© AFP
La bactérie de la peste bubonique
 
 

Après la mort d'une personne terrassée par la peste bubonique, la ville chinoise de Yumen a été en partie placée en quarantaine. Les autorités ont interdit aux habitants de quitter la ville.

Les autorités chinoises ont placé en quarantaine certains quartiers de la ville de Yumen, dans le centre du pays, où un habitant est mort de la peste bubonique la semaine dernière, ont rapporté mardi 22 juillet les médias chinois.

La victime, âgée de 38 ans, a été contaminée après avoir découpé une marmotte morte, qui était possiblement contaminée, pour nourrir son chien, selon le journal les Nouvelles de Pékin . La personne est décédée le 16 juillet. Les 151 personnes ayant été en contact direct avec la victime ont été placées en quarantaine, tout comme plusieurs quartiers de cette ville de 30 000 habitants, située dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine).

« Les autorités ne permettent plus à personne de quitter la ville », a annoncé la chaîne chinoise CCTV. Les véhicules doivent, eux, contourner l'agglomération. « Les habitants, y compris ceux placés en quarantaine, sont tous en bon état », a poursuivi CCTV. Aucun n'a montré de signes de contamination.

« La ville dispose d'assez de riz, de farine et d'huile pour nourrir ses habitants pendant un mois », a par ailleurs affirmé la chaîne.

Les foyers de peste ont été plutôt rares en Chine ces dernières années. La plupart ont été signalés dans des zones rurales reculées de l'Ouest. Ainsi, 12 cas ont été diagnostiqués - trois se sont soldés par des décès - dans la province du Qinghai en 2009, et un autre dans le Sichuan en 2012.

Dans ces régions, la peste peut être transmise par les puces de rongeurs comme les marmottes. La maladie peut être efficacement soignée, mais les malades peuvent décéder 24 heures après la contamination initiale, indique l'OMS (Organisation mondiale de la santé).

Au XIVe siècle, une épidémie de peste bubonique, appelée peste noire, avait tué des dizaines de millions de personnes en Europe.