Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.christianismeaujourdhui.info/articles.php/ces-chretiens-qui-observent-le-sabbat-11762.html

http://www.christianismeaujourdhui.info/articles.php/ces-chretiens-qui-observent-le-sabbat-11762.html

26.01.15 - Les adventistes et les Juifs messianiques ont choisi de se reposer le samedi. Et ils ont fait de ce jour un moment réellement à part dans leur semaine de travail.
Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré au dimanche.

Le shabbat, ou sabbat, n’est pas observé que par les Juifs. Certains croyants, minoritaires au sein du christianisme, ont aussi fait du samedi leur jour du repos. Juifs messianiques (photo) et adventistes du septième jour sont ces adeptes souvent méconnus.

Un rendez-vous à ne pas manquer
On ne sera pas surpris que les Juifs messianiques aient gardé un attachement particulier à Israël et à sa culture, même s’ils reconnaissent le Christ comme le Messie.

A ce titre, ils ont gardé une fidélité littérale au Décalogue, considérant le shabbat comme un temps où l’on se consacre à vivre la présence de Dieu. Cette recherche intéresse aussi des personnes qui, comme Yannick, ne sont pas juives mais fréquentent par exemple le Centre messianique de Paris : «Le shabbat est un rendez-vous important pour Dieu et il l’est devenu pour moi», explique le jeune homme. Et d’ajouter : «S’intéresser à la culture israélite est essentiel pour comprendre le texte biblique.»
La quête spirituelle des adventistes s’inscrit aussi dans une dynamique de conformité à la Parole de Dieu, avec le désir de ne pas négliger des enseignements peut-être moins consensuels que l’amour ou la grâce. «C’est comme si j’avais rendez-vous avec un ami spécialiste en histoire de l’art pour visiter un musée. Si je manque le rendez-vous, je peux bien sûr visiter le musée seul et j’y trouverai sans doute de l’intérêt. Mais jamais autant que si j’avais été accompagné de mon ami», dit à propos du sabbat le pasteur Pierre Kempf.

Des choix de vie radicaux
Juifs et adventistes ont en commun le respect d’un jour du repos de 24 heures, du vendredi soir au samedi soir. A la sortie du culte, nul ne disparaît faire des courses ou terminer un dossier resté ouvert sur le bureau ! Rigorisme ? Formalisme ? Intégrisme ? Force est de reconnaître que de tels cas existent. Mais en rester là serait ignorer le vécu qui se dégage de cette démarche de foi. «Le samedi est un jour à part, un cadeau de temps. Dieu est ma priorité toute la semaine, mais je me consacre à ma relation avec lui de façon plus intense ce jour-là. Cela passe par le temps consacré aux autres, notamment à ma famille et aux personnes seules que je n’ai pas la possibilité de contacter ou de visiter en semaine. Je prends alors ce temps l’après-midi», explique Corinne, engagée dans un groupe de maison et membre d’une Eglise adventiste. Une qualité de présence rendue possible par l’abandon à Dieu : «A partir du moment où j’allume la bougie qui marque le début du shabbat, j’oublie tous mes soucis», affirme Denise, juive messianique. Pour autant, même si elle récite le kiddouch et accomplit d’autres rites, elle tient à préciser que sa communauté se distingue des règles strictes du judaïsme.
Bien sûr, faire du samedi un jour de repos complet implique des choix. Cela a même amené Elisabeth, adventiste, à entrer en école d’ingénieur plutôt qu’à suivre le cursus de la fac. Désormais dans la vie active, elle ne regrette pas sa décision et a trouvé un poste qui lui permet de ne pas exercer le samedi. «Je travaille énormément et, dans la folie de ma semaine, cela me permet de m’arrêter sans culpabiliser, de me recentrer sur des valeurs essentielles et de me rappeler qu’il existe quelqu’un de plus grand que moi, plein d’amour pour la personne que je suis.»
Au-delà du débat sur l’intérêt ou l’obsolescence de certains textes bibliques, la pratique des Juifs messianiques et des adventistes interpelle sur la gestion du temps et la place de la confiance en Dieu. «A travers la préparation du vendredi et la véritable fête qu’est le jour même de shabbat, on entre dans quelque chose de nouveau, dans un futur débarrassé des scories de la semaine qu’on place sous le regard de Dieu. Cette célébration hebdomadaire fait partie d’un itinéraire spirituel, tout comme les sept fêtes de l’année. Elle est chargée de sens dans notre cheminement personnel vers Dieu», résume Emmanuel Rodriguez-Perez, rabbi du Centre messianique de Paris.


Commander ce numéro S'abonner

Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES