Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Lucy" de Luc Besson : un film sur la philosophie luciférienne (1ère partie)
Lucy est un film de science-fiction qui combine de profondes questions existentielles et une collection de scènes d'actions impliquant des gangsters asiatiques. Bien que cette dichotomie n'ait pas été bien reçue par la critique, il s'y trouve caché un message ésotérique. Lucy est en fait bien plus que le film où Scarlett Johanson incarne une "teigneuse" – c'est un conte allégorique célébrant la philosophie de l'élite : le luciférianisme.
 

Le fait que le personnage principal se nomme Lucy est le premier indice qui pointe vers une base philosophique du film. Le nom Lucy (Lucie) et Lucifer dérivent tous deux du mot latin "lux" qui signifie "lumière". [ à noter que le prénom du réalisateur est "Luc", même étymologie, NdT] Lucifer veut dire "porteur de lumière" en latin, et les lucifériens estiment que cet ange déchu aurait apporté la connaissance divine (la lumière) aux humains après avoir été rejeté du ciel par Dieu. Dans les cercles lucifériens, Lucifer est perçu comme un "sauveur" qui a fait don aux humains de la connaissance nécessaire pour accéder à la divinité.
Dans le film, Lucy est une version humaine de Lucifer, car sa capacité cérébrale augmentée lui permet d'acquérir la connaissance requise pour devenir un dieu.
 
 
Allant au-delà des anciens récits bibliques, le film est également étiqueté comme "transhumaniste", le produit futuriste dérivé de la pensée luciférienne. Le transhumanisme concerne l'accession des humains à un autre niveau de développement grâce à la technologie et à la robotisation. Pour pleinement comprendre Lucy, il nous faut aller plus loin dans ces deux concepts.
 
 
Luciférianisme et transhumanisme
 
Le mot "luciférianisme" est rarement employé parce que le mot "Lucifer" est associé à Satan dans la théologie judéo-chrétienne. C'est néanmoins une philosophie remarquablement répandue dans les hauts cercles de la société – ce que nous nommons l'élite occulte. Interprété sous plusieurs formes, le luciférianisme peut être associé aux courants philosophiques comme l'humanisme, le gnosticisme et le kabbalisme et c'est la force dirigeante derrière les sociétés secrètes comme le rosicrucianisme, la franc-maçonnerie et de nombreuses autres.
 
Le luciférianisme parle d'humains atteignant la divinité par des moyens humains. Cette philosophie est représentée symboliquement par deux figures mythiques qui portent des caractéristiques semblables : Prométhée et Lucifer. Ces deux figures sont considérées par certains cercles comme étant des bienfaiteurs de l'humanité en apportant feu et lumière (représentant la connaissance divine) aux humains en difficulté. Ils ont donné à l'humanité les moyens de devenir des dieux eux-mêmes, par leurs propres moyens.
 
À partir de cette perspective, les lucifériens interprètent les récits bibliques d'un point de vue privilégié. Dans la Genèse, les lucifériens considèrent le serpent qui a donné à Ève la pomme défendue comme un héros, car il est le seul à avoir apporté à l'humanité la connaissance du bien, du mal et de tout ce qu'il y a entre les deux. L'histoire de la Tour de Babel, une construction humaine destinée à atteindre Dieu dans le ciel est vue favorablement par les lucifériens car elle représente le combat de l'humanité pour accéder à la divinité ; la construction de cette immense tour fut pourtant stoppée par Dieu, perçu comme un démiurge jaloux ayant emprisonné les humains dans le monde matériel.
 
Au 20ème siècle, une version high-tech de cette philosophie est apparue sous la forme du transhumanisme, mouvement qui recherche l'utilisation de la science et des robots pour propulser l'humanité vers un autre stade de développement. Le but ultime admis du transhumanisme est la fusion totale humains-robots. Bien que la plupart des gens favorables au transhumanisme ne connaissent probablement pas grand-chose sur le luciférianisme, l'un de ses "pères fondateurs" voit clairement le lien.
 
Le philosophe britannique Max More a été le premier en 1990 à articuler les principes du transhumanisme en tant que philosophie futuriste et à démarrer une intelligentsia mondiale pour le promouvoir. L'un de ses essais, intitulé "Éloge du Diable" pénètre profondément le territoire théologique pour relier transhumanisme et luciférianisme.
 
 
Le Diable – Lucifer – est une force bienfaisante (où je définis simplement "bienfaisant" selon mes propres valeurs, ne voulant insinuer en rien une quelconque validité ou nécessité à l'orientation). "Lucifer" signifie "porteur de lumière" et cela devrait nous donner un premier indice de son importance symbolique. L'histoire veut que Dieu ait rejeté Lucifer du Paradis parce que Lucifer avait commencé à remettre Dieu en question et répandait une dissension parmi les anges. Nous devons nous rappeler que cette histoire est racontée du point de vue des déistes et non de celui des lucifériens (j'utiliserai ce terme pour nous distinguer des satanistes officiels avec lesquels j'ai des différences fondamentales). La vérité peut être tout simplement que Lucifer a démissionné du ciel.
 
Selon More, Lucifer s'est probablement exilé suite à l'outrage moral subi à cause de l'oppressif démiurge Jéhovah. Il décrit ainsi la base de la pensée luciférienne :
 
Dieu, le sadique bien connu, voulait sans doute garder Lucifer afin de pouvoir le punir et tenter d'affaiblir son pouvoir. Ce qui est réellement arrivé, probablement, fut que Lucifer en est venu à haïr le royaume de Dieu, son sadisme, sa demande de conformité et d'obéissance serviles, sa rage psychotique envers toute pensée et comportement indépendants. Lucifer a réalisé qu'il ne pourrait jamais penser totalement par lui-même ni agir certainement selon sa manière individualiste de penser tant qu'il serait sous le contrôle de Dieu. Il a donc quitté le ciel, ce terrible état spirituel gouverné par le sadique cosmique Jéhovah et certains anges l'ont accompagné, armés d'assez de courage pour remettre en question l'autorité de Dieu et ses critères de valeur.
 
Qu'est-ce que tout cela a à voir avec Lucy ? Hé bien, Lucy concerne tout ce qui figure ci-dessus. Le film parle de l'humanité qui atteint la divinité par la connaissance, de l'usage de la science et de la technologie pour détruire les "barrières biologiques".
 
Bien que tout ceci puisse paraître positif, il existe un côté troublant et sombre : seuls quelques élus peuvent être "illuminés" par la lumière de Lucifer. Le reste de l'humanité est perçu comme une race inférieure dont les vies n'ont pas de valeur. Pour cette raison, Lucy tue sans remords une masse de gens, dont de nombreux innocents. C'est ce qu'est réellement la pensée luciférienne.
 
Lucy, une banale idiote
 
Au début du film, Lucy est une jeune femme qui n'est manifestement pas un génie. Elle est manipulée par le crétin qu'elle fréquente afin qu'elle livre une mallette à une personne dans un hôtel. Elle se retrouve mêlée à une affaire à haut risque avec la pègre asiatique – et elle est perdue et paniquée en permanence.
 
 
 
 
Les premières scènes du film sont entrecoupées d'un documentaire montrant une panthère qui chasse une proie. C'est une manière plutôt appuyée de nous dire que les humains ordinaires non-illuminés agissent comme les animaux de la jungle.
 
 
 
 
Pendant qu'on la voit brutalisée par les truands, Lucy porte une veste à l'imprimé félin qui nous dit qu'elle est une humaine ordinaire agissant de manière animale qui n'a pas encore accédé à un niveau supérieur d'évolution.
 
Les truands finissent par transformer Lucy en passeuse de drogue. Ils introduisent dans son corps un paquet de CPH4, une drogue synthétique censée inonder le marché européen. Après avoir reçu un coup dans l'estomac, le paquet inséré dans son corps se rompt et son corps absorbe l'intégralité du contenu du paquet. Ce qui entraîne un développement de plus en plus puissant de son cerveau.
 
À un moment, un médecin dit à Lucy :
 
 
"Les femmes enceintes sécrètent du CPH4, en infimes quantités, pendant la 6ème semaine de grossesse. Pour le bébé, cela a la puissance d'une bombe atomique. C'est ce qui donne au fœtus l'énergie nécessaire pour construire tous les os de son corps. J'ai entendu dire qu'ils essayaient d'en fabriquer une version synthétique."
 
Dans le contexte philosophique du film, le fait que la drogue soit synthétique (ce qui signifie qu'elle a été crée par les hommes), est important, car c'est en lien avec la philosophie transhumaniste de l'évolution humaine grâce à la science et à la technologie.
 
Trouve-t-on une quelconque vérité scientifique dans le postulat de Luc Besson ? Voici l'extrait d'une interview avec Besson qui discute de la science derrière Lucy.
 
 
Question : Certains se plaignent du fait que la science derrière votre film – l'idée en général que les humains n'utilisent que 10 % de leur cerveau – est inexacte. Que répondez-vous à cela ?
 
 
Réponse : C'est totalement inexact. Pensent-ils que je ne sois pas au courant ? J'ai travaillé sur cette chose pendant neuf ans et ils pensent que je ne sais pas que c'est faux ? Bien sûr que je sais que ce n'est pas vrai ! Mais, vous savez, il y a beaucoup de faits dans le film qui sont totalement exacts. Le CPH4, même si ce n'est pas son vrai nom – parce que je tiens à cacher le vrai nom – cette molécule existe et une mère à 6 semaines de grossesse en est bien porteuse.
 
Alors que les faits scientifiques derrière le film sont nébuleux, leur portée symbolique ne l'est pas. Pendant que Lucy est en train de se transformer en superhéroïne transhumaine, le Pr Norman (joué par Morgan Freeman) fait une conférence sur le pouvoir inexploité du cerveau. Son discours devient rapidement une réclame pour le transhumanisme.
 
 
 
 
Le Dr. Norman explique que le seul but des cellules simples est de faire circuler la connaissance acquise. Les seuls moyens de l'accomplir sont soit qu'elles deviennent immortelles, soit qu'elles se reproduisent.... Lucy ne s'est pas reproduite.
 
Le Pr Norman dit ensuite quelque chose qui provient en direct d'un pamphlet pour le transhumanisme :
 
"Il est temps d'encourager les règlements et les lois pour pouvoir passer de l'évolution à la révolution".
 
En d'autres mots, les humains ont besoin d'atteindre une autre étape grâce à l'avancée technologique et scientifique, et non par l'évolution naturelle.
 
 
C'est exactement ce qui se passe pour Lucy. Tout en acquérant une bonne somme de connaissance, Lucy développe une perception extra-sensorielle et elle devient même capable de contrôler la matière et les autres. Mais une chose tourne terriblement mal : dès que Lucy devient plus intelligente, elle commence à tirer sur les gens pour les tuer. Pourquoi ?
 
Lucy la Luciférienne  : représentative de l'élite occulte
 
Quelqu'un a dit un jour : "Ce n'est pas la somme de connaissances qu'on possède qui importe, c'est ce que vous en faites". Qu'a fait Lucy en devenant la personne la plus intelligente sur Terre ? A-t-elle guéri le cancer ? A-t-elle trouvé une solution pour la faim dans le monde ? A-t-elle inventé un système économique équitable et profitable à tous les pays de la Terre ? Non. Elle s'est emparée d'un pistolet et s'est mise à tirer sur les types asiatiques. Encore pire, elle continue en causant de la souffrance à des gens innocents.
 
 
 
 
Dès que Lucy sort de sa cellule, elle tue tout les gens du voisinage. Tuer des gens sans remord est-il le signe d'une intelligence avancée ?
 
Bien que le fait de tuer ceux qui sont impliqués dans sa capture soit quelque peu compréhensible (même si elle n'a pas besoin de tuer tout le monde), le carnage ne s'arrête pas là. Quand elle sort, elle tire dans la jambe d'un chauffeur de taxi parce qu'il n'a pas répondu immédiatement à sa requête. Plus loin dans le film, Lucy conduit comme une personne insensée et provoque le carambolage d'une dizaine de véhicules.
 
 
 
 
Combien de personnes sont mortes ou blessées dans le carambolage créé par Lucy ? Lucy s'en fiche.


à suivre...
 

 
Traduit par Hélios


http://bistrobarblog.blogspot.com/2015/02/le-film-lucy-de-luc-besson-un-message.html

 
Tag(s) : #OCCULTISME EXTRATERRESTRES