Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retranscription

 

Nombre de pages : 3

 

 

_____

 

Je maudissais le jour où je suis né parce que j’ai vécu sans espoir tant d’années. J’ai vécu dans le Bronx, j’avais toute sorte de problèmes émotionnels liés à mon enfance. J’étais sauvage, et il y avait ces énervements qui s’emparaient de moi dans ces moments là, j’étais déchainé, je jetais les objets que j’avais sous la main et je me roulais par terre.

Parfois mon père m’attrapait, me maîtrisait au sol, jusqu’à ce que je me calme. Je l’ai dit au docteur, il y avait quelque chose en moi qui désirait intensément les ténèbres. Je m’enfermais moi-même dans un placard pendant des heures. Ma mère ne savait même pas que j’étais à la maison. Je me cachais sous mon lit, et je pouvais rester là pendant plusieurs heures.

Certaines nuits, je n’avais qu’une idée en tête, Sortir. Je descendais discrètement l’échelle de la sortie de secours, et j’arpentais les allées et les rues de la ville, jusqu’à 1h, 2h, 4h du matin. Puis je rentrais en douce, par le même chemin. Mes parents ne savaient même pas que j’étais sorti.

Je n’avais aucune joie dans mon cœur. Je n’étais pas heureux. Mentalement, j’étais dans la confusion, je peinais à l’école, je faisais le mur j’étais incontrôlable.

 

J’étais solitaire, je n’avais pas de réels amis. Un jour je fus invité à une fête dans le Bronx. Quelques gars qui étaient là me dirent :

- Ecoute, tu cherches une fille ou quelque chose ? Tu ne veux pas passer du bon temps ? Nous avons des amis qui se réunissent dans le parc près d’ici.

 

Je suis allé dans le parc. Nous sommes entrés profondément dans la forêt, c’était le parc de Pelham Bay dans le Bronx, beaucoup de gens buvaient, chantaient. Je demandais ce que c’est. J’ai commencé à parler à quelques personnes et ils me dirent :

- Eh bien tu sais, nous sommes païens. Nous sommes sorciers et nous prenons du bon temps. Nous venons ici pour prendre du bon temps.

 

Ce sont eux qui m’initièrent au satanisme. Nous connaissions les symboles satanistes et nous les dessinions sur le sol au milieu du bois dans cet endroit marécageux. Puis nous faisions appel à différentes puissances. Ils disaient :

- Appelez les anges !

 

En faite, j’ai réalisé plus tard que nous faisions appel aux démons. Vous sentiez une énergie vous envahir. Quelque chose commençait à changer à l’intérieur de moi.

Nous adorions une divinité occulte du nom de Samhain. Il est considéré comme un démon de haut rang et c’est à lui que nous faisions appel, continuellement. L’abréviation de son nom est : Sam !

Je me sentais réellement comme une sorte de soldat dans l’armée satanique. Nous devions mettre à genoux la ville de New York pour installer le règne de la terreur. Ce fut une tragédie, des vies innocentes furent perdues. Ma vie ruinée, la vie d’autres personnes a également été ruinée. Nous n’avons apporté rien d’autre que le malheur et la peine.

 

Lorsque j’ai commencé avec le satanisme, si jamais j’avais su que cela me mènerait depuis le début, aussi loin… Nous avons commencé par le sacrifice d’animaux. Puis les gens ont commencé à parler de sacrifices humains. Je n’avais jamais pensé que ce genre de chose pouvait me conduire au meurtre.

Vous vous figurez que le Diable va vous aider à vous en sortir, qu’il a un plan pour vous parce que vous le servez, parce que vous êtes un soldat. Il vous fait même croire qu’il y a une issue. Mais c’est un mensonge. J’ai réalisé que le diable n’allait pas me sortir de là lorsque je fus condamné à 300 ans de prison. J’étais emprisonné jusqu’à la fin de mes jours.

Au départ, cela semblait si anodin, le Diable n’allait pas me révéler la fin, me dire que cela allait me coûter la vie. A cette époque il était déjà trop tard.

 

Lorsque j’ai grandi vous savez, je n’avais ni la crainte de Dieu, ni de respect pour Dieu, je ne connaissais rien de lui, je faisais ce que j’avais envie de faire, tout ce qui me semblait bon. Je n’avais aucune idée sur le fait que mes actions allaient avoir une part de réelles conséquences. Vous savez lorsque vous faites quelques chose, vous pensez : De toute façon ils ne m’attraperont jamais.

La prison est un endroit de souffrance, de solitude. Vous rencontrez beaucoup de gens, qui marchent sans le moindre sourire sur le visage. Vous ne les voyez jamais sourire. J’ai vu des gens se suicider en prison. J’en ai connu personnellement, ils se sont pendus parce qu’ils avaient perdu tout espoir. Ils se sont pendus eux-mêmes dans leurs cellules. J’ai vu des gens se poignarder pour des babioles. En prison il y a un tel niveau de colère, les gens sont frustrés, ils savent qu’ils ont perdu la chance de leur vie, ils sont amères, ils rejettent leur amertume les uns sur les autres.

 

J’aimerais pouvoir revenir en arrière pour tout recommencer. Le fait d’avoir été le « Fils de Sam » a été un énorme gâchis, un énorme mensonge, Satan m’a totalement leurré, je ne savais pas ce que je faisais. J’étais juste programmé pour tuer. J’ai blessé des gens, j’ai pris des vies innocentes, je le regrette vraiment vous savez. C’est un fardeau et un chagrin continuel dans mon cœur. Ces vies détruites à cause de ma stupidité. Je n’ai aucune excuse. Il n y a personne d’autre à blâmer que moi-même.

Je ne pense pas que les gens réalisent la profondeur de la méchanceté de Satan à l’égard de la race humaine, combien il hait les êtres humains et la création de Dieu. Combien il veut détruire les gens. Plus ils sont séduits jeunes, plus c’est avantageux pour lui.

Au départ je n’étais pas sérieux, je jouais avec le feu, je me suis gravement brûlé. Je sais que le Diable a un plan pour chaque personne, il veut détruire et emmener cette personne en enfer, elle est aveuglée sur les dangers des choses qu’elle pratique, et finalement, il vole son âme.

 

Je marchais dans la cour de la prison une froide nuit d’hiver. Seul, je tournais en rond, mais cette nuit, un autre détenu s’approcha de moi et me dit :

- David, Jésus t’aime beaucoup, Dieu a un plan pour ta vie. Il m’a demandé de venir te dire qu’il a un plan et des projets pour ta vie.

- Ecoute, Dieu ne s’intéresse pas à moi, je sais bien que Dieu n’est pas pour moi. Je ne crois pas que Dieu m’aime. Je ne suis pas une pas une bonne personne je n’ai jamais rien fait de bon. Pourquoi Dieu m’aimerait-il ?!

- Je voudrais que tu le découvres

 

Quelques semaines plus tard, il m’offrit une Bible de Poche. Vous savez ces bibles de poches que distribuent les Gédéon. Il me dit de lire les Psaumes. Ce que je fis. Je fus très surpris. Je n’avais jamais lu de paroles aussi merveilleuses. Toutes ces choses commencèrent à toucher mon cœur.

Par exemple le Psaume 18, il est écrit : Je t'aime, ô Eternel, ma force! Eternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite! Je m'écrie: Loué soit l'Eternel! Et je suis délivré de mes ennemis.…

 

Des ennemis, j’en ai, beaucoup d’ennemis. En prison j’ai dû me bagarrer à plusieurs reprises, vous savez, pour protéger mon territoire. Une fois comme vous pouvez le voir, on a essayé de me trancher la gorge, en 1979. Toutes ces années j’étais dans les griffes du Diable. J’en avais marre de la vie, j’en avais marre de tout. Je disais laisse-moi tranquille, je vais crever en prison, un point c’est tout. C’était la période où je commençais à lire la Bible pour la première fois de ma vie. Dans le Psaume 18 au verset 6 par exemple, il est écrit : Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Eternel, J'ai crié à mon Dieu; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles. 

 

Il est dit que Dieu entend !

Un soir dans ma cellule, il était presque minuit… je lisais la Bible, je ne me rappelle plus ni le passage ni le psaume, mais soudain, j’ai ressenti encore cette oppression venir sur moi. Comme cette chose venait sur moi j’ai dit à Dieu :

 

Tu sais, je ne peux plus supporter ça. Dieu si tu es là, si tu veux faire quelque chose pour moi… je ne sais pas… je n’en peux plus de vivre comme je vis. Je n’en peux de vivre comme je vis, je suis fatigué de tous ces tourments par lesquels je suis passé. Je n’en peux plus de toute cette haine, je n’en peux plus de vivre, alors que je sais que j’ai blessé des personnes innocentes, détruit des vies. J’en ai marre du Diable. J’en ai marre d’être à côté de la plaque. Je n’ai aucune espérance, si tu t’intéresses à moi, si tu m’entends, aide-moi, permets-moi de t’ouvrir mon cœur.

 

Dans la solitude de la nuit, j’ai commencé … à pleurer. Toutes ces mauvaises choses sortaient de moi, je disais :

Dieu je suis tellement désolé d’avoir vécu comme un animal. Je suis tellement désolé pour toutes ces choses Seigneur. Je n’ai même pas compris ce qui m’est arrivé Seigneur. C’est comme si je n’ai jamais eu un moment de paix.

 

Je ne me rappelle plus exactement, mais quand je me suis levé. L’énorme fardeau que j’avais sur les épaules avait disparu. Je sais que quelque chose s’est passé, quelque chose a changé.

 

Il fut un temps où le Diable a utilisé mes mains. Mais aujourd’hui grâce à la grande miséricorde de Dieu, ces mains sont utilisées pour bénir les hommes. Je suis tellement heureux, et reconnaissant, pour ce que Dieu a fait dans ma vie. Je suis un assassin, un homme enfermé derrière les murs d’une prison depuis 19 ans, et Dieu m’a montré qu’il voulait me pardonner, et me donner une nouvelle vie.

Aujourd’hui, Dieu m’utilise ici en prison, pour aider d’autres hommes. Je leur apporte un message d’espoir, d’encouragement, je leur fais savoir que Jésus veut les aider. Jésus-Christ peut transformer leurs vies. Il peut reconstruire leurs vies brisées. Il veut rassembler les morceaux.  Si Dieu sauve quelqu’un comme moi, un assassin, et qu’il a fait de moi aujourd’hui son serviteur, il le fera demain pour n’importe qui. Personne n’est trop mauvais pour lui. J’étais autrefois le « Fils de Sam » et aujourd’hui Dieu m’a donné un nouveau Nom : Fils de l’espoir. C’est mon nouveau nom. Vous savez avec Dieu, il y a toujours de l’espoir.

Tag(s) : #TEMOIGNAGES