Si un petit mensonge blanc ne fait en général de mal à personne, il en est tout autre des mensonges profonds que l'on se fait à soi-même. Dans son livre Du mensonge à l'authenticité, Marie Lise Labonté prévient des conséquences que l'automensonge peut avoir sur la reconnaissance de soi.

 

 

In Search of Mind, George Grie

© George Grie
In Search of Mind
 
 

Nous pouvons tenter de nous mentir à nous-mêmes, mais il y a toujours une partie de nous qui sait que nous nous mentons. Cette partie est notre corps, siège de l'inconscient. Souvent, lorsque nous sommes enfermés dans le mensonge, notre corps nous adresse des signaux, notre inconscient nous envoie des rêves nous informant qu'un temps de sincérité et d'honnêteté avec soi serait approprié pour notre santé physique et mentale.

 

Si nous refusons ces signes qui nous interpellent pour attirer notre attention, nous pouvons avoir l'impression que notre corps est notre ennemi et qu'une partie de nous tente d'avoir raison sur nous. Nous sommes alors aveugles ou sourds.

 

Nous aimerions tellement que notre monde intérieur se mente à lui-même, tout comme nous le faisons avec notre personnalité.

Heureusement pour nous et malheureusement pour notre ego, notre corps et notre inconscient portent en eux une sagesse, une partie intacte qui sait que nous sommes dans le leurre, même si nous croyons que nous faisons les bons choix. Cette partie ne nous ment pas, même si nous nous mentons à nous-mêmes. Notre corps et les dimensions inconscientes en nous sont les amis de notre sincérité profonde. Ils sont nos guides vers l'authenticité.

 


Nous avons tous le droit de mentir et nous avons nos raisons pour le faire. Mais, à la longue, mentir blesse le corps et l'âme. Il y a un prix à payer pour utiliser le mensonge comme outil de protection, de manipulation ou de pouvoir. Ce prix est une inauthenticité envers les autres, mais avant tout et surtout envers soi-même, ce qui n'est pas sans conséquences physiques, émotionnelles et psychiques. Mentir cause du stress. Il y a décharge hormonale, libération d'adrénaline, sueurs, anxiété. Les menteurs chroniques s'habituent à ces symptômes physiques, s'y identifient jusqu'à les cultiver, car ces symptômes peuvent engendrer une accoutumance semblable à certaines drogues. (...)

 

 

Conscience fragmentée

© Inconnu
 
 

Nous mentir à nous-mêmes nous éloigne de notre propre vérité et creuse un fossé entre les parties de soi qui « savent » et les autres parties qui font semblant de ne pas savoir. Le cas de Mylène n'est pas unique : se mentir à soi-même est souvent accompagné d'un retour vers des compulsions telles que l'alcool, le sexe, la drogue physique ou affective. Ce phénomène est pernicieux, car le fait de nier une vérité intérieure engendre d'importantes frustrations, beaucoup d'irritation et de colère dirigée contre soi. Ces expériences émotionnelles sont souvent suivies d'un sentiment de désespoir et de séparation intérieure. Pour notre personnalité consciente, ces émotions sont douloureuses, c'est pourquoi nous pouvons ressentir le besoin urgent de combler cet état de frustration par la compulsion. La satisfaction est alors immédiate et elle anesthésie la partie de nous qui sait la vérité.



Plus le degré de colère contre nous est élevé, plus durement nous pouvons utiliser la compulsion pour nous punir, nous faire souffrir. C'est un cercle vicieux d'autopunition. Si nous reprenons le cas de Mylène, l'achat de magnifiques vêtements satisfait sa personnalité, mais vide son compte de banque. La sensation excitante des achats compulsifs est comme un anesthésiant qui lui permet de faire face au fait qu'elle vient encore une fois de se mentir à elle-même. Cette anesthésie ne sert qu'à endormir la souffrance reliée à l'acte de se mentir. Lorsque Mylène est venue me voir pour sa première consultation, elle était consciente de cette autodestruction, mais elle y était enfermée. La prise de conscience est un pas dans la bonne direction, mais ce n'est pas toujours suffisant pour s'en sortir.



A l'opposé de Mylène, pour beaucoup, l'automensonge n'est pas un acte conscient. Au contraire, il peut s'agir de bons vieux réflexes d'autoprotection, de survie, qui sont devenus des habitudes comportementales non réfléchies. C'est là que le mensonge blesse. Le mensonge envers soi-même n'est pas innocent dans l'écologie intérieure : il entraîne des conséquences qui bouleversent notre être.



La blessure de se mentir
 


La blessure du mensonge ressemble à une compresse de gaze qui au début remplissait sa fonction. Une compresse de gaze recouvre et protège une plaie, réalisant un pansement qui prévient l'infection. On peut retirer périodiquement ce pansement pour permettre à la plaie de respirer, ce qui favorise la cicatrisation. Imaginons maintenant que la compresse est laissée en place pendant des mois et que la plaie n'est plus traitée. Que se passera-t-il ? La plaie s'infectera et la gaze s'amalgamera à la chair. Si l'on tentait alors de retirer le pansement brusquement, on arracherait la peau, laissant une nouvelle plaie encore plus grande que la première.

Cette description peut choquer, car l'image est forte. Il n'empêche que se mentir à soi-même, c'est comme mettre des pansements sur une plaie qui s'infecte, alors que cette souffrance ancienne aurait plutôt besoin de vivre à l'air libre, dans une expression juste de soi. Se mentir laisse en place une blessure de non-reconnaissance de soi. Elle crée en nous un doute profond sur notre authenticité et perturbe gravement la relation de confiance de soi à soi, confiance pourtant nécessaire dans la construction de notre réelle identité.

 


Du mensonge à l'authenticité,

Marie-Lise Labonté - Éditions de l'Homme (février 2014 ; 176 pages)