Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Via SOTT

 

 

© Inconnu
 

BOGOTA, Colombie : Une mystérieuse maladie a submergé une petite ville du nord de la Colombie où des dizaines de filles ont dû être hospitalisées avec des symptômes dont les parents craignaient qu'ils soient dus à une réaction indésirable au vaccin anti-HPV.
Toutes ces filles avaient, dans les mois qui ont précédé, été vaccinées avec le vaccin Gardasil contre le HPV. Cette situation a conduit les parents à pointer du doigt les autorités et le fabricant américain du vaccin Merck. The Canadian Press ap, daily free press, Charles Buchanan

 


Les autorités disent qu'elles ne savent toujours pas ce qui a pu provoquer ces symptômes chez plus de 200 jeunes filles à El Carmen de Bolivar. Ces symptômes allaient des maux de tête à l'évanouissement, en passant par l'engourdissement des extrémités. Certains ont laissé entendre que les habitants de cette ville colombienne proche des Caraïbes pourraient être confrontés à un cas rare d'hystérie collective.

Les parents sont inquiets parce que toutes ces filles de 9 à 16 ans avaient été vaccinées par le Gardasil dans les derniers mois. Mercredi les habitants ont défilé pacifiquement pour exiger une enquête approfondie. Le maire de la ville, par ailleurs aussi médecin, le Dr Francisco Vega, a expliqué à l'Associated Press que ces maladies sont d'abord apparues à la fin du mois de mai et n'ont cessé de se multiplier depuis. Au cours du week-end, 120 jeunes filles ont été transportées à l'hôpital de la ville dont les structures médicales ont très vite été débordées. Aucun de leurs symptômes ne menaçait leur vie et toutes ont depuis pu rentrer chez elles.

Selon les spécialistes de la santé et les toxicologues qui avaient été dépêchés pour recueillir des échantillons de sang, ainsi que pour évaluer les risques environnementaux possibles, il n'y aurait aucune preuve que le vaccin qui a fait l'objet de tests et de réglementation à l'échelle mondiale, soit à blâmer.

 

© Inconnu

Le ministre de la Santé, Alejandro Gaviria a critiqué la couverture médiatique de ces cas qui a engendré une inquiétude et une panique soi-disant non fondées au sujet du vaccin qui a déjà été administré à 2,9 millions de femmes en Colombie.

« D'un côté, nous avons le poids des preuves scientifiques et de l'autre des opinions et des préjugés. » a-t-il déclaré mercredi, ajoutant que le cancer du col de l'utérus coûte la vie à plus de 3.000 femmes chaque année en Colombie. Veronica Trulin, responsable de la communication pour Merck en Amérique latine a déclaré que tous les lots du vaccin, y compris ceux qui ont été envoyés en Colombie répondaient à toutes les normes de qualité et de sécurité requises : « nous ne commentons pas les spéculations au sujet de nos produits » a-t-elle déclaré dans un e-mail.- La presse Canadienne, 2014.

La colère gronde parmi la population locale, lassée du déni des officiels.

Une population qui a manifesté en réclamant le déplacement sur les lieux du Président de la République et du Ministre de la Santé. Ce n'est pas parce qu'il s'agit de personnes pauvres que les officiels peuvent tout se permettre, en utilisant les jeunes filles du coin comme de vulgaires cobayes, voilà un peu le message que les lecteurs de ce site peuvent d'ailleurs tout à fait comprendre en se disant d'ailleurs aussi "il est vraiment temps que les gens se réveillent!", parce que quand Merck déclare avec une arrogance phénoménale ne pas commenter les spéculations sur ses produits, il leur reste à expliquer pourquoi ils développent présentement un autre vaccin anti-HPV si leur Gardasil est si parfait, si efficace et si sûr. De même, il est intéressant de savoir qu'au niveau des essais cliniques (toujours trop courts) du Gardasil, il y a eu 2,4% de jeunes filles vaccinées qui ont développé une maladie auto-immune, soit 300 fois plus que les taux officiels de notification d'effets secondaires à la pharmacovigilance (qui sont de 8 cas pour 100 000 vaccinations soit 0,008% -cf page 12 de ce document de Merck).

 

© Tomada de eluniversal

Il est donc urgent de ne surtout pas se précipiter pour se faire vacciner en pure perte...les éventuelles lésions du col disparaissent dans 90% des cas spontanément dans un délai de 2 ans, il s'agit d'une atteinte spécifique, délimitée et curable, là où les effets secondaires des vaccins sont largement moins connus, maîtrisables, réversibles et prévisibles dans le temps au niveau de leur délai possible d'apparition!

Des centaines de jeunes filles frappées par un mal étrange

Des jeunes filles qui tremblent et s'évanouissent avec des convulsions. Un mal étrange frappe une petite localité dans le nord de la Colombie, où les habitants mettent en cause une campagne de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH).

 

© Inconnu
 
 

A El Carmen de Bolivar, près du port caribéen de Carthagène, des dizaines d'adolescentes ont vécu les mêmes symptômes : les mains glacées, le visage blême et la perte de connaissance.

"Ils m'ont vaccinée en mai et les premiers évanouissements ont commencé en août. Mes jambes sont devenues lourdes, je ne sentais plus mes mains. Quand je me suis réveillée, j'étais à l'hôpital", raconte Eva Mercado, 15 ans, après sept pertes de connaissance en un mois.

Pour la plupart des familles touchées dans cette ville de 67.000 habitants, cela ne fait aucun doute. C'est le résultat de la campagne nationale de vaccination contre le VPH, une des infections sexuelles les plus courantes, qui peut déboucher sur des cancers de l'utérus.

370 mineures prises en charge

Le modeste hôpital Notre Dame est submergée par l'arrivée d'adolescentes inconscientes. Il n'est pas rare de voir des pères paniqués, venant y transporter leur fille inanimée à moto, sur les routes en terre de Carmen de Bolivar. Les médecins cherchent à constater une hypoglycémie ou une éventuelle trace de consommation de drogue. En vain. Selon un des responsables de l'hôpital, Augusto Agamez, quelque 370 mineures ont été prises en charge. Parmi les patients, il y a aussi eu un garçon.

"Il n'y a pas de diagnostic, ni de traitement spécifique", explique-t-il, en soulignant que l'établissement aide aussi "les familles à gérer ces crises". A leur réveil, les jeunes patientes se voient enseigner par les infirmières des techniques de respiration à travers un gant de latex. Elles reçoivent aussi du sérum physiologique et de l'oxygène. Une fois rétablies, elles repartent en attendant la prochaine rechute.

"Ma fille n'est plus la même"

"Ils m'ont déjà emmenée seize fois à l'hôpital le mois dernier", témoigne Beatriz Martinez, 15 ans elle aussi. Pour elle, tout a commencé par des maux de tête et de dos, avant que ses membres ne soient atteints. Sa mère doit l'aider à prendre son bain car ses jambes ne la portent plus.

Les jeunes filles atteintes ne sortent plus s'amuser dans les rues, certaines restant même cloîtrées. "Ma fille n'est plus la même", confie Jhon Jairo Mercaco, un vendeur ambulant. Il assure qu'il ne l'avait jamais conduite à l'hôpital depuis sa naissance. "Je suis désespéré", renchérit William Montes, un paysan qui a dû descendre de la montagne avec ses deux filles dans un hamac pour les faire soigner en ville.

Épidémie inexpliquée

Cette épidémie inexpliquée a soulevé un émoi dans tout le pays et le président Juan Manuel Santos est lui-même monté au créneau. Affirmant que la campagne de vaccination était sûre, le chef de l'État a évoqué un "phénomène de suggestion collective". Une réaction qui a provoqué une immense colère à Carmen de Bolivar, une région déjà très éprouvée par le conflit armé secouant la Colombie depuis un demi-siècle. Dans les années 80, des affrontements entre guérilleros et paramilitaires y ont fait une centaine de victimes.

"Pas une hystérie collective"

Le ministre de la Santé Alejandro Gaviria y a récemment été accueilli sous les huées et des incendies de pneus. S'il a promis une série de mesures - recensement des patientes, nouveaux examens, aide psychosociale -, le ministre a toutefois écarté l'idée de suspendre les vaccinations. "Nous n'avons pour le moment aucune raison d'arrêter", a fait valoir M. Gaviria.

Un discours qui est loin d'avoir convaincu les parents dont la vie familiale mais aussi professionnelle se retrouve bouleversée. "Ce n'est pas une hystérie collective, une manipulation. Si tu vois ta fille avec ces symptômes après la vaccination, à quoi d'autre s'en prendre ?", lance Maria Veronica Romera, la mère d'une adolescente de 13 ans bien amaigrie.

Voir aussi sur cette tragédie sans précédent des vaccins HPV (notamment) :

- Le scandale du Gardasil s'annoncerait-il aussi en Colombie?

- Japon: le Ministère de la Santé retire sa recommandation en faveur des vaccins HPV

- Gardasil: vaccin anti-HPV très critiqué en Allemagne et ailleurs.

- L'Autriche mise sur des méthodes sûres de prévention du cancer du col. Un sérieux revers pour le Gardasil

- Plus de 3000 médecins espagnols réclament un moratoire sur le Gardasil (déjà en 2008!)

- Gardasil: retrait demandé en Espagne après un décès

- Vaccin Gardasil: premiers dépôts de plaintes en Espagne

- Espagne: une association de victimes demande l'interdiction des vaccins HPV au Ministre

- Perquisition aux Pays-Bas chez les fabricants des vaccins Gardasil et Cervarix pour cause de conflits d'intérêts

- Arrêt d'un essai clinique du Gardasil en Inde: 7 décès, 120 effets indésirables graves, conflits d'intérêts, désinformation...

- 25 nouvelles plaintes en France contre le Gardasil

- 32 nouvelles plaintes en France contre le vaccin Gardasil

- Écourter les essais cliniques des vaccins HPV pour arriver à démontrer une fausse efficacité

- D'innombrables témoignages de victimes du Gardasil (paralysie, stérilité etc.)

- Aussi des victimes avec le vaccin concurrent (Cervarix)

 

Tag(s) : #COMPLOTS, #OCCULTISME EXTRATERRESTRES