Le satanisme est indissociable de la pédophilie, des crimes rituels et du cannibalisme. Pourquoi strictement aucun parti politique ne dénonce ces horreurs et préfère ainsi égarer les consciences sur des questions très secondaires ?
 
 

En Croatie, l'introduction dans les programmes scolaires d'un module sur la sexualité a été imposée en janvier 2013 par le gouvernement de Centre-gauche, en exercice depuis le 23 décembre 2011. La république dalmate qui, de manière superficielle, évoque la méthode Kinsey, cache à sa population que ces manuels sont rédigés par des pédophiles.
 


Judith Reisman, scientifique de 78 ans d'origine juive, ancienne conseillère du FBI, du parlement et de plusieurs ministères américains, qui s'est rendue en Croatie le 29 janvier sur l'invitation de parlementaires de droite, a dénoncé les liens de cette initiative avec la richissime Soros Foundation, arguant que l'« éducation sexuelle et les droits des homosexuels cachent un programme de destruction de la famille et de défense de la pédophilie ».
 


Elle a enquêté sur les travaux du Kinsey Institute fondé en 1947 et a démontré les effets néfastes des théories d'Alfred Kinsey (1894-1956), auteur de deux importantes études sur le comportement sexuel de l'homme et de la femme. Il était aussi rédacteur dans l'éminent journal médical britannique The Lancet. Le Dr Reisman prend le cas d'une fillette de dix ans qui a été abusée par un violeur récidiviste âgé de trente ans et de plus est lecteur obsessionnel de Playboy. Alfred Kinsey justifie qu'elle est certainement consentante puisque les enfants sont des êtres sexuels, et seraient à ce titre demandeurs de relations sexuelles depuis leur naissance. Reisman ajoute qu'après la Seconde Guerre mondiale, ces théories nauséabondes ont encouragé la diffusion exponentielle de la pornographie et de la pédophilie.

Après ce compte-rendu, Judith Reisman a fait l'objet d'une vague d'insultes. Elle a été fustigée par les médias croates de gauche qui défendent les intérêts maçonniques du gouvernement. Elle fut traitée de négationniste, alors qu'une partie de sa famille disparut dans les camps de travail.

Dans le plus grand cinéma moderne de Zagreb, un « problème technique » a interrompu la projection du documentaire réalisé par le journaliste britannique Timothy Tate, collaborateur du Dr Reisman, qui traitait alors de la face cachée de Kinsey. Face aux 800 spectateurs, Timothy Tate n'a donc pas pu soumettre ses critiques contre ce programme d'éducation sexuelle initié par des pédophiles. Le même scénario s'est reproduit lors d'un exposé improvisé dans le cinéma. Ces boycotts successifs ont d'ailleurs suscité la colère de la section croate du Comité Helsinki, chargé de la surveillance du respect des Droits de l'homme.

 


À la fin d'une conférence tenue près de la faculté de Sciences politiques de la capitale croate, le Dr Reisman a été attaquée verbalement par Nenad Zakošek, président de la même école. Des mouvements politiques de gauche liés au gouvernement ont même tenté d'empêcher la conférence du Dr Reisman au parlement de Zagreb. Le Dr Reisman a étonné son auditoire en déclarant qu'Alfred Kinsey était « le pédophile qui a changé le monde » et un « psychotique sexuel qui a contaminé nos familles, notre culture et nos lois ». Cette scientifique démontrait ainsi l'influence de ce criminel derrière les programmes d'éducation sexuelle imposés à la Croatie, pays où, aujourd'hui, sur 2 000 grossesses d'adolescentes, 400 avortements sont recensés (AFP).



En outre, le débat prévu à la faculté de philosophie entre le Dr Reisman et le professeur Aleksandar Štulhofer, un disciple de Kinsey et l'initiateur du programme d'éducation sexuelle pour les enfants croates, a été suspendu sous prétexte de désordre public : des groupes homosexuels avaient fait irruption dans la salle. Le Pr Štulhofer ne voulait pas que le Dr Reisman s'exprime. Et pour cause. Au parlement, la scientifique américaine avait révélé la participation du Pr Štulhofer à l'écriture d'un livre avec le pédophile déclaré et néerlandais Theo Sandford, professeur à la Columbia University et également attaché au Département des Études gay et lesbiennes de l'Université d'Utrecht, aux Pays-Bas.
 


Sandford est cofondateur et rédacteur de la revue mensuelle néerlandaise en langue anglaise des pédophiles Paidika (sous-titrée Journal of Paedophilia) parue de 1987 à 1995, ainsi que l'auteur de l'étude Boys on their contacts with men : a study of sexually expressed friendships (Les garçons au contact des hommes adultes : une étude sur les amitiés exprimées sexuellement). Ce perverti ne se limite pas, dans son torchon pseudo-scientifique, à une enquête sur la pédophilie, mais exprime une évaluation positive de cette décadence sexuelle et criminelle. Un autre collaborateur de Štulhofer, le sexologue « allemand » Gunther Schmidt, a rédigé la préface du livre de Sandford, Male Intergenerational Intimacy (Intimité intergénérationnelle entre hommes), en ces termes : « Le fait que tous les actes de pédophilie soient plus difficilement punis par la loi serait une action digne d'une société civile ».



Dans une conférence de presse, Timothy Tate a ensuite repris une citation de Paidika du même degré de sadisme : « Le point de départ de Paidika est nécessairement la conscience de notre être pédophile. Nous considérons la pédophilie comme un rapport sexuel consentant entre personnes de générations différentes ». Lors d'un entretien accordé en 1978 à la revue pornographique américaine Hustler, le sexologue « allemand » Erwin J. Haeberle, qui avait contribué à la fondation de Paidika, avait souligné qu'« il est tout à fait normal d'avoir des rapports sexuels avec des enfants, lesquels devraient avoir libre accès aux revues [pornographiques] pour adultes et être libres de choisir leurs propres partenaires sexuels, y compris des adultes ». Ce pédophile a été membre, de 1977 à 1988, de l'Institute for Advanced Study of Human Sexuality de San Francisco qui, dans le monde entier, a rédigé la majeure partie des programmes d'éducation sexuelle pour les enfants. Timothy Tate a aussi montré des photographies d'enfants offerts aux pages de Paidika.

En 2001, Štulhofer et plusieurs de ses collègues pédophiles liés à la sphère de Paidika, ont participé au congrès international des sexologues, dans le port croate de Dubrovnik, subventionné par le financier juif Soros, toujours par le biais de sa fondation.

Judith Reisman a maintes fois rappelé que le programme d'éducation sexuelle imposé à la Croatie était une tentative de perversion des enfants, pour livrer de la chair fraiche à la volonté malsaine d'obsédés et pour dédouaner l'homosexualité. Elle a ajouté que ce procédé avait pour objectif de rendre les jeunes générations dépendantes du sexe et de l'industrie de la pornographie. Commentant dans ce sens l'initiative du Ministère de l'Éducation croate, Anna Maria Grünfelder, « théologienne féministe », a affirmé : « La sexualité est un énorme pouvoir, celui qui la contrôle, contrôle la société ».

 


La présence du Dr Reisman en Croatie a engendré un fort séisme, qui a fait vaciller les palais de la démocratie et a obligé le gouvernement, à la solde de la haute finance apatride, à trouver une issue diplomatique. D'après les sources de la curie romaine [reprise par le site d'information italien Dietro il sipario], l'ambassadeur croate auprès du saint Siège, Filip Vučak, aurait rencontré Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les États, dans le but d'assouplir la position de l'Église sur la question de l'éducation sexuelle. L'évêque, ordonné prêtre dans le diocèse d'Ajaccio en 1981, n'a donné aucune suite favorable à cette requête de détraqué digne d'une exécution en place publique.

Dans un pays démocratique, la présentation des preuves irréfutables des liens étroits entre l'initiateur d'un programme aussi honteux et des circulaires pédophiles soutenues par le grand capital, en dehors des conséquences pénales pour l'intéressé, aurait dû provoquer la démission immédiate du salaud Štulhofer et de tous les fonctionnaires criminels du Ministère de l'Instruction ayant collaboré à l'élaboration de ce programme, dont le ministre de l'Éducation en personne, Željko Jovanović, grand défenseur d'origine « serbe » de la Shoah. Mais cela ne se passe pas ainsi dans l'actuelle Croatie de l'après Franjo Tudjman (1er président de la république croate décédé en 1999 et ennemi de Soros), qui s'apprête à entrer dans l'Union européenne. Il est vrai que la classe politique de ce pays offre des arguments pour convaincre les euro-technocrates maçons.



Après le départ du Dr Reisman, les médias du régime social-démocrate croate ont repris leur travail de désinformation. Pour cela, l'ignoble Štulhofer, le chien des capitalistes criminels et détraqués, est venu en personne à la télévision appeler à pontifier sur les questions de sexualité, spécialement infantiles, pendant que dans les écoles élémentaires, sont proposés à des enfants de dix ans des thèmes de langue croate présentant des situations explicitement sexuelles.

Le cas de la Croatie, qui n'a pas du tout été médiatisé, lève le voile sur les perspectives qui se dessinent en filigrane, dans notre pays, derrière le « mariage pour tous » et la place de l'enfant, ultime victime impuissante de la culture de mort sacrifiée à Baal.