Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Via : Blog de Michelle d'Astier

 

Note Michelle d’Astier : ce texte d’Arthur Katz m’a procuré un choc de révélation. Je recommande de le lire avec beaucoup d’attention.

Le thème des principautés et des puissances des ténèbres est fondamental, et doit être vu entièrement selon la bonne perspective.

des individus et des nations.

=================

Ce sujet est repris du site:

www.benisrael.org/writing…

 

« …Il est extraordinaire de constater combien l’Église est naïve, ignorante, et indifférente à l’égard des puissances des ténèbres, malgré le fait que ce thème constitue une composante absolument fondamentale de l’appel de l’Église entière !… »

 


 

La chose remarquable est que ce thème a trait à quelque chose de totalement invisible. La chose remarquable est que ce thème a trait à quelque chose de totalement invisible.

Il existe tout un royaume d’esprits ou d’entités angéliques invisibles qui ont une influence profonde sur le comportement et l’évolution

Ce sujet est à la fois difficile et complexe à tout point de vue. Difficile parce qu’il nous est peu familier, et complexe parce que ces puissances des ténèbres s’opposent énergiquement à ce que la connaissance de ce sujet soit dévoilée.

Il est extraordinaire de constater combien l’Église est naïve, ignorante, et indifférente à l’égard des puissances des ténèbres, malgré le fait que ce thème constitue une composante absolument fondamentale de l’appel de l’Église entière !

C’est une perspective qui concerne la totalité de la réalité, et de ce qui concerne Dieu. Ceci est caractéristique de l’Église que d’avoir excellé dans les sujets secondaires, et d’avoir ignoré ce thème principal. Ainsi donc, toute notre activité est condamnée à un certain genre de futilité et de stérilité. Nous dissipons notre énergie, et nous marchons à l’horizontale, à la façon du monde.

Paul nous rappelle que nous ne luttons pas contre la chair et le sang :

 » Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits méchants dans les lieux célestes « . (Éphésiens 6:12)

Cette lutte est quelque chose qui exige la collaboration de chaque membre du corps de Christ dans sa totalité. C’est notre combat. Ainsi, qui sont ces principautés et ces puissances et ces forces du monde des ténèbres dans les lieux célestes ? Il y a ici tout une sphère relevant du mystère.

Les lieux célestes qui sont mentionnés ne sont pas ceux qui décrivent l’endroit où Dieu habite.

Une certaine organisation de ces êtres habite dans l’atmosphère qui est au-dessus de la terre, ce sont les dominateurs ou les puissances des ténèbres. Ils sont les dirigeants des ténèbres de ce monde. Ils dirigent depuis une sorte de couche localisée au-dessus de la terre, mais ils influencent le comportement des hommes, et les événements qui ont lieu sur la terre.

En ÉPHÉSIENS 6:12, il y a cinq répétitions du mot « contre. »

Nous devons savoir qu’une guerre se déroule, et qu’elle dure depuis des milliers d’années. C’est un conflit cosmique entre le royaume des ténèbres et le royaume de Dieu.

Si nous pensons que le sujet des démons se résume seulement à une question de délivrance personnelle, alors nous passons complètement à côté de l’aspect qui lui octroie la plus grande importance.

Ces principautés et puissances voudraient que nous soyons totalement monopolisés sur la délivrance individuelle des démons – comme si cette chose représentait le sujet dans sa totalité.

Je ne veux pas dire par là que la délivrance personnelle n’est pas importante, mais cette dernière a fixé la compréhension de l’Eglise à ce niveau-là, et lui a dérobé une compréhension plus approfondie du conflit, c’est-à-dire la lutte pour le contrôle ou la possession de la création et des nations.

Il se peut fort bien que le stratagème de ces puissances soit de nous obliger à nous occuper au niveau de la délivrance personnelle plutôt qu’à nous occuper du combat dans le sens cosmique !

Une défaite finale doit leur être infligée, et cette défaite ne peut avoir lieu que quand l’Église est l’Église au sens apostolique.

Si nous voulons comprendre la foi, et l’Église, nous devons la comprendre dans le contexte du conflit avec les principautés et les puissances, ou alors nous ne la comprenons pas du tout. Si l’Église n’a pas reconnu la présence, au-dessus de sa communauté, de ce royaume invisible d’esprits réels, et ne s’est pas occupée de ce royaume, et n’a pas brisé son influence au-dessus de la communauté où elle cherche à travailler, alors elle travaille en vain.

Dans un épisode donné de sa vie, Daniel a prié, et il s’est passé trois semaines avant qu’il ne reçusse une réponse (Dan 9 -10).

Quand l’ange du Seigneur est venu vers Daniel, il lui a dit que, dès que ce dernier avait ouvert la bouche, il avait été entendu, mais que le prince de Perse avait manifesté son opposition et avait retardé sa venue.

Ainsi nous ne parlons pas de quelque chose d’imaginaire; la chose est très réelle, et bien qu’il soit invisible, ce royaume a des conséquences très pratiques sur la terre et avec les hommes.

Comme mentionné, ceci exige de l’Église qu’elle soit l’Église. Si l’Église est seulement un établissement où les gens viennent pour assister à des réunions, et s’assoient dans une espèce d’auditoire composé d’individus isolés, alors elle n’est pas équipée pour mener cette lutte.

Cette lutte exige de l’Église qu’elle soit l’Église dans le sens prévu par Dieu – pas ce que nous en avons fait.

À moins que l’Église soit « nous, » elle ne peut pas s’engager dans cette lutte, et c’est pourquoi les principautés et les puissances feront tout ce qui est en leur pouvoir pour diviser l’Église, et diviser les individus. Ils veulent empêcher l’Église de devenir l’expression organique de la vie de Dieu qui peut lutter.

Nous-mêmes devons comprendre cela, et œuvrer de telle sorte que l’Église parvienne à ce genre de réalité. C’est contraire à notre propre chair, parce que cela demande de consacrer du temps; cela signifiera la perte de notre intimité, et le fait que nous devrons nous ouvrir à des choses qui pourraient être embarrassantes.

Nous préférons l’Église telle qu’elle est aujourd’hui. Nous aimons être anonymes et voir quelqu’un d’autre « le faire, » mais dire notre « Amen ! » et notre « Alléluia ! » Nous ne voulons pas être obligés à faire quoi que ce soit !

Puisque nous devons devenir l’Église qui glorifie Son Nom et triomphe sur les principautés et les puissances, alors nous devons nous-mêmes lutter contre notre propre chair et notre propre réticence.

Il s’agit là de la vision apostolique de l’Église telle que Dieu l’a prévue depuis le commencement.

Ce qui est apostolique relève d’une certaine vision de la réalité, d’une certaine façon de penser, d’une perception des choses, et en particulier des choses que nous ne pouvons pas voir.

C’est une vision de l’Église située dans un contexte cosmique qui perçoit une lutte qui se poursuit depuis le commencement des temps.

Il y a eu une rébellion dans le ciel, et un tiers des anges ont suivi leur prince et se sont rebellés contre Dieu.

Cette rébellion continue jusqu’à ce jour.

Toutes choses ont été créées par Dieu,

y compris même ces principautés et puissances !

Elles sont une création angélique, une « organisation d’esprits », qui a été créée au commencement par Dieu pour Ses propres desseins. Ils se sont, cependant, rebellés contre leur créateur, et sont donc devenus un ordre angélique déchu.

La Chute

Nous n’avons pas suffisamment compris la signification de la chute. Ce furent non seulement Adam et Eve, mais la création elle-même qui ont été affectés par la chute.

La chute a été la tragédie la plus significative, le plus grand effondrement, et la plus grande catastrophe dans l’histoire de la création.

La chute a introduit la création entière dans la corruption, y compris le royaume angélique. Ces anges déchus, sous la direction de Satan, maintiennent toujours leurs places de gouvernement.

Ils ont été conçus et créés dans le royaume qui se trouve au-dessus de la terre pour faciliter et encourager le travail rédempteur de Dieu sur la terre, en amenant une sorte d’ordre par leur influence.

Cette dernière devait être une influence bénigne favorisant les desseins de Dieu, destinée à assurer aux hommes une atmosphère hospitalière afin qu’ils puissent trouver Dieu, Le connaître, et hériter Son salut.

Bien qu’ils aient été créés pour être une influence bénigne servant les desseins de Dieu, ils ont maintenant, dans leur rébellion contre les desseins de leur créateur, choisi de suivre leurs propres buts.

Leur chef Satan veut être déifié, détourner la piété et l’attention des hommes vers lui-même, établir ses propres valeurs contraires à celles de Dieu, et détourner ainsi les hommes de la voie de Dieu. Ils ont investi leur rang de gouvernement, et l’ont employé à leurs propres fins dans le but de devenir les dieux de ce monde.

Nous pouvons le voir, par exemple, dans les races et les nations. Dieu a créé des races et des nations, mais non pour qu’elles deviennent des idoles en elles-mêmes.

Ceci a été clairement illustré pendant la période nazie, quand la nation allemande s’est élevée au-dessus de Dieu. Il y avait des principautés et des puissances qui exerçaient leur influence sur la nation de manière à introduire le culte et la vénération des hommes eux-mêmes. Les mêmes théologiens allemands, qui ne considèreraient pas le présent sujet, ont dû voir à l’œuvre ces puissances dans le paganisme, la violence et la mort qui ont caractérisé l’Allemagne nazie.

Quand ces puissances firent une percée dans la nation, elles détournèrent la consécration des hommes vers elles-mêmes, au nom de la race et de la nation. Elles établirent un nouvel ordre qui était une déformation perverse et antéchristique.

Quelqu’un a dit avec sagesse que l’Allemagne a perdu la deuxième guerre mondiale, mais les mêmes puissances des ténèbres qui en étaient responsables demeurent incontestées à ce jour.

Le régime nazi a été vaincu militairement, mais les puissances spirituelles qui se sont manifestées par cette nation jusqu’à la destruction presque complète du monde civilisé, règnent toujours.

Les mêmes esprits planent au-dessus de cette nation – et de toutes les nations – attendant les conditions propices où ils peuvent se manifester, de façon à amener une nation à accomplir des buts sataniques.

Nous serions idiots et naïfs de continuer à ignorer obstinément ces réalités.

Nous ne nous rendons pas vraiment compte de l’influence des principautés et des puissances. Le nazisme a pris racine, non pas dans une nation primitive, mais dans la civilisation la plus éminente et la plus avancée de toutes les nations. De plus, son ascension n’a pas pris plus de dix ans. Elles sont allées « trop loin » et se sont révélées. Non satisfaites d’exercer simplement leur influence de façon invisible, elles ont fait prisonnier tout le système de l’Etat.

Si nous ne comprenons pas ce que le phénomène nazi veut dire, nous resterons dans une ignorance qui sera tragique pour nous.

Ce qui s’est passé dans l’Allemagne nazie a été un avant goût de la réalité de l’Antéchrist des derniers jours.

Les choses qui étaient voilées et cachées sont dévoilées et révélées dans un antagonisme exprimé ouvertement contre Dieu. Nous arrivons au dernier acte dans lequel les principautés et les puissances chercheront la domination complète au-dessus de ce cosmos à la fin de cet âge.

(pour lire ce tableau sur une plus grande échelle)

- lien :

www.consciencedupeuple.co…

Dieu a créé ce royaume gouvernemental pour soutenir la création, mais les puissances de l’air opèrent aujourd’hui en opposition avec l’origine divine qui leur a été conférée. Elles se comportent comme si elles étaient les buts ultimes. Elles se sont attribué un pouvoir au-delà de l’intention de Dieu, c’est-à-dire d’être vues en tant que quelque chose de final.

Et elles ont pris les choses que Dieu avait l’intention de rendre ultimes en faisant que ces choses ne soient pas importantes, comme par exemple l’éternité. Elles ont renversé complètement le système de valeurs. Quand les apôtres ont hérité le monde, ils ont tourné le monde sens dessus, sens dessous. Ils ont ramené la perspective originale et divine de la création, qui avait été perdue, parce que la totalité de la création et des nations était passée sous la domination de cet ordre démoniaque. Ils ont rétabli les vraies valeurs qui caractérisent la création de Dieu.

Vous demandez : « Quelle influence au juste ont ces puissances spirituelles ? » Elles avaient suffisamment d’influence pour crucifier Christ.

« Cependant, c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis; nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. » (1 Corinthiens 2:6-8)

Paul ne parle pas ici de Ponce Pilate, ni même du Sanhédrin, mais des « chefs de ce siècle.« . Ce sont les principautés et les puissances de l’air qui sont invisibles et extra-terrestres (au delà de la terre), et qui opèrent à travers les autorités terrestres de ce monde – bien que ces dernières soient cependant ignorantes de leur influence.

Elles ont manifesté leur règne par Ponce Pilate, et par le Sanhédrin. En d’autres termes, elles se sont exprimées à travers ce qu’il y avait de « meilleur » dans le gouvernement religieux et civil : La loi et l’autorité romaines étaient alors considérées comme le modèle de la loi pour la civilisation. La plus grande partie de la jurisprudence en Droit de nos jours provient de la loi romaine. La loi romaine et la religion juive, c’est-à-dire, ce qu’il y a de « meilleur » dans les deux mondes, ont conspiré ensemble pour crucifier le Seigneur de gloire.

Mais elles étaient elles-mêmes inspirées par les chefs de ce siècle.

Si les autorités avaient compris la sagesse de Dieu, elles n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Elles ont agi par leur propre sagesse, et c’est une sagesse qui utilise la force, l’intimidation et la menace de mort.

(Sanhedrin)

Les puissances détiennent ce trait caractéristique, c’est qu’elles sont cyniques et incrédules, profondément égotistes et vaniteuses.

Bien que Dieu ait statué qu’elles connaîtront la défaite, elles ne le croient pas à leur propre sujet.

Elles agissent avec une impertinence et une arrogance contraires à ce que Dieu dit au sujet de leur destin.

« Mais toi (Satan) tu disais en ton cœur, « je monterai au ciel; j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu, et je siégerai sur la montagne de la Rencontre (des dieux) au plus profond du nord ; je monterai sur le sommet des nues; je serai semblable au Très-Haut ». (Esaïe 14:13-14)

Et Dieu répond :

« Mais tu as été précipité dans le séjour des morts au plus profond de la fosse.« 

(Esaïe 14:15)

Cette impertinence et cette arrogance sont au cœur du caractère des puissances des ténèbres. Tout le royaume angélique a le caractère de Satan lui-même, et subira le destin éternel avec Satan dans le lac de feu. Ils savent, mais ils ne le savent pas, pour ainsi dire, parce qu’ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire.

Mais cette sagesse leur était cachée par la volonté de Dieu !

En étant crucifié depuis la fondation du monde, le Seigneur déjà, dans Sa merveilleuse sagesse, avait prévu et ordonné que Son Fils vînt et mourût, mais c’était une sagesse cachée que les puissances ne pouvaient pas voir, bien qu’elles soient rusées.

Il nous est dit de ne pas ignorer les desseins du diable. Il est rusé, malin et très intelligent. Il était dans le passé le chérubin oint et l’ange de lumière, revêtu d’un éclat remarquable, mais il sera dépouillé, car son caractère contredit son don.

Dieu dépouille également n’importe lequel d’entre nous quand notre caractère n’est pas en accord avec notre don ou notre appel.


 

Le Cadre Cosmique

Même le mot « cosmique » est étranger à la conscience de l’Eglise. Nous ne pensons pas en termes cosmiques, peut-être pensons-nous les choses à l’échelle du monde. Ce qui est cosmique est cependant au-delà de toutes ces catégories, tout en les incluant pourtant toutes.

La vision apostolique est une vision cosmique, mais je ne saurais même pas définir le mot cosmique. Il veut dire plus qu’interplanétaire. C’est le cadre global dans lequel le travail rédempteur de Dieu dans la création s’est accompli comme il est décrit en Éphésiens 3:8-12:

« A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd’hui par l’Eglise la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu’il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur, en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance. » (Ephésiens 3:8-12)

C’est si important de la perspective de Dieu que ce n’était pas, à Ses yeux, trop exagéré de créer toutes choses pour que ce dessein puisse être exécuté.

Cette chose révolutionnera complètement notre façon de voir Dieu, parce qu’il a des desseins pour Lui-même qui n’ont absolument rien à voir avec les avantages que nous pouvons en tirer en tant qu’Eglise, ou qui profiteront même au monde.

Il ne s’agit nullement ici de ce qui arrivera à l’avantage du monde.

Il s’agit uniquement et exclusivement de quelque chose qui satisfait le cœur de Dieu.

De plus, c’est un fait très important qu’Il ait créé toutes choses pour que maintenant ce dessein puisse être exécuté par l’Eglise.

En d’autres termes, la totalité de la création, dans la perspective de Dieu, a été créée afin de rendre l’Eglise possible.

Tout est renversé.

Le monde pense qu’il a été créé pour lui-même. Il pense qu’il peut avoir ses grandes villes, son commerce, sa culture, et toutes les choses que les hommes célèbrent.

Le monde voit l’Eglise comme cette « chose du dimanche » dont la société tolère l’existence, pourvu qu’elle ne tracasse pas l’humanité et les choses qui lui sont importantes.

C’est le contraire de ce que Dieu dit.

L’Eglise elle-même ne voit pas cela, mais se voit plutôt comme ayant été établie pour communiquer aux hommes un certain nombre de bénédictions en satisfaisant leurs besoins.

Cette déformation grotesque n’est pas le dessein en vue duquel Dieu a établi l’Eglise.

L’Eglise n’est pas quelque chose qui se soumet aux hommes; ce n’est pas quelque chose d’institutionnel qui a été établi pour satisfaire les intérêts des hommes en établissant des programmes et des réunions.

L’Eglise dans son ensemble, même sous ses meilleures formes, en est malheureusement arrivée à cet état pitoyable, précisément par manque de connaissance du dessein éternel de Dieu pour l’Eglise.

En fait, à moins que nous nous identifiions au dessein éternel de Dieu, et que nous travaillions à l’accomplir, nous ne satisferons jamais les besoins des hommes. Une fois que nous voyons ceci, nous commençons à nous rendre compte que nos œuvres et nos carrières sont toutes secondaires, ce sont les provisions de Dieu destinées à garder le corps et l’âme ensemble.

Pourquoi l’Eglise a-t-elle toujours quelque chose qui la démange et veut-elle toujours trouver quelque chose à faire?

Pourquoi doit-elle toujours avoir un programme, ou quelque chose qui justifie son existence ?

Peut-être la réponse se trouve dans le fait qu’elle ne voit pas son existence en termes autres que la satisfaction des besoins immédiats autour d’elle.

Elle n’a pas vu ce qui lui aurait donné sa sécurité et sa base en Dieu, c’est-à-dire la compréhension du dessein éternel.

Cela l’aurait libérée de la nécessité et de sa démangeaison et de son besoin de faire quelque chose.

Je ne puis pas en dire assez pour graver ceci dans nos esprits. Si ceci ne trouve pas une place dans nos cœurs et notre entendement, nous sommes ESTROPIÉS dans notre service pour Dieu, aussi bien que dans notre connaissance de Dieu.

Nous devons comprendre tout le contexte cosmique de la foi, et nous devons comprendre qu’il y a une pièce de théâtre de nature morale et cosmique qui a eu son origine depuis le commencement, et qui progresse vers son dénouement.

Et la scène finale doit être accomplie par l’Eglise elle-même.

Puisque l’Eglise ne flotte pas dans le ciel, mais a son être sur la terre, Dieu a créé la terre pour que, par l’Eglise, une certaine démonstration ait pu être faite. En d’autres termes, toute notre vision de la création doit être liée à notre vue complète de la rédemption. Dieu n’a pas créé toutes choses pour que nous puissions jouir des avantages de la terre, bien qu’elle ait été donnée pour que l’homme puisse l’apprécier.

Son dessein est que par l’Eglise la sagesse variée de Dieu puisse être démontrée aux principautés et aux puissances de l’air.

C’était conforme au dessein éternel qu’il a accompli en Christ Jésus, notre seigneur. C’est le dessein éternel de Dieu pour la création et pour l’Eglise.

L’Eglise qui choisit d’ignorer le dessein éternel de Dieu et qui ne se livre pas à ce dessein tout en premier lieu comme sa raison d’être, n’est pas, par définition, l’Eglise. L’Eglise qui est indifférente au dessein éternel de Dieu, aussi impressionnante qu’elle puisse être d’une autre manière, n’est pas l’Eglise dans le sens apostolique et prophétique, et partant, dans n’importe quel autre sens authentique.

Afin d’être l’Eglise qui est l’Eglise dans la vérité, nous devons embrasser le dessein éternel de Dieu, quoique nous ne voyions aucune conséquence pratique qui nous pousse à le faire.

En fait, nous constaterons que le dessein de Dieu ne sert nos buts d’aucune façon. Il n’aide pas l’humanité, ni ne semble alléger une quelconque défectuosité actuelle dans le monde.

C’est tout à fait un mystère dont la démonstration est à faire face aux principautés et aux puissances de l’air. L’Eglise qui est disposée à faire cette démonstration fait connaître de ce fait la sagesse variée de Dieu. C’est là même la sagesse de Dieu.

La sagesse de ce monde est basée sur l’intérêt et ce qui est pratique, elle dit : « Quel avantage y a-t-il pour moi à faire cela? »

Mais la sagesse de Dieu est tout à fait sacrificielle.

Elle ne se repose pas sur l’avantage qu’on en tire, mais sur l’avantage que Dieu reçoit. Il n’y a aucun avantage pour nous, mais plutôt la probabilité d’embrasser la douleur rédemptrice pour qu’Il obtienne l’accomplissement de Ses desseins. C’est tout le contraire, jusque dans les moindres détails, à la mentalité de ce monde. La sagesse de ce monde dit : « Prends d’abord soin de toi-même; veille à tes propres intérêts; préoccupe-toi de ta propre sécurité; tu as seulement cette vie présente. »

La puissance des intérêts personnels, même dans des choses spirituelles, doit être brisée. La chose principale que Dieu donne pour briser l’orbite de l’égocentrisme est le sujet des desseins éternels de Dieu. Nous sommes hors course et déformés à moins que nos cœurs aient hérité l’éternité et rentrent dans la considération de Ses intérêts. Nous serons condamnés à un égotisme spirituel et à une vision des choses centrée sur notre point de vue.

(Lapidation d’Étienne)

Cette puissance peut seulement être brisée en embrassant un dessein plus grand que nous-mêmes, et autre que nous-mêmes – en l’occurrence le dessein éternel de Dieu.

Et que disent les puissances des ténè-bres ?

« C’est insensé; vous ne pouvez pas faire cela; c’est irrationnel et contradictoire; la nature elle-même vous indique que le gain et la survie sont les principes mêmes de la vie; c’est une vérité évidente en soi;

vous l’avez dans la déclaration des Droits de l’Homme, avec sa clause sur la poursuite du bonheur; votre bonheur est un droit inaliénable dans cette vie maintenant. C’est cela la vie !« 

Cela, c’est la sagesse de ce monde, mais Dieu attend une autre sagesse qui doit être démontrée, et toute la chair, le monde et le diable complotent contre elle.

Il y a un dessein éternel qui doit satisfaire Dieu.

Dieu dit qu’un peuple qui embrassera volon-tairement un dessein qui n’a rien à voir avec ses propres intérêts, et qui en fait sa raison de vivre, manifeste la sagesse de Dieu.

Car cette même sagesse a été démontrée à la croix !

Elle consiste à renier, au profit d’autrui, tout ce qui concerne sa propre vie et sa satisfaction personnelle.

En d’autres termes, la disposition à donner sa vie et à ne pas considérer que sa vie est précieuse à soi-même, relève de la sagesse de Dieu. C’est une sagesse qui s’affirme sur la faiblesse et la sottise.

Une sagesse humaine vit pour elle-même sa propre conservation, et ses propres intérêts, alors que la sagesse de Dieu vit pour les autres. Elle est désintéressée, et est également la sagesse du Fils de Dieu, qui n’a jamais rien fait de Lui-même, mais a vécu entièrement pour satisfaire Son père. Les principautés et les puissances incitent les hommes à satisfaire leurs propres intérêts. Ceci peut également se trouver de façon généralisée dans la sphère du ministère, où les ministres vont à l’école biblique dans le but d’obtenir leurs diplômes afin d’établir leur ministère. Et ainsi ils peuvent commencer à s’occuper des jeunes, puis devenir pasteur assistant, ensuite pasteur principal, et ainsi de suite. La présupposition fondamentale et inconsciente est souvent : « Qu’y a-t-il pour moi là-dedans ?« 

Aussi longtemps que nous sommes affectés et motivés par des intérêts personnels, nous n’aurons rien à dire aux principautés et aux puissances de l’air.

La question est alors la suivante : comment pouvons-nous être libres de cette énorme puissance d’égoïsme, qui semble être inhérente à la nature humaine? Dieu a brisé cette puissance à la croix.

La foule criait à Jésus : « Descends de la croix et nous croirons en Toi« , mais il n’a pas voulu.

S’il était descendu, à ce moment précis, cherchant Ses propres intérêts en conservant sa vie, Il aurait été en contradiction avec la sagesse même de Dieu.

Le fait de rester sur la croix jusqu’à la mort est l’expression d’un autre genre de sagesse.

Votre raison de vivre n’est pas non plus pour vous-même, mais pour un autre, c’est-à-dire Dieu et Sa gloire! Il faut une puissance pour être libéré du moi, et vivre pour la gloire de Dieu, et cette puissance est dans la croix elle-même.


 

Deux Sagesses en Conflit

Nous devons comprendre qu’il y a deux sagesses en conflit. Même le mot « sagesse » est légèrement source de confusion ici, parce que nous pensons à la sagesse en termes d’habileté, et l’application de la connaissance.

Une meilleure définition de la sagesse serait : « les valeurs morales de Dieu.«  C’est ce que Dieu est en Lui-même, et donc c’est aussi ce que l’Eglise doit démontrer en elle-même : qui est Dieu exactement et ce qu’Il est en Lui-même.

C’est ce que Jésus a fait lorsqu’Il est venu sur la terre. C’est entièrement ce qu’Il a fait pour accomplir les desseins du Père, sans Se soucier de Lui-même, en dépit du fait que la conséquence serait Sa propre douleur et Sa propre mort.

Dieu attend que le corps de Christ fasse exactement la même démonstration pour que la fin des âges se conclue.

Quand nous commençons à prendre Dieu et sa Parole au sérieux, et que nous nous rendons compte que ceci doit être accompli par l’Eglise, alors nous devrions également nous rendre compte que Dieu nous appelle à davantage qu’un rassemblement hebdomadaire chaque dimanche.

Ceci exige des relations sérieuses et quotidiennes, et de grandir ensemble.

A partir du moment où nous, en tant qu’Eglise, disons « oui » à ceci, nous devenons la cible des principautés et des puissances, et elles nous éprouveront. Nous nous ouvrirons à un nouveau genre d’opposition, si ce n’est à la persécution. Et il se peut fort bien que les croyants qui prennent connaissance de ceci gardent leurs distances, ne voulant pas inciter les puissances des ténèbres contre eux.

Dieu permet cette opposition, cependant, parce qu’elle approfondit la qualité et le caractère de l’Eglise qui la surmonte.

C’est le contexte cosmique de l’Eglise dans le monde.

Nous pouvons « parler » de mener des combats spirituels ou de « faire » la guerre spirituelle, mais quand nous n’en comprenons pas le cadre, alors cela peut même être faux. Même lorsque nous pensons les avoir vaincues, elles se rient de nous.

Le témoignage démoniaque dans les Actes (19) :

« Je connais Jésus et je sais qui est Paul; mais vous, qui êtes vous ? »

est une accusation lancinante qui retentit jusqu’à ce jour.

Quelqu’un a dit : « Ne soyez pas préoccupés par ce que les hommes pensent de vous. Vous serez bien mieux avancés de savoir ce que les puissances des ténèbres pensent de vous.

Si elles pensent que vous êtes à craindre, vous êtes bien mieux placés que si les hommes vous rendaient honneur. Les puissances craignent quiconque prend au sérieux la Parole de Dieu, la souveraineté de Dieu, et ses desseins. »

Nous saurons à quel point nous réussissons en tant qu’Eglise par le degré avec lequel les puissances de l’air reconnaissent notre authenticité. Il est absurde de croire que de crier après elles pour les « déloger » et de « prendre les villes pour Christ » vont accomplir quoi que ce soit, comme si l’important était notre capacité à crier ou l’utilisation de la terminologie correcte.

L’important, c’est l’intégrité, la qualité et l’authenticité de la vie commune.

Les puissances de l’air seront très heureuses de vous permettre de devenir intelligent verbalement et conceptuellement. Elles sont seulement effrayées quand cela devient réel. Quand elles voient l’authenticité de la vie et du caractère crucifiés, ce qui veut dire la vie même de résurrection dans la nature même d’une personne, alors elles se sauvent dans la terreur.

Elles savent de qui se méfier !

Si l’Eglise elle-même vit par la sagesse du monde, alors elle ne représente aucune opposition efficace contre ces puissances.

Elles ne sont obligées de respecter que l’authenticité apostolique,

c’est-à-dire qu’elles doivent voir la réalité du ciel et de la sagesse de Dieu en tant que fondation réelle des serviteurs de Dieu pour que leur autorité soit vaincue. C’est un changement radical dans la façon de voir la vie, la réalité, et les valeurs. Ce n’est donc pas une mince affaire d’accomplir cela. Nous avons ainsi besoin pour creuser profondément dans ce mystère,

« que la sagesse variée de Dieu soit maintenant manifestée par l’Église… » (Ephésiens 3:10a)

Paul a dit cela il y a deux mille ans, mais sa parole résonne toujours aujourd’hui. Cette même démonstration de la sagesse de Dieu face aux principautés et aux puissances dans les lieux élevés a toujours besoin d’être faite. Mais elle semble tout à fait déconectée des choses ordinaires de ce monde, et c’est ce que le diable veut que l’on continue de croire, c’est-à-dire que les choses qui sont éternelles n’ont pas de pertinence dans le temporel.

C’est précisément l’inverse qui est vrai,

parce que le fait d’être fixé sur ce qui est éternel conduit à être pertinent dans ce qui est temporel. Dieu ne les met pas dans des catégories séparées. C’est le jeu du monde : séculaire et spirituel; ou temporel et éternel. Dieu veut que cette dimension soit introduite dans notre considération. S’approprier les desseins éternels de Dieu changera tout maintenant, et nous rend plus significatifs et pertinents maintenant.


 

La Lutte Cosmique

Cette lutte cosmique implique la maîtrise du gouvernement et du contrôle du cosmos entier. C’est une lutte morale par deux espèces d’ordre moral : la justice, la sainteté et l’humilité de Dieu contre un autre genre de sagesse qui lui est diaboliquement opposée jusque dans les moindres détails.

C’est la sagesse de Dieu contre la sagesse de Satan. Il y a une concurrence ou d’immenses efforts déployés, un conflit, pour savoir qui va régner dans la création, et quelle sagesse, ou système de valeur, ou manière de percevoir la réalité elle-même va régner.

Nous savons que le monde entier est sous la puissance du malin, qui est également le père du mensonge. Nous devons également réaliser le degré auquel ces puissances ont réussi a tromper l’humanité au sujet de la vérité, au sujet de la réalité, et au sujet des desseins de la vie elle-même.

Elles asservissent l’humanité à propos des choses qui sont immédiates et visibles, mais elles cachent complètement hors de vue les choses qui concernent l’éternité.

Le monde entier est engouffré dans un mensonge fondamental, et même l’Eglise est ignorante de cela et a accepté le mensonge et les valeurs du système du monde, qui, dans les derniers jours, prévaudra en tant que système de l’Antéchrist. Les puissances de l’air sont asservissantes et tyranniques, voulant dominer la création de Dieu et toute l’humanité.

Le premier mandat donné à Adam était de prendre contrôle de la création de Dieu. Le gouvernement et l’autorité de Dieu sur ce qu’Il a créé s’expriment différemment du gouvernement de Satan. Satan peut se manifester par la supériorité que nous pouvons même exercer comme maris envers nos épouses, ou comme ministres dans l’Eglise.

L’autre gouvernement est le gouvernement de Dieu, qui a un caractère très différent. L’un exprime le génie distinctif du caractère de Satan, et l’autre le caractère de Dieu. Les deux sont en collision en vue de la possession triomphante ou le contrôle de cette création, et c’est cela, la lutte cosmique.

Le Monde en tant que Système

Scofield, le théologien britannique, définit le monde comme le système actuel du monde, un système qui est l’antithèse de Dieu jusque dans les moindres détails. Le système du monde lui-même suggère quelque chose que l’homme a fait par sa propre sagesse et sa propre mentalité.

Même dans le monde religieux, nous sommes continuellement tentés de devenir un système, pour systématiser quelque chose, et pour l’amener dans le cadre de l’arrangement humain.

Le système du monde est enraciné dans la puissance, la force, la menace, l’intimidation, l’ambition et la convoitise. C’est ce qui fait tourner le monde, et ce qui motive les gens à agir. C’est pourquoi ils vont à l’université, et quiconque est allé à l’université sait que c’est tout un système par lequel votre vie est vidée afin d’obtenir un diplôme qui vous fera accéder à une profession au salaire plus élevé.

C’est un système basé sur la reconnaissance de la valeur, et les principautés et les puissances sont profondément impliquées dans tout ce système. Seul celui qui en a fait partie, et dont l’œil spirituel a été ouvert, peut le voir.

La même chose est vraie dans le monde de la culture, le monde de la guerre, le monde du gouvernement, et le monde religieux. Partout où il y a des systèmes, partout où les hommes cherchent à favoriser leurs intérêts basés sur l’avarice, la puissance, l’ambition, la séduction et la force, c’est précisément là que les puissances de l’air ont leur influence, et ont rendu les hommes prisonniers.

Ces établissements ne sont pas simplement des organisations créées par les hommes pour subvenir aux besoins de l’humanité. Ils ont une vie qui leur est propre, un but qui leur est propre, et une raison d’être qui doit être perpétuée. Si vous commencez à défier leurs prétentions, et les raisons pour lesquelles ils existent, vous commencez à toucher à la puissance invisible qui existe derrière eux.

Partout où vous voyez un penchant, une manie, ou quelque chose qui s’étend sur la nation, par exemple certaines lignes de jouets pour enfants qui sont présentées de telle sorte que l’enfant doit absolument les avoir, alors vous savez que les puissances sont au travail. Le rock’n roll, la culture punk, la musique et le sport peuvent être ajoutés à la liste.

Ce qui s’est produit avec le sport est incroyable.

Ce n’est plus seulement un passe-temps plaisant, mais une puissante influence de supériorité pour laquelle les hommes tueront leurs rivaux et leurs adversaires, si le jeu ne tourne pas comme ils le voulaient ou si l’arbitre prend une mauvaise décision.

Le hockey n’est pas le hockey à moins qu’il y ait de la violence brutale sur la patinoire.

==================

Ce système peut seulement être mis à découvert

par ceux qui vivent complètement exempts de ses valeurs,
qui ne vivent pas sous son influence
ou qui ne sont pas menacés par lui.

Ils n’ont pas besoin que leur sécurité soit établie, physiquement ou socialement, en l’obtenant par le système.

Être hors du système veut dire que nous sommes des pèlerins, des voyageurs et des étrangers sur la terre.

C’est un sentiment très douloureux, parce que nous voulons la sécurité venant de l’approbation de ceux qui détiennent l’autorité, le prestige, l’influence et la puissance. Le monde, le système le veut, en fin de compte, et afin de préserver ses intérêts, recourra à la violence.

De l’autre côté, la sagesse de Dieu, en définitive, se livrera comme victime de la violence.

Elle souffrira la violence contre elle-même, comme la mort à la croix, plutôt que de se préserver par la violence ou la force.

Nous devons voir le monde entier comme un système qui asservit l’humanité, envoyant ses fils au loin pour faire la guerre, tuant ses enfants dans le sein maternel à cause des convoitises qui sont encouragées par des films, etc.

Tout le système est basé sur les plaisirs, l’ambition, la satisfaction, et vous passez votre vie entière essayant de surnager à la surface de ce système. Le système veille à ce que votre temps et votre attention soient portés sur tout excepté Dieu, et que vous vous donniez aux dieux de ce monde, même en tant que chrétiens.

En fait, comment décririons-nous le christianisme de nos jours? Est-il disposé à être radicalement différent du monde ? Ou bien veut-il trouver un lieu d’acceptation et de respect dans le monde et dans son système, tout en restant chrétien le dimanche par sa façon de parler ?

===============

C’est le genre de christianisme qui, nous le croyons, persécutera les personnes qui restent fidèles à Dieu dans ces derniers jours, à cause de la réalité « fanatique » de leur foi, qui voit et qui est opposée au monde et à ses systèmes.

Ces forces opèrent maintenant même.

Tout se prépare pour cette lutte finale et colossale, et ce n’est pas tant le monde que nous devrons craindre, mais plutôt ceux qui nous tueront en pensant servir Dieu.

Voici une vérité au sujet du système religieux qui se trouve davantage menacé par les personnes qui prennent au sérieux le dessein éternel de Dieu: il a crucifié le Christ, et a fait des apôtres des martyrs.

En fait, il n’y a aucun endroit où les principautés et les puissances ont une influence plus puissante que dans les établissements religieux.

En montant dans l’échelle du succès religieux, le fait de devenir un ancien, ayant tous les honneurs, étant tenu en grande estime, ouvre la porte grand’ouverte aux principautés et aux puissances pour qu’elles rentrent et trouvent résidence. C’est vraiment ironique que ce soit dans les structures même de la religion chrétienne, que les principautés et les puissances ont trouvé tellement de place !

« Par la bouche des enfants et des nourrissons Tu as fondé ta force, à cause de Tes adversaires, pour imposer silence à l’ennemi et au vindicatif« . (Psaume 8:2)

Comment Dieu fait-Il cela? L’ennemi glorifie la splendeur, le prestige, la renommée et les choses que les hommes admirent, et quand cela entre dans notre religion, nous sommes finis. Certains hommes aiment porter leur téléphone portable à leur ceinture. Ce n’est pas anodin ! Nous sommes dans un conflit cosmique. C’est une étape dans la mauvaise direction, parce que cela donne un air de prestige, car tout de suite on sait qu’il a les moyens de se permettre cela, et il doit être quelqu’un d’important ou sinon il n’en n’aurait pas besoin.

Si je sais quelque chose à propos de Dieu, c’est que Son œuvre la plus significative est accomplie par des hommes que personne ne connaît.

Paul dit ceci à son propre sujet : « inconnu, mais bien connu. » Inconnu des hommes, mais bien connu de Dieu. Les puissances de l’air connaissent également ceux qui ont l’autorité, et qui se sont séparés de l’esprit du monde. Ils voient que ceux qui portent les téléphones portables à la ceinture signalent leur prestige, ou ont de l’ambition, et donc ces hommes sont sans importance pour ces puissances. Ils goûtent à la même sagesse que les puissances.

Dieu a choisi les choses folles et faibles, et nous devons vivre sans nécessité de posséder et d’avoir, de chercher le prestige et d’être reconnus. Ceux qui sont sans astuce et ceux qui sont enfantins manifestent la sagesse qui triomphe des puissances.

Le christianisme qui devient prestigieux, louable, acceptable et respectable n’est rien d’autre que de l’apostasie.


 

Le Contexte Théocratique

La grande question fondamentale est celle du gouvernement, et il y a très peu de compréhension dans l’Eglise que ceci est même une question clé.

Dieu va établir son gouvernement théocratique sur Sa création (la théocratie est le gouvernement de Dieu).

Si nous ne comprenons pas que les luttes et la concurrence primaire sont là pour déterminer qui régnera sur la création, alors nous ne comprenons pas le contexte dans lequel le drame entier se joue.

Quand nous viendrons à parler d’Israël, nous verrons qu’Israël n’est pas simplement un sujet ou une question en lui-même, mais ce qui rend Israël si profondément important, c’est que ce pays est la clé qui servira à l’établissement du gouvernement théo-cratique de Dieu.

La bataille dont l’issue déterminera qui régnera sur la création se trouve être la lutte principale, et Israël est placé juste au milieu de ce conflit.

Israël en tant que nation n’a actuellement aucune conscience de ces choses, mais l’Eglise doit en être consciente, où elle ne comprendra pas pourquoi Dieu doit être si impitoyable dans Ses rapports avec cette nation : Il doit la préparer à prendre sa place dans le gouvernement de Dieu, parce que le gouvernement théocratique aura lieu avec cette nation et sur sa propre terre :

« Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la Parole de l’Éternel. » (Esaïe 2:3b)

Ceci n’est pas de la poésie, mais une vérité littérale, et les puissances des ténèbres le savent mieux que l’Eglise. Nous devons être certains de connaître l’intention de Dieu, parce que c’est en relation avec cette dernière que la question d’Israël va faire rage.

Les puissances des ténèbres veulent exterminer cette nation dont la survie et la restauration par un retour à son Dieu est la clé qui déclenchera le gouvernement théocratique de Dieu.

En effet, la question du gouvernement de Dieu est un principe fondamental de la foi.

Les disciples demandèrent à Jésus:

« Seigneur, est-ce en ce temps que Tu rétabliras le royaume d’Israël ? » (Actes 1:6b)

Au moins ils ont posé la bonne question, mais ils l’ont vue seulement dans un sens étroit, nationaliste, sans reconnaître la signification universelle de ce royaume. Le moment de la restauration de ce royaume n’était pas pour cette époque là, mais pour le futur.

Cependant, comme nous le verrons, l’Eglise est l’instrument de Dieu pour amener Israël dans cet endroit de restauration qui libère le Seigneur et Sa venue comme Roi, et la mise en place de ce gouvernement.

Nous devons commencer à penser en termes de gouvernement. Le mot « gouvernement » en lui-même a été pollué et corrompu par les hommes. Le gouvernement humain est criblé d’ambitions égoïstes, de fourberies, de stratagèmes, d’autoglorification, du désir de se remplir les poches, de privilèges et d’aubaines. Mais cette raison ne doit pas nous amener à « jeter le bébé avec le bain. » Nous devons ramener le mot à sa signification primitive et originelle.

Le gouvernement de Dieu est plus que de la bureaucratie; il a affaire avec l’ordre, mais il a également affaire avec les valeurs, le droit, la justice, la sainteté, l’impartialité, la paix, la miséricorde, la compassion et l’amour.

Les gouvernements du monde ne connaissent pas ces réalités. Ils sont fondés sur la puissance, le profit personnel et l’ambition, mais le gouvernement de Dieu donne la vie. C’est la santé de l’esprit et la santé du corps pour toute l’humanité.

Nous devons appréhender l’Eglise dans le contexte de ces choses, sinon nous penserons que l’Eglise est juste un endroit où nos besoins sont satisfaits, et où des réunions sont tenues. Ce genre de mentalité nous ne préparera à rien. Il ne nous mobilise à rien du tout, et donc nous ne comprenons même pas notre propre identité en tant qu’Eglise dans les nations.

« Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit: Le libérateur viendra de Sion… » (Romains 11:25-26)

Mon interprétation de ces versets est que quand le nombre de païens de toutes les nations, requis pour remplacer l’ordre angélique qui était tombé sera complet, alors tout Israël sera sauvé. Ils régneront alors à leur place depuis les mêmes lieux célestes, mais, cette fois, non pas contrairement aux desseins de Dieu, mais pour les accomplir.

Cela fera une grande différence !

En ce moment, Dieu est confronté à une opposition de la part de l’ordre angélique que Lui-même a établi, et une partie de l’histoire cosmique du rôle de l’Eglise est de trouver et de préparer un peuple de toutes nations pour remplacer ces anges déchus habitant les lieux célestes. C’est pourquoi nous aurons besoin de corps glorifiés, et c’est pourquoi Jésus a dit à Nathanaël :

« Tu crois parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier; tu verras de plus grandes choses que celles-ci… tu verras les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme. » (paraphrasé).

Autrement dit, les messagers, les saints glorifiés se déplaceront dans les deux sens en concert avec Dieu et un Israël restauré pendant le royaume millénaire et son gouvernement théocratique, régissant la sagesse de Dieu sur la terre.

- Si nous pouvons imaginer cela, ne ferions-nous pas bon accueil à la préparation dès maintenant ?

- N’aurions-nous pas une vue totalement différente de ce que signifie notre vie si nous savions qu’elle était une préparation à cette fin ?

- N’identifierions-nous pas que le dessein fondamental de notre existence est une préparation au dessein éternel de Dieu ?


 

La Défaite Finale

Paul était extrêmement conscient de ce royaume invisible, et en disant cela, nous voulons dire que notre conduite communique certaines choses. Par exemple, le fait que les femmes maintenaient leur tête couverte est un message important signifiant leur soumission à leurs maris, adressé à ces puissances. En fait, nous devons faire attention à ne pas injurier cette dimension de l’Esprit.

Les Écritures nous disent :

« Or, lorsqu’il contestait avec le diable et discutait au sujet du corps de Moïse, l’archange Michel n’osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: « Que le Seigneur te réprime (Jude 9).« 

Je pense qu’une des choses dangereuses ayant lieu maintenant dans l’Eglise est le genre d’égotisme religieux qui dit : « On peut remettre le diable à sa place«  et : « Tout ce que l’on a à faire c’est de leur commander de descendre des lieux célestes avec nos prières. » Faites attention. Pourquoi sommes-nous avertis de ne pas prononcer de jugement injurieux contre elles? C’est un principe très important.

Bien qu’elles soient un ordre angélique déchu, elles avaient un rôle qui leur avait été conféré par Dieu dans un gouvernement qui avait pour but d’accomplir les desseins de Dieu.

Nous lisons dans Colossiens 2:15 que le Christ a dépouillé les puissances de l’air :

« Il a dépouillé les principautés et les puissances, et les a publiquement livrées en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. »

Jésus les a dépouillées et en a fait un spectacle,

mais la défaite finale doit venir par l’Eglise.

Il les a dépouillées, mais il ne les a pas mises hors état de nuire !

Les puissances des ténèbres existent toujours et jouent toujours un rôle énorme en intimidant, menaçant et manipulant les individus et les nations par la crainte et l’insécurité. Elles disent : « Si vous n’avez pas votre place dans le système, alors quelle est votre sécurité ? Et comment allez-vous vivre ? Et si vous n’avez pas cette assurance ? Et qu’est-ce qui vous arrivera si vous n’avez pas ceci ou cela ?« 

Elles sont désarmées et vaincues, ce qui veut dire qu’elles n’ont aucun pouvoir légal de continuer leur travail. Leurs seules victimes sont les ignorants, les aveugles spirituels, et ceux qui n’ont pas compris que ces puissances ont été désarmées et détrônées à la croix. Pouvez-vous maintenant comprendre pourquoi Paul a voulu ne rien savoir d’autre que Christ, et Christ crucifié ?

Chaque fois que la croix est proclamée authentiquement et avec puissance, leur défaite devient plus visible. Ce n’est donc pas étonnant que nous entendions tellement peu la prédication de la croix.

Chaque vraie obéissance est une réitération de la croix. La puissance de la croix est dévoilée partout où il y a une obéissance jusqu’à la souffrance, et partout où il y a la confiance en Dieu, plutôt que la confiance en vous-même. Là où les puissances de l’air voient la croix réitérée, à cet endroit précis, et à ce moment là, elles sont défaites et freinées. C’est non seulement la croix proclamée, mais la croix démontrée.

Chaque fois que la croix est démontrée, c’est-à-dire, Sa souffrance, Sa mort – à ce même moment, Sa puissance est libérée, et les puissances de l’air sont contraintes de lâcher prise.

Jésus s’est donné sans tache par l’Esprit éternel de Dieu. C’était le genre de sacrifice qui a été rendu possible, même pour Lui, uniquement par l’opération de l’Esprit de Dieu, qui est l’Esprit éternel, et qui est l’Esprit du sacrifice. Chaque fois que ce sacrifice est fait avec cet Esprit, c’est une autre démonstration de ce qui a été exprimé à la croix, que les principautés et les pouvoirs de l’air ne peuvent pas supporter.

C’est la démonstration de Dieu Lui-même. C’est ce que Dieu est en Lui-même.

Sa nature est celle du dévouement personnifié, et quand Il est exhibé, les puissances de l’air sont vaincues, et quand Il sera exhibé par Son propre Corps, l’Église, alors ce sera la défaite finale.

Chaque fois que nous détrônons la satisfaction immédiate, c’est un acte sur la terre qui démontre et justifie qu’il y a un Dieu dans le ciel. Par quel autre moyen peut-on expliquer notre comportement « particulier » ? L’essence de notre vie et de notre conduite a pour cause déterminante un Dieu invisible.

Ceci seul est contraire à la sagesse de ce monde. La source de notre propre explication, et la manière dont nous agissons et nos actes, doivent entièrement être comprises sur la base de Dieu qui est invisible, et notre conduite est ce qui Le démontre, ce qu’Il est. Autrement, notre conduite n’a aucune explication du tout, et spécialement quand notre conduite est contraire à nos propres intérêts, qui est le principe fondamental de la sagesse de ce monde.

« Vous serez Mes témoins » ne veut pas dire distribuer des prospectus !

C’est démontrer que l’Eternel est Dieu, bien qu’invisible,

et la vérité de ce qui Le concerne est exhibée par notre obéissance sur cette terre,

en particulier quand elle va à l’encontre de nos intérêts, et que le gain que nous en tirons sera probablement l’incommodité ou la souffrance.

C’est un témoignage qui Lui est rendu, que les principautés et les puissances de l’air ne peuvent pas supporter.

Cette réponse est seulement possible en ceux qui ont déterminés à ne pas considérer leurs vies comme précieuses à leurs propres yeux. Qui d’autre s’inquiéterait de ce que les desseins éternels de Dieu soient accomplis, exceptés ceux qui L’aiment – davantage que leurs propres vies ?

  • Sommes-nous plus jalousement déterminés à ce que Dieu obtienne Sa satisfaction que nous ne le sommes pour notre sûreté, notre sécurité et notre plaisir ?
  • Sommes-nous libres de l’intimidation, y compris même de la nécessité d’impressionner les saints ?

Nous devons perdre la nécessité de « faire », ce qui est le cœur de l’intérêt propre.

Partout où il y a de l’intimidation, les puissances des ténèbres sont présentes, parce que c’est leur arme principale.

Leur moyen d’avoir toujours de l’influence est l’intimidation, elles jouent sur la crainte, l’insécurité, le besoin d’être accepté, de renommée, d’identification, de prestige et de succès – les mêmes valeurs qu’elles promeuvent elles-mêmes.

Arthur Katz

Référence: Apostolic Foundations.

Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES, #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES