Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le monde est-il devenu plus dangereux?
23.03.15 - Guerre en Ukraine, attentats de Paris, poudrière au Moyen-Orient: le monde semble devenir toujours plus dangereux. Mais est-ce objectivement le cas? Les chrétiens peuvent-ils (et doivent-ils) céder à l’alarmisme? Analyse.
 

Spontanément, que répondriez-vous à cette question: le monde est-il devenu plus dangereux? Il y a fort à parier que beaucoup diraient «oui» sans grande hésitation, en particulier peut-être parmi les chrétiens, qui s’appuieraient sur certains textes bibliques pour affirmer qu’il s’agit d’ailleurs d’un signe de la fin des temps. Mais les statistiques vont-elles dans ce sens (lire encadré)? Objectivement, le monde est-il plus menaçant qu’il y a dix, cinquante ou trois cents ans? L’historien Pierre-Yves Kirschleger résume une analyse partagée par nos experts: «Je ne dirais pas que le monde est plus dangereux. C’est la notion de danger qui a changé. Mais elle est relative». Les évolutions ne concernent donc pas seulement la «quantité» de danger, mais aussi la façon dont nous le percevons.

De nouveaux périls
Premier constat, factuel: de «vieux» dangers ont disparu pour laisser la place à d’autres sources d’inquiétude. C’est ce qu’affirme l’ancien ministre français Michel Rocard dans Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité?

(éd. Flammarion). Après avoir expliqué que «la violence est consubstantielle à l’espèce humaine», il relève qu’elle n’est pas forcément en augmentation, mais qu’elle prend de nouvelles formes. D’un côté, il observe «la disparition progressive des guerres traditionnelles classiques entre Etats». De l’autre, il remarque «une banalisation, une intensification et une omniprésence» de la violence: les banlieues s’enflamment, des crises politiques internes à un Etat débouchent sur des situations brutales (Syrie ou Egypte), plusieurs zones du monde sont minées par une puissance potentielle de violence immense (Corée du Nord ou Israël), etc. Dans la liste des nouveaux périls, on peut mentionner, avec le théologien Paul Wells: «La prolifération d’armements, la migration des populations qui conduit à la ségrégation et à la ghettoïsation, le terrorisme qui peut frapper n’importe où et toutes sortes de maladies nouvelles». Ce qui l’inquiète aussi, c’est que le développement technique permet à l’homme de nuire à son prochain par des moyens plus raffinés. Le théologien, qui donnera fin mai à Strasbourg une conférence sur le thème «Crises, fatalité ou opportunité? Approche biblique et eschatologique», a le sentiment que la crise est «devenue permanente, notamment du fait que l’économie mondiale semble incontrôlable».
Pierre-Yves Kirschleger ajoute que deux développements récents ont rendu le monde plus instable: «D’une part, l’islamisme politique et radical est désormais au cœur de l’Europe. D’autre part, le monde était paradoxalement plus sûr avec deux blocs, pendant la Guerre froide. La chute de l’URSS a déséquilibré le monde et le danger est beaucoup moins facile à identifier». Et le 11 septembre a aussi marqué une étape: selon le philosophe Jacques Derrida, nous sommes entrés dans l’époque d’une «guerre étrange sans guerre».
Plus grande sensibilité
Ces premiers éléments confirment-ils que notre monde est décidément toujours moins fréquentable?

(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

 

http://www.christianismeaujourdhui.info

Tag(s) : #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES