsi parle l’Eternel, voilà ce qui va arriver »,

il doit y avoir un accomplissement de ce qui est annoncé.

En Deutéronome 18, au verset 21, je lis :

« Peut-être diras-tu dans ton coeur : Comment connaîtrons-nous la Parole que l’Eternel n’aura point dite ? »

Comment allons nous reconnaître la vraie de la fausse ?

« Quand ce que dira le prophète n’aura pas lieu et n’arrivera pas, ce sera une parole que l’Eternel n’aura point dite. C’est par audace que le prophète l’aura dite, n’aie pas peur de lui ».

Là, il n’y a pas eu accomplissement, mais dans un autre passage que nous avons lu, dans Deutéronome, il parle aussi de signes annoncés par des faux prophètes, qui se sont accomplis. Mais il parlait au nom d’un autre dieu que le vrai Dieu.

Le signe à lui tout seul n’est pas suffisant.

Nous savons que beaucoup de faux prophètes, ou qui ont l’esprit de divination annoncent des choses qui se produisent et qui ne viennent absolument pas du Seigneur.

Donc le septième signe, c’est que la parole des prophètes doit être confirmée par l’accomplissement de la prophétie qui a été donnée.

- Le huitième signe, c’est que les vrais prophètes donnent un message sérieux, qui a une profonde qualité morale par lui-même.

Il n’y a pas seulement la vie du prophète qui doit avoir une qualité morale, mais le message lui-même doit avoir un sens profond, un sens qui vient du coeur de Dieu.

Quand Dieu parle à un prophète pour qu’il parle à des hommes, ce n’est pas pour leur dire des banalités ou des futilités.

Mais c'est pour leur donner un message réel qui vient d'une préoccupation du cœur de Dieu.

Il est donné pour son peuple et présente un caractère authentique et profond.

Quand on voit par exemple ce qui se passe dans certaines manifestations modernes, où l’on dit que c’est Dieu qui est intervenu et qu’on voit le caractère tellement superficiel de ces manifestations ou des messages qui sont donnés ou des interprétations qui sont données, on se dit :

- « Mais ce n’est pas possible que ce soit l’Eternel tout puissant qui s’adresse à nous pour nous dire des choses pareilles ».

Par exemple, on voit des églises où on se roule par terre en riant, et on dit que c’est Dieu le Père qui s’amuse avec ses enfants à faire des galipettes par terre et à se rouler dans la bonne humeur. Pour ma part, je ne considère pas que cela vient du Seigneur.

Certes Dieu est un bon Père céleste qui aime faire plaisir à ses enfants et leur donner des choses qui leur manquent, mais ce genre de manifestations et le type de message donné ne produisent pas de fruit profond dans la vie, ce qui ne me permet pas de croire que ça vient du Seigneur.

Donc la nature du message lui-même est quelque chose qui, en soi, nous montre que c’est Dieu qui a pris la peine de nous parler.

Et quand Dieu parle aux prophètes, c’est soit pour qu’ils édifient son peuple par quelque chose qui leur explique sa parole, soit pour qu’ils les reprennent et qu’ils les amènent à la repentance.

Quand vous regardez les messages de tous les prophètes, leur message a une signification profonde, réelle et importante.

Ce ne sont pas des détails sans importance. Et cela s’applique aussi à l’époque du Nouveau Testament.

Nous voyons par exemple dans Actes 21:10 :

« … un prophète, nommé Agabus, descendit de Judée, et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul, se lia les pieds et les mains, et dit : Voici ce que déclare le Saint-Esprit : L’homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le lieront de la même manière à Jérusalem, et le livreront entre les mains des païens ».

C’était quelque chose qui apparemment peut être jugé comme étant sans trop d’importance, mais en fait, quand on mesure après coup, à la lumière des épîtres de Paul l’importance que cela avait, on se rend compte que Dieu voulait prévenir Paul et les autres que quelque chose de grave et de sérieux allait se passer.

Le huitième signe, c’était donc que le contenu du message prophétique doit être profond dans sa qualité pour être recevable.

- Le neuvième signe, c’est que les vrais prophètes donnent un message confirmé par le discernement des auditeurs.

Jésus dit constamment dans les Evangiles, et en particulier dans le livre de l’Apocalypse :

« Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ».

======================================================

Dans 1 Corinthiens 12:10, il est parlé du don de discernement des esprits qui vient de Dieu.

Le fait de discerner si l’esprit qui anime cet homme ou cette femme parlant de la part de Dieu, est vraiment l’Esprit du Seigneur, c’est un don de discernement qui vient de Dieu.

Ce don est absolument indispensable pour nous permettre de reconnaître si le phénomène qui se passe vient vraiment de Dieu ou pas, si l’Esprit de prophétie qui se manifeste est vraiment l’Esprit du Seigneur.

Dans Jean 7 et au verset 17, Jésus dit :

« Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de moi-même ».

Là, il montrait que si quelqu’un a le coeur bien disposé pour Dieu et veut lui obéir, il connaîtra la vérité.

Il connaîtra si cet homme qui parle de la part de Dieu est un vrai prophète. Il connaîtra si le message qu’il donne vient vraiment de Dieu ou pas.

Et là, la clé c’est le désir d’obéir à la parole de Jésus. Si dans notre coeur, il y a vraiment un esprit obéissant, nous serons éclairés sur les hommes qui se prétendent prophètes, et sur ceux qui le sont réellement, et sur le message qu’ils donnent.

Il est dit aussi dans 1 Jean 4:2 :

« Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu, et tout esprit qui ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair n’est pas de Dieu ».

Et dans 1 Jean 2, au verset 27, Jean dit aux Chrétiens :

« Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés ».

Si nous avons le coeur obéissant, si nous voulons marcher avec Jésus et si nous sommes vraiment du Seigneur, son onction demeurera en nous et nous enseignera toutes choses et nous montrera si ce qui est dit est vraiment une parole du Seigneur ou pas.

Le neuvième signe sera manifesté par l’onction de vérité qui donne le discernement aux auditeurs.

- Le dixième signe, c’est que cette parole est confirmée, non seulement par le discernement des auditeurs, mais aussi par le discernement des autres prophètes du Seigneur.

Ce signe doit être aussi présent parce que je sais bien qu’il est difficile aujourd’hui de reconnaître les vrais des faux prophètes, je sais que ce ne sont pas ceux qui se prétendent des vrais qui sont toujours vrais, mais le Seigneur nous donne quand même un certain discernement et nous savons qu’il y a dans l’Eglise du Seigneur, un certain nombre d’hommes qui sont vraiment des vrais prophètes de Dieu.


 

J’en connais quelques-uns, pas beaucoup. Si je reçois leur conseil, ça ne veut pas dire que je vais le prendre de manière aveugle, mais j’aurai confiance en ce qu’ils vont me dire, à propos de telle autre prophétie qui a été donnée, parce que j’ai éprouvé leur personne et leur ministère.

Je sais qu’ils sont vraiment des hommes de Dieu qui ont l’Esprit de prophétie, qu’ils sont des prophètes du Seigneur et que leur avis est important.

Et c’est pour cela qu’il est écrit dans 1 Thessaloniciens 5:21 :

« Examinez toutes choses, retenez ce qui est bon et abstenez-vous de toute espèce de mal ».

Chacun doit être capable de faire le tri et de discerner, et en plus, ceux qui ont le don de prophétie doivent discerner si les prophéties qui sont don-nées viennent de Dieu ou non.

Appel à rester prudent !

En conclusion, ce n’est pas une chose facile de discerner les vrais prophètes des faux prophètes, et de discerner les vraies et les fausses prophéties.

__Il faut d’abord être soi-même un véritable enfant de Dieu consacré, avoir une connaissance personnelle et réelle de Dieu et de sa Parole et puis être prudent, veiller et prier, pour ne pas se laisser impressionner par ceux qui viennent en disant :

- « Ainsi parle Dieu, Dieu m’a parlé ».

Même si c’est appuyé par des signes, des miracles et des guérisons, nous devons examiner le contenu de leur message, nous devons s’il est possible examiner le contenu de leur vie et du témoignage qu’ils donnent,

Essayez de contrôler ces dix signes que je vous ai présentés, pour pouvoir dire :

- « Maintenant, j’ai la conviction que c’est vraiment du Seigneur ».

Et c’est prudent de le faire pour toutes les paroles que nous recevons, quelles qu’elles soient et d’où qu’elles viennent.

On peut parfois avoir une certitude que c’est vraiment une parole de Dieu que l’on entend, mais il faut quand même être prudent.

La marche avec le Seigneur n’exclut pas, loin de là, la prudence.

Nous devons être prudents parce que nous sommes dans les derniers temps et que plusieurs faux prophètes sont dans le monde et que l’esprit de séduction va se faire de plus en plus séducteur, au point de séduire même les élus, s’il était possible.

Donc il faut vraiment qu’on soit sur nos gardes et qu’on prie constamment pour que le Seigneur nous ouvre les yeux et nous donne un discernement réel ;

parce que Dieu parle aujourd’hui par des vrais prophètes et il ne faut pas que le fait qu’il y en ait beaucoup de faux nous empêche de voir ce qui vient des vrais.

Les vrais prophètes ne sont pas nombreux, mais ils sont souvent rejetés et persécutés par la majorité de l’église ; les faux prophètes sont acceptés par tout le monde et les vrais prophètes sont rejetés par tout le monde.

Soyons prudents et demandons au Seigneur qu’il fasse de nous des gens qui reçoivent vraiment sa parole dans la vérité et qui la transmettent avec puissance aux autres.

Appel à exercer la prophétie

Dieu cherche des prophètes, Dieu cherche des hommes et des femmes qui exercent le don de prophétie. Est-ce que nous voulons être de ceux-là ?

Dans le Nouveau Testament, les cinq ministères, dont celui de prophète, sont exercés par des hommes, en tant que conducteurs spirituels, et non par des femmes.*

Mais une femme peut exercer un puissant don de prophétie, sans être reconnue et établie officiellement au niveau de l’Eglise universelle de Jésus dans un poste de prophétesse de Dieu, à une place reconnue comme dirigeant spirituel de l’Eglise.

 

* Note MAV: je ne suis évidemment pas d’accord avec cette doctrine: je sais qui m’a appelée!  Et vingt ans d’exercice du ministère, en devant avancer contre l’intimidation et les actions souvent virulentes pour étouffer ce ministère m’ont largement démontré que Dieu me soutenait puissamment envers et contre tous les opposants ! Une des premières paroles que j’ai reçues en Rhéma, ce fut: « J’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne pourra fermer ». HVM semble oublier qu’un certain nombre de femmes sont citées comme exerçant un ministère, pas seulement des « dons de prophétie »: Junias, (apôtre), Priscille (: docteur de la Parole) ; Anne, Deborah et bien d’autres :  prophétesses, et sans doute beaucoup de femmes pasteurs citées comme ayant « une église dans leur maison ». Evidemment, à l’époque, les femmes étant marginalisées (juste un peu moins aujourd’hui !), et en sus sans micro et toute la technologie dont on dispose aujourd’hui, souvent non instruites, et ayant par nature des conditions physiologiques peu appropriées pour faire de longues routes à pied, les hommes étaient mieux équipés naturellement, surtout pour parler devant des foules de milliers de personnes, comme Jésus, Philippe… Et bien entendu, elles avaient beaucoup plus de mal à se faire entendre que des hommes ! On le voit à la résurrection « ILS NE CROYAIENT PAS CES FEMMES-LÀ ». Oui, Dieu appelle de préférence des hommes, mais quand ils baissent les bras, Il lève des femmes, comme Il l’a fait du temps de Deborah ! On ne fait pas une doctrine absolue quand Dieu Lui-même montre que, de tous temps, Il a fait des exceptions !

Une femme peut exercer un puissant don de prophétie, recevoir des révélations de Dieu pour exhorter, consoler, édifier, pour amener les gens qui s’égarent, par l’exercice du don de prophétie.

De même certaines femmes ont une compréhension de la Parole qui est vraiment profonde et réelle.

Elles ont la capacité d’expliquer la Parole aux autres.

Elles vont pouvoir ouvrir la Parole à ceux qui ne la comprennent pas, et finalement elles font un travail de docteur, mais ne sont pas reconnues en tant que docteurs et elles n’exercent pas dans l’Eglise cette fonction de docteur au sens officiel*

 

* Note MAV Priscille, si ! ». D’ailleurs, quelle étrange expression:   »De même certaines femmes ont une compréhension de la Parole qui est vraiment profonde et réelle. Elles ont la capacité d’expliquer la Parole aux autres. Elles vont pouvoir ouvrir la Parole à ceux qui ne la comprennent pas, et finalement elles font un travail de docteur,… ». C’est justement cela, enseigner la Parole. HVM reconnaît donc que Dieu peut avoir donné ces capacités aux femmes tout autant qu’aux hommes.. mais sans le titre: cela ce sont des rajouts humains: la fonction et les capacités font reconnaître l’appel du seigneur… et tant pis si les hommes ne veulent pas en donner le titre approprié: cela n’a , au final, que bien peu d’importance: eux aiment tant les titres !!!! :-)

 

 

En conclusion,

je suis certain que Dieu veut que nous exercions davantage le don de prophétie, hommes et femmes.

Il y a beaucoup d’enfants de Dieu qui l’ont reçu et qui ont de la timidité à l’exercer ou qui ne l’exercent pas toujours.

Il faut être hardi et il faut un pas de foi parce que c’est tellement important d’exercer le don de prophétie dans l’Eglise.

Paul dit que nous devons tous l’exercer, tous, hommes et femmes.

Et si on l’exerce, il doit se développer constamment parce que l’Eglise a besoin d’être exhortée, consolée, édifiée par un don réel de prophétie.__

Prions :

« Notre Dieu, nous nous sommes tous levés devant toi pour que tu fasses de nous des prophètes, des vrais comme ta Parole nous le dit, des hommes et des femmes qui reçoivent dans la vérité ta Parole et qui la donnent, et qui la vivent aussi dans leur vie. Seigneur, je te prie pour chacun de nous, pour que tu fasses de nous tes porte-parole dans la vérité, des hommes et des femmes qui reçoivent vraiment ta pensée, ta parole, que ce soit par une révélation, une vision ou autre, Seigneur, mais que ce soit vraiment quelque chose qui vienne de toi, pour édifier, exhorter, consoler, avertir. Seigneur, je te supplie de visiter chacun ce soir. Accorde le don de prophétie à ceux qui ne l’ont pas encore reçu, renouvelle le don de prophétie de ceux qui l’ont déjà reçu mais qui l’ont laissé en sommeil. Seigneur, établis dans ce ministère de prophète ceux que tu as choisis. Que cet esprit, ce don de prophétie nous soit communiqué, Seigneur, de ta part ; que nous puissions être dignes de l’exercer avec puissance dans la vérité. Au nom de Jésus, Père, merci. Amen. »

 

Sourcedevie.com

© SdV – Série de 2 messages (C164a et C164b) – Suite du message C164a – Toute reproduction autorisée et même encouragée

 

Ce texte est la mise par écrit d’un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l’intégralité de l’enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.

 

Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES