Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'Enlèvement aura-t-il lieu en septembre?

Sh

 
 
 
20.04.15 - Claude Ignerski prédit l’Enlèvement de l’Eglise pour septembre prochain. Ce qui pose question: est-il légitime de vouloir connaître la date de cet événement débattu quant à sa pertinence théologique?
 
 

Le dépliant publicitaire d’une conférence en Suisse de Claude Ignerski, auteur d’un ouvrage annonçant l’enlèvement de l’Eglise pour septembre 2015, réservé dans notre dernier envoi par un évangélique romand respecté, a suscité bon nombre de réactions de lecteurs. L’auteur défend l’idée selon laquelle les chrétiens sont en mesure d’identifier les signes des temps et donc de prédire la date de l’enlèvement de l’Eglise. Bon nombre de nos lecteurs contestent, en brandissant le texte de Matthieu 25, 13: «Veillez et priez, puisque vous ne savez ni le jour ni l’heure
Pour Robin Reeve, professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs (IBME),

«peut-être bien qu’une des nombreuses prédictions de dates concernant l’enlèvement de l’Eglise se vérifiera un jour. Mais cela ne prouvera pas pour autant que le raisonnement de son auteur soit correct».

 

Boutade mise à part, le théologien explique que la prédiction de Claude Ignerski repose sur une série de présupposés théologiques de la ligne dispentionnaliste et prétribulationniste héritée du darbysme, auxquels il a ajouté plusieurs interprétations sur l’âge de la terre, l’observation des astres, etc.

Rester prudent


Mais pour Robin Reeve, il existe au moins trois bonnes raisons de résister à la tentation de vouloir prédire la date des événements de la fin. La première, c’est leur côté imprévisible:

«Si nous parvenions à situer l’Enlèvement dans le temps, certains seraient tentés de “profiter de la vie“ avant de se repentir “juste dans les temps”. Or la Bible nous demande d’être prêts».

 

Deuxièmement, il conviendrait de retenir les leçons du passé. En effet, de telles prédictions sont récurrentes. D’ailleurs, certains croyants crédules ont vendu tout ce qu’ils possédaient pour le distribuer et se sont retrouvés sans le sou lorsque la prédiction ne s’est pas accomplie. D’autres ont rejeté la foi parce qu’ils se sont sentis trahis par le non-accomplissement des prédictions. Troisième raison et non des moindres, l’étude des signes des temps dans le but de prédire des événements à venir

«distrait les chrétiens de leur mission première: l’annonce de l’espérance de l’Evangile».


Mais alors, pourquoi donc les évangéliques semblent-ils si sensibles à ce genre de prédictions? «Car ils croient avec raison à l’imminence de la fin des temps et au retour du Christ.», conclut le théologien.

Christian Willi

 

Tag(s) : #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES