Image

Une maladie «mystérieuse» a tué 18 personnes, qui ont succombé brutalement, dans le sud-ouest du Nigeria. «Vingt-trois personnes (ont été) infectées et 18 morts ont été enregistrés», a déclaré un responsable de la santé dans l'Etat d'Ondo, Dayo Adeyanju. Un précédent bilan faisait état de 17 morts.

Le porte-parole de l'Etat d'Ondo, Kayode Akinmade, avait déclaré auparavant que cette «mystérieuse maladie était apparue au début de la semaine dans la ville d'Ode-Irele». Les symptômes de cette mystérieuse maladie sont des maux de tête, des pertes de connaissance et de poids, des troubles de la vue pouvant aller jusqu'à la cécité, suivis de la mort dans les 24 heures.

Les tests effectués jusqu'à présent n'ont pas indiqué qu'il pouvait s'agir d'une maladie virale ou en particulier d'Ebola, a précisé le porte-parole. Ebola, une fièvre hémorragique d'origine virale, a fait plus de 10.600 morts essentiellement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : Liberia, Sierra Leone et Guinée depuis début 2014 mais a globalement épargné le Nigeria.

Pas de nouveau cas depuis 72 heures

Selon le porte-parole de l'Etat d'Ondo, des spécialistes de l'Organisation mondiale de la santé, du ministère nigérian de la Santé et d'autres partenaires se sont rendus à Ode-Irele pour lutter contre l'infection. «Les quatre premières personnes à avoir contracté la maladie mystérieuse entre dimanche et lundi sont mortes dans les 24 heures après l'apparition des symptômes», a-t-il ajouté. «En dehors des 17 morts enregistrés, nous n'avons pas découvert de nouveaux cas au cours des dernières 72 heures. Aucun patient souffrant de la maladie n'est hospitalisé et la maladie ne s'est pas propagée au-delà de la ville», a dit M. Akinmade.

A Genève, l'OMS a confirmé les symptômes décrits et ajouté que, selon les informations dont elle disposait, on comptait «14 cas dont douze (ou 13) morts». Un porte-parole de l'agence de l'ONU a ajouté que des prélèvements de fluides corporels avaient été envoyés samedi à l'hôpital universitaire de Lagos et que les analystes étaient en cours.