Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.michelledastier.com/les-nouveaux-empereurs-evangeliques-3e-partie-par-michel-andre/

http://www.michelledastier.com/les-nouveaux-empereurs-evangeliques-3e-partie-par-michel-andre/

 

« Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu » (Mt 10 :26)

« De même que le serpent séduisit Ève par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. 

 

Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. […] Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres » (2 Corinthiens 11.3-15)

Dans cette troisième partie des « Nouveaux empereurs évangéliques » nous allons étudier d’un peu plus près les cas de quelques-uns de ces « empereurs » parmi les plus connus, médiatisés et souvent les plus respectés à travers le monde chrétien.

Notre objectif est de dénoncer, et de condamner les œuvres de certains, car Christ, par la voix de Paul nous demande de le faire « Examinez ce qui est agréable au Seigneur et ne prenez point part aux œuvres des ténèbres, mais plutôt condamnez-les » (Ep 5 : 10-11). Il nous demande de dévoiler ce qui se cache dans les ténèbres afin que beaucoup soient épargnés, car il s’agit du salut éternel de chacun. Si nous nous dérobons à cette tâche, Christ nous redemandera des comptes.

Notez aussi que si nous dénonçons, nous souhaitons aussi que ces personnes soient sauvées et nous prions pour que les écailles tombent de leurs yeux.

Enfin, nous-mêmes ne sommes pas à l’abri et il se peut que, par négligence ou « par amour pour le siècle présent » nous devenions aussi semblables à eux. C’est donc en toute humilité que nous faisons ce travail sachant que nous sommes des hommes comme eux !

« Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. »

Qui sont ces « empereurs » ?

Par définition, un empereur est un haut- personnage qui règne sur un empire. Or l’empire que nous dénonçons dans ces lignes c’est celui de l’Église apostate, empire en tant que domination sur les gens, non seulement spirituellement, mais pire encore, matériellement et financièrement, car ces personnages issus primitivement de la Tradition Réformée sont devenus, grâce aux fausses doctrines qu’ils professent en toute impunité souvent, de richissimes pasteurs et hommes (ou femmes) d’église, des sortes de « papes » évangéliques qui n’ont rien à envier à la papauté romaine dans toute sa magnificence et gloire humaines.

Rick Warren est l’un de ceux-là…

Joyce Meyer est l’une de ceux-là …

Brian Mc Laren est l’un de ceux-là…

Joel Osteen est l’un de ceux-là…

Benny Hinn est l’un de ceux-là…

Et bien d’autres encore.

Mais ne croyez pas que la France soit épargnée par ce fléau. Nous avons aussi nos « papes évangéliques » qui règnent en maîtres et sévissent dans leurs assemblées : Nuno Pedro, Ivan Castanou, Dorothée Rajiah, Alain-Patrick Tsengué, ainsi que beaucoup d’autres pasteurs et leaders évangéliques dont les noms sont accessibles sur des sites chrétiens francophones (dont le site Top Chrétien) eux-mêmes atteints par le mortel virus de l’apostasie et de l’hérésie. On ne sera pas étonné de connaître les liens qui unissent ces sites avec la franc-maçonnerie comme en témoigne l’organigramme ci-dessous. Nous pourrions aussi parler des différentes fédérations qui regroupent en leur sein d’immenses quantités d’églises évangéliques, toutes appellations confondues.

organigramme-chrétien

Le très grand danger de ces fédérations et autres groupements d’églises, est d’être répertoriées par le gouvernement et de faire l’objet de surveillance très étroite de la part du Ministère de l’Intérieur. On vous dira que c’est un bien qui peut éviter des débordements comme cela s’est produit dans les années passées. Oui mais…c’est aussi un mal car tôt ou tard, au moindre caprice d’un ministre quelconque, l’État se donnera le droit d’interdire et de fermer des églises et cela pas forcément pour des raisons de sécurité. N’oublions pas que nous vivons dans un état républicain laïc (pourtant très tolérant quand il s’agit des autres religions non-chrétiennes !) depuis 1789, dont la Constitution repose sur les principes maçonniques avec sa fameuse « trinité » de liberté, d’égalité et de fraternité…

La religion doit demeurer une affaire privée !

Il y a aussi le cas de Fédérations qui entretiennent secrètement d’étroites relations avec les pouvoirs publics et même avec le Vatican, trop content de pouvoir garder un œil sur ces organisations en travaillant avec acharnement pour qu’elles rejoignent un jour le giron de Rome, sans compter les éventuels subsides qui sont versés à l’insu de la grande majorité des membres de ces organisations purement humaines.

Le système pastoral dans les églises locales

Très certainement le problème des églises et de l’Église vient de cette anomalie qui se perpétue depuis longtemps : le système de gouvernement pastoral.

Si l’on se réfère aux récits de la Nouvelle Alliance, plus particulièrement ceux des Actes des Apôtres, il n’est nulle part fait mention d’églises ou d’assemblées chrétiennes dirigées par un homme ou pire, par un « couple pastoral » telles qu’on les rencontre aujourd’hui dans plus de 95% des cas !

Est-ce à dire que les assemblées doivent être livrées à elles-mêmes ? Non bien sûr. Paul nommait des anciens (ou évêques) dans chaque assemblée locale constituée, dont le rôle premier était de guider, d’enseigner et d’assurer une surveillance des fidèles pour les protéger des loups ravisseurs, non de les placer sous des jougs et des condamnations pour un oui ou pour un non, et encore moins pour se faire aduler, admirer ou pire, idolâtrer ce qui semble être hélas le cas dans beaucoup de nos églises aujourd’hui…

Techniques de manipulation mentales

Il devient hélas de plus en plus évident que la grande majorité des églises locales  de ce siècle sont conduites par des (ir)responsables qui se servent, rarement à leur insu, de techniques de programmation et de manipulation mentales envers « leurs » fidèles. Et cela pas seulement dans le monde anglo-saxon ou d’Outre-Atlantique mais aussi en France et un peu partout en Europe. La Bible peut devenir un instrument de contrôle lorsqu’elle est injustement utilisée par des malfrats qui veulent soumettre les fidèles à leur si précieuse autorité (en fait de l’autoritarisme digne des religieux musulmans). Ce sont là les nouveaux pharisiens de ce siècle qui « lient de pesants fardeaux sur le dos des hommes alors qu’eux-mêmes ne peuvent pas les remuer d’un doigt » !

Ils interprètent la Parole de Dieu à leur manière pour asservir et non pour libérer.

Ces techniques de manipulation savamment mises au point ressemblent étrangement aux programmations des Illuminatis qui les utilisent pour transformer leurs agentures en robots prêts à tout, même jusqu’à tuer.

Dans ces églises, c’est beaucoup plus subtil, car cela fait appel à un faux « spirituel », en fait cela affecte la pensée et tous les compartiments émotionnels de l’âme humaine (les affects), très sensibles. Le psychisme est facile à déstabiliser. Il suffit de savoir le manipuler. Des expériences très concluantes ont été menées dans des laboratoires secrets civils et militaires aussi bien en Angleterre (Tavistok Institute), qu’aux États-Unis en URSS et en Chine, dans le cadre de la « recherche scientifique » pour le Nouvel Ordre mondial.

Pour un « vrai » chrétien, ce n’est pas le psychisme qui doit dominer, mais bien l’esprit conduit par le St Esprit, ce qui est radicalement différent.

Deux cas singuliers se présentent à nous, que nous allons analyser de près pour constater la dangerosité des doctrines que ces meneurs religieux enseignent et qui se répandent comme une traînée de poudre dans tout le monde évangélique et pentecôtiste. Même dans un contexte chrétien il n’est pas vain de parler d’endoctrinement. Il n’y a pas que les islamistes… Voici ces « têtes de pont » :

Le premier, c’est Brian McLaren et son « concept » de l’Église Émergente.

Le second, c’est Rick Warren, très bien connu non seulement aux États-Unis mais aussi un peu partout dans le monde, à cause de deux ouvrages écrits dans les années 2000 « Une vie, une passion, une destinée » et « L’Église, une passion, une vision », ouvrages édités à plusieurs millions d’exemplaires et qui servent de manuel de bord pour une immense majorité de « conducteurs » religieux de toutes dénominations et confessions et tous pays.

LES DANGERS DE L’ « ÉGLISE ÉMERGENTE »

Le leader évangélique à l’origine de ce nouveau mouvement est le pasteur Brian McLaren des U.S.A. Il a écrit dans un de ses livres, A Generous Orthodoxy : « Je ne crois pas que l’exhortation de Jésus de « faire des disciples » signifie que les adhérents doivent forcément suivre la religion chrétienne. Il est à conseiller dans certaines circonstances, pour aider ceux qui veulent suivre Jésus, qu’ils peuvent demeurer dans leur bouddhisme, hindouisme ou leur contexte juif. »

Pour McLaren, dès lors, le salut n’est plus personnel, mais universel; à la place du Dieu Très Saint, il ne garde plus que sa propre conception d’une divinité aimante; et la théologie cesse d’être l’étude de Dieu pour devenir celle de l’homme. McLaren a aussi inventé un nouveau genre de salut, qui consiste à être « tiré de ses ennuis ». Tous ses écrits laissent apparaître sa stratégie pour le succès, à savoir la méthodologie catholique romaine de l’œcuménisme. Derrière la poésie et la rhétorique du mouvement de McLaren se cache l’hérésie. Le paradigme de McLaren participe de l’apostasie.

Il laisse apparaître tant de duplicité et de fausseté qu’il équivaut à un abandon de l’Évangile du salut par la croix et la grâce. La tactique de Satan reste inchangée: il propulse sur le devant de la scène des leaders qui se croient vraiment chrétiens mais proposent de nouvelles techniques anti-bibliques au lieu de présenter l’œuvre glorieuse de Jésus-Christ. McLaren propose sa stratégie véritablement œcuménique, sa nouvelle définition de Dieu, un contraste fictif au lieu de la Parole de vérité, une nouvelle définition de la théologie, une version révisionniste de l’histoire, un refus catégorique des principes bibliques fondamentaux, et un rejet de l’Évangile – et on pourrait allonger cette liste. Tout cela est typique de l’œuvre de l’Antéchrist. C’est le péché d’un homme qui se veut « spirituel ». Toute sa fausse théologie n’est plus qu’un ramassis de doctrines pseudo-psychologiques entièrement centrées sur l’homme et son ego.

McLaren renie résolument l’Évangile quand il écrit, par exemple:

« Notre christianisme tourné vers lui-même, axé sur le salut individuel, et inadapté n’est peut-être qu’un colossal et tragique malentendu; peut-être nous faut-il tendre l’oreille pour écouter à nouveau le véritable chant du salut, qui est ‘une bonne nouvelle pour toute la création’. Il vaut sans doute mieux mettre de côté tout ce que vous “savez” (si tant est que vous sachiez quelque chose) lorsque vous dites de Jésus qu’il est ‘Sauveur’, et que vous portiez un regard neuf sur la question du salut. »

Cette hérésie que professe McLaren est partagée par d’autres pasteurs, d’autres auteurs du mouvement de l’Église Emergente, notamment Alan Jones. McLaren cautionne le livre de Jones, Reimagining Christianity:

Tout comme McLaren, Alan Jones rejette le centre et le cœur même du message de l’Évangile. Il a l’audace de déclarer:

« Il faut en finir avec cette fixation de l’Église sur la mort de Jésus en tant qu’acte salvateur universel, et il faut réinventer la place de la croix dans la foi chrétienne. Pourquoi? Parce que derrière cette conception se cache un culte de la souffrance, en même temps que celui d’un Dieu vengeur » (17).

Cette doctrine abominable s’appelle « la substitution pénale » (18).

Mais McLaren ne semble pas se soucier de l’enfer, car il dit:

« La pensée de finir en enfer n’est-elle pas lourde au point que tout le reste s’en trouve dévalué? C’est mettre tellement l’accent sur l’importance de la vie après la mort, que sans y prendre garde on risque de dévaluer la vie avant la mort. Faut-il s’étonner si tant de gens pensent que le fait ‘d’accepter Jésus comme Sauveur à titre personnel’ les rendra pires, encore plus égocentriques, moins soucieux de justice terrestre, tout préoccupés d’être pardonnés au ciel. Une fois de plus, bien que je croie en Jésus comme mon sauveur personnel, ce n’est pas cela qui fait de moi un chrétien. Je suis chrétien parce que je crois que Jésus est le Sauveur du monde entier »(19).

Que doit-on faire lorsque tant de dirigeants enseignent des faussetés à nos jeunes?  Pouvons-nous nous permettre de demeurer silencieux pendant qu’un si grand nombre de gens sont conduits dans ce nouveau paradigme de l’Église Émergente?  Brian McLaren est connu pour ses nombreuses déclarations.  Il nous met au défi en disant: « La vieille, vieille histoire n’est peut-être pas la vraie histoire; nous devons donc continuellement redécouvrir l’Évangile. »   (Emergent Convention / La Convention de l’Émergence, Brian McLaren, présentation Powerpoint, www.lighthousetrailsresearch.com)

 17. Alan Jones, Reimagining Christianity: Reconnect Your Spirit without Disconnecting Your Mind, Hoboken NJ: John Wiley & Sons, Inc., 2005, p. 132.

18. Alan Jones, p. 168

  1. Brian McLaren, A Generous Orthodoxy , (Grand Rapids MI: Ed. Zondervan, 2004) pp. 276-278. Tout élément souligné dans les citations ci-dessus l’est également dans le texte original.

Malheureusement, les « professeurs » d’hérésies sont souvent aussi des gens dont les vies privées sont bien loin d’être des modèles à suivre. Un article de Blogdei nous montre comment ce libéralisme aveugle peut conduire aux pires excès et déviations :

Trevor Douglas McLaren et Owen Patrick Ryan lors de leur « mariage » le 22 septembre 2012, à Washington

 

« Avec nos amis de Vigi-Sectes, nous vous alertions depuis 2006 des dangers du mouvement dit « de l’église émergente » et de son « leader », Brian McLaren. Après avoir souligné le tournant libéral de la Ligue pour la Lecture de la Bible en France, qui avait ouvert toute grande la porte à McLaren, l’association Vigi Sectes avait réclamé un débat théologique national sur la question de l’émergence, débat qui avait littéralement tourné court.

Mais ce qui a récemment le plus posé problème, c’est le fait que l’apôtre du mouvement, Brian McLaren, ait marié son propre fils avec un autre homme le 22 septembre 2012. Il n’a pas participé à la bénédiction, comme on accepterait d’y venir par amitié: il a présidé une cérémonie de vœux d’inspiration chrétienne, comme dans un mariage classique, mettant ainsi en pratique dans sa propre vie les convictions des évangéliques progressistes qui veulent « abandonner l’hétérosexisme et se réconcilier avec les homosexuels ».

Avec les vies personnelles de certains de ses « leaders » en miettes du fait d’avoir adopté le libéralisme, le mouvement de l’Eglise émergente laisse ses plus belles années derrière lui et il est quasiment mort, ou exsangue, selon le théologien John Piper. Il faudra pourtant que des œuvres évangéliques comme l’AEF (ou maintenant le CNEF) et la Ligue pour la Lecture de la Bible s’expliquent, elles qui ont largement contribué (même si les dirigeants de l’époque sont partis) à introduire dans nos églises ces « change-agents » d’une forme nouvelle de libéralisme, plus proche des atteintes actuelles concertées contre la famille, que de la vérité biblique. » (Source: Blogdei)

A suivre…

 Mt 7: 15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? 17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. 18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. 19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. 20 C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. 21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? 23 Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. 
Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES