Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Illustrations

Illustrations

 

 

 

J’habitais une petite ville très mystique. Lorsque mes parents y ont été affectés, j’avais 8 ans, c’était en 1989. Dès notre arrivée, on nous racontait des histoires de djinns. Apparemment des esprits, de très grande taille, plus grands que des séquoias, vêtus de blanc, qui vivaient soit dans des arbres soit dans l’eau.

Après quelques mois nous avons emménagé dans une autre maison, plus belle et plus grande appartenant au même propriétaire, le maire de la ville.

Lorsque de nouvelles personnes ont emménagé dans la maison que nous avons laissé, il s’est produit un phénomène étrange. Un jour la grande porte d’entrée en verre, s’est détachée seule à la vue de tous pour se briser à quelques centimètres du père de famille. Même s’il y avait aucun vent, une porte qui se détache et qui avance seule, bien qu’étrange, on peut toujours accuser le vent.

 

La nuit, la maman a constaté que leur petite de 1 ou 2 ans, avait un ventre qui enflait, qui enflait sans cesse. Affolés, ils sont allés aux urgences. Les médecins n’ont pu tirer aucun diagnostic, mais s’agissant d’une petite ville, lorsqu’ils ont donné leur adresse, les médecins ont conseillé à ce couple de déménager immédiatement.

La même semaine, il y a une sorte de défilé chez nous. Mon père a reçu la visite de quelques cadres de la ville, puis il est revenu du travail avec pleins de cadeaux des commençants. Tout le monde lui disait : tu es fort, tu es très fort.

Puisque nous n’avions nous jamais rien vécu dans cette maison, alors que tous les locataires de cette maison avaient avant nous et après nous vécus, des phénomènes paranormaux, ces gens pensaient que mon père avait une sorte de puissance, une sorte démon supérieur qui le protégeait. Bizarre ?

Qu’est-ce que nous avions de plus que ces gens qui vivaient au rythme de marabouts, de djinns, de sorcelleries ?!

 

Rien, nous n’avions aucun gris-gris, aucun rituel, aucune image, nous étions tout simplement chrétiens. Avec le recul je me rends compte de l’action de Dieu dans notre vie. Avant de nous installer dans cette ville, mes parents n’avaient pas le temps d’aller à l’église, ni de nous parler de Bible. Lorsque nous sommes arrivés, ma mère ayant suivi mon père avait perdu son travail.

Je me souviens que dès les lendemains de notre arrivée, c’étaient les grandes vacances, elle a pris la Bible et a enseigné à mon frère et à moi le "Notre Père". Au bout de quelques minutes, nous nous le récitions par cœur. Tous les soirs nous priions en famille, avant de manger et avant de nous coucher. Je crois que c’est Dieu qui a inspiré ma mère, c’est par elle que nous avons été protégés. Moi je n’avais jamais entendu de telles choses avant d’arriver cette ville, malgré mon âge j’avais du mal à y croire.

Nous fréquentions assidument l’une des rares églises de cette ville musulmane. J’étais dans la chorale des enfants, ma mère dans le groupe des femmes, mon père est devenu « ancien » de l’église tout cela au bout de quelques mois.

 

 

Mais un jour il s’est produit un drame dans la famille d’un de nos voisins nouveaux arrivés dans la ville. Un couple avec 3 enfants, deux filles un garçon, tous adolescents : 16 ans, 14 ans et 11 ans.

 

La ville regorgeait de cours d’eau. Des rivières dans lesquelles on ne voyait jamais des natifs de la ville se baigner. Ils observaient les touristes et les nouveaux arrivés se baigner, sans jamais y entrer eux-mêmes. Ne connaissant pas la ville, les trois jeunes accompagnés d’un chaperon sont allés à la rivière. Le chaperon, pudique, s’est tourné pour laisser les filles se changer, lorsqu’il les a entendu entrer dans l’eau il s’est retourné, mais il n’a vu personne, les trois jeunes avaient disparus. Aucune trace, plus aucun bruit. Il a couru alerter les secours, presque tout le quartier était là y compris des militaires qui ont plongé, mais au bout de quelques heures de recherches, rien, aucun résultat, seules traces d’eux, les vêtements laissés au bord de la rivière.

Le chef des militaires a fait appeler le druide-sorcier-guérisseur local. Il est arrivé avec plusieurs choses emballées. A la vue des militaires et des badauds, il a lancé plusieurs produits dans l’eau. Il a prié, puis il a nagé tout au long sur les limites de la rivière faisant ainsi un cercle. Puis il est entré au milieu de cette rivière, en disparaissant quelques instants. Puis on l’a vu remonter avec un corps. Il a refait ce rituel une seconde fois, il est revenu avec un second corps, puis une troisième fois, avec le troisième corps.

Avant que les militaires et les légistes ne mettent un drap blanc et n’éloignent les curieux, tous ceux qui étaient présents ont constaté que chaque corps était mutilé, sur un corps le nez avait été sectionné, sur un autre il manquait les oreilles sur un troisième encore il manquait le sexe. Coupés chirurgicalement. Toute la ville ne parlait que de ça. Les gens n’osaient plus même sortir de chez eux. Ma mère nous a formellement interdit d’aller pêcher avec mon frère, que nous soyons accompagnés ou pas. Nous avions interdiction formelle de nous approcher de toute étendue d’eau.

La pauvre mère des trois adolescents est devenue folle, elle est internée en hôpital psychiatrique, le père est devenu alcoolique.

Tag(s) : #TEMOIGNAGES