Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour comprendre ce qui suit, il est important de lire cet article du blog, prenez quelques minutes pour le lire, le relire ou même juste le parcourir  :

 

 

 

 

 

 

Article de Secretebase

L'occultisme derrière le 25 décembre (Autres précisions)

T R I N I T Y
L'Arbre de Vie, la Fertilité, la Renaissance et l'Enfant Roi
 

     


Que chacun, s'il a des oreilles écoute bien ce que l'Esprit dit aux églises! A ceux qui auront remporté la
victoire, j'accorderai le droit de manger le fruit de l'Arbre de Vie qui se trouve dans le jardin de Die
u.
[Apocalypse de Jean 2 :7]
 

Ces explications ou croyances peuvent dériver d'investigations scientifiques, de spéculations métaphysiques ou de croyances religieuses. Comme pour tout type de croyances, les opinions concernant la validité des différents récits originels dépendent du point de vue et peuvent grandement varier selon les époques et les cultures. C'est toujours la même histoire depuis Babylone, un voile est crée pour cacher la vérité sur ce qu'on appel " DIEU ". Cette mauvaise matière est allé si loin que les fondements de l'humanité furent condamné pour des millénaires ...

 

Index :

 

  • ALCHIMIE
  • TRINITE DU SOLEIL
  • LES DEUX BABYLONES ET L'EGYPTE ANTIQUE
  • LES DEESSES SEMITIQUES
  • BABYLONE LE GRAND MENSONGE
  • TRINITE EGYPTIENNE
  • SEMIRAMIS - NEMROD - TAMMUZ
  • LA RELIGION CANANEENNE
ALCHIMIE

 

Cet art Alchimique de voiler les choses en suggérant les personnages et les légendes trouva son chemin jusqu'en Perse, Égypte et Chaldée. Les Hébreux le nommèrent CABBALE, les Perses MAGIE et les Égyptiens SOPHIA, et il était enseigné en même temps que la Théologie dans les écoles; il était connu de MOÏSE, d'ABRAHAM, de SALOMON, et des Mages qui vinrent de l'Est visiter le CHRIST.

La Magie tire son origine de la doctrine du
DIVIN TERNAIRE et de la TRINITE de Dieu. Car Dieu a estampé et scellé toutes choses créées de ce caractère de TRINITE, comme une sorte d'écriture hiéroglyphique, au moyen de laquelle Sa propre nature puisse être connue.

 

Le chiffre 3 et le chiffre magique 4 donnent le chiffre parfait 7, siège de nombreux mystères. Considérant que le Quaternaire repose sur le Ternaire, il s'agit d'un chiffre qui se tient à l'horizon de l'éternité, et dévoile tout ce qui en nous est lié à Dieu, incluant donc Dieu, les hommes, et toutes choses créées avec leurs mystérieux pouvoirs.

En ajoutant trois on obtiendra dix, qui marque le retour à l'unité. Par cet arcane se conclut toute connaissance des choses cachées que Dieu, par Sa parole, a révélées aux hommes qui avaient Sa faveur, afin qu'ils puissent avoir une véritable conception de Lui. Et voici la figure nommée
SPHERE DU CIEL.

La
SPHERE DU CIEL se compose d'un cercle représentant la TRINITE de la DEITE dans l'UNITE, Dieu avec trois têtes et une couronne, surmonté par un triangle, entouré d'un ARC-EN-CIEL, avec plus haut le SOLEIL et la LUNE.

 

La première couleur de ARC-EN-CIEL, sur lequel Dieu est assis, est le noir, avec le signe de SATURNE; la seconde est brun sombre, avec le signe de JUPITER; la troisième rouge, avec le signe de MARS; la quatrième verte et jaune, avec le signe du SOLEIL; la cinquième, verte, avec le signe de VENUS; la sixième jaune, verte, blanche et rouge, avec le signe de MERCURE; la septième, d'un gris argenté, avec le signe de la LUNE, et du jaune dessous. Les pieds sont placés sur le globe terrestre, où se trouvent des animaux et des collines, ainsi qu'un homme blanc et brun dont les yeux sont bandés et entre les pieds de ce dernier se tient un OEUF.

BABYLONE LE GRAND MENSONGE

 

A travers l'étude des mots et des étymologies contenus dans les mythes et les religions de l'Antiquité, Alexandre Hislop a dans son livre "les deux Babylones" recomposé le fil historique qui relie le Catholicisme aux anciennes religions chaldéenne, égyptienne, grecque et romaine. Le constat est effarant ! Il est fréquent que nous retrouvions dans les mythologies sumériennes, babyloniennes, et autres, des personnages dont l'histoire est semblable et seul le nom diffère.



 

L'un de ces personnages était connu pour avoir fondé BABYLONE lorsqu'il portait le nom de NIMROD (qui est très certainement un titre signifiant "Seigneur", ainsi que pour avoir construit des cités telles que Ninive où de nombreuses tablettes sumériennes ont été retrouvées, indiquant une copie des mythes égyptiens. L'astrologie de sumer est pauvre en comparaison de la connaissance des Egyptiens et de plus tard les Grecs, puis finalement au Vatican.



 

SEMIRAMIS (un avatar d'ISIS dont le nom égyptien est ASET) est la femme de NIMROD, elle est appelée NINKHARSAG (ou Nin-Khoursag), la "dame de la montagne", dans les mythes sumériens, où elle est le compagnon du Dieu ENLIL. SEMIRAMIS est devenue la reine de BABYLONE et a épousé NIMROD (Nimrud, Nemrod) . Selon l'historien Flavius Josèphe, et la Genèse laissent entendre que NIMROD était un puissant chasseur qui provoquait Dieu.

 

Le jour où NIMROD est à mort, le peuple a pleuré. SEMIRAMIS a donné naissance à un enfant, TAMMUZ et a déclaré qu'il était la réincarnation de NIMROD.

Ainsi elle est devenue une déesse dotée de nombreux appellations : Reine du ciel, médiatrice, reine de l'humanité.
TAMMUZ deviendra BAAL, le " SEIGNEUR ". NIMROD a comme planète correspondante JUPITER et la constellation d'ORION. TAMMUZ (Messie) né le 25 décembre est lié à la LUNE comme OSIRIS mais il n'est pas HORUS l'Egyptien.

 

Dans une autre version, TAMMUZ est le fils de SEMIRAMIS mais illégitime, c'est à dire un BATARD. La reine prétendait alors que sont fils était celui de NIMROD. Ainsi elle déclara, que le SEIGNEUR son mari était de retour (renaissance). Puis, lorsque les Babyloniens ont été dispersés dans différentes parties du monde, ils ont apporté avec eux le culte de la divine mère SEMIRAMIS et de son fils TAMMUZ.

 

Aphrodite et Hermes
Artémis / Diane
Ostara / Eostre
Devaki et Krishna

 

Ces appellations des divinités dépendent du lieu géographique où l’on se trouve. En Chine, ce fut le culte de la sainte SHING MOO. En Inde, celui de KALI ou de DEVAKI (la déesse) et de KRISHNA (son fils). A Ephèse, celui de DIANE. Toutes ces entités viennent d'Egypte et du culte d' ISIS (la déesse mère) et de HORUS (son fils) avec le père OSIRIS.

La déesse mère est
ISHTAR RHEA en assyrie, KALI / DEVAKI / INDRANI en inde. Chez les Estruques de Toscane ce sera le culte de NUTRIA, en Germanie celui de HERTHA / ERDA (Héra), la déesse de la Terre. Chez les indiens d'amérique ce sera la figure de WHITE BUFFALO CALF WOMAN, la femme bison blanc.



 

En Scandinavie, c'est le culte de DISA et OSTARA (EOSTRE) que l'on célèbre à Pâque (EASTER). En Grèce celui d'APHRODITE, la déesse médiatrice. A Rome, celui de VENUSCYBELE (la déesse mère) et de JUPITER enfant et son père CRONOS / SATURNE. En Palestine chez les Phéniciens, ce sera le culte de la déesse ASTARTE, appelée ASHTAROTH chez les Hébreux et TANIT, chez les Carthaginois.

Nous retrouvons le culte de la déesse mère tout au long de l'histoire et sous tant d'autres noms tels que
ZOE, SOPHIA, FORTUNA, EVE, etc. puis finalement MARIE dans l'église moderne. Elles donneront toutes naissance à l'enfant roi ressuscité, symbole solaire de la renaissance divine.

 

Horus le faucon
Jupiter / Zeus
Boudha
Kali

 

La culture juive a également su puiser dans tout ce qui l'entourait pour se construire pour créer la THORA (THOT-RA). Même le nom si sacré de leur terre promise, Israël, révèle ce processus. Le mot " ISRAËL " lui-même, loin d'être une dénomination juive, est probablement formé de la combinaison de trois noms distincts de divinités égyptiennes : IS - RA - EL.

Le Dieu
EL étant assimilé au PERE, il est le CAPRICORNE lié à OSIRIS, RA est le soleil de midi, c'est le ZENITH et IS pourrait être ISIS mais le judaïsme a pour IDOLE la prostituée sacrée et elle est certainement ISHTAR la femme tourmentée, une figure Egyptienne manipulée.

Voir : Lilith la fille en rouge


TRINITE DU SOLEIL

 

En Egypte, le premier Dieu représentant le PERE et cela avant l'époque des Pharahons, est PTAH. Sour la forme de PTAH SOKAR-OSIRIS, il conserve alors son aspect normal, mais tout en prenant les attributs de ces dieux. C'est le maitre du royaume des morts et le patron des orfèvres, SOKARIS figure dans le livre des morts, participant à la bonne séparation puis la libération du Bâ (l'Âme). On trouve parfois dans les textes une déesse SOKARET, parèdre féminin de SOKAR, qui s'applique à ISIS en tant que femme d'OSIRIS, ou à HATHOR, « sœur divine de Sokar ».

TA-Tnn (Ptah-Ta-tjenen) signifie " terre qui devient distincte " et se réfère à la Terre Primordiale et à la création. Ta-tjenen était la colline primordiale sur laquelle le premier
LOTUS (Lily) est né, il est NEFERTUM le fils de PTAH (Ta-tjenen). La LIONNE solaire SEKHMET est l'épouse de PTAH, quand un enfant vient, l'unité devient une TRIADE (Trinité).

L'enfant
NEFERTOUM (Horus) porte aussi le titre de SMATAWI, " la liaison des Deux Terres ", la haute et la basse Egypte. Historiquement la TRIADE de MEMPHIS est la première TRINITE de l'histoire avec l'invention du mythe Osirien avatar du Dieu PTHA. Chez les Egyptiens, le Roi était fils d'HORUS assimilé à OSIRIS, mais il n'est aucunement HORUS L'ANCIEN qui est le fils des Dieux. il y a donc une confusion entre le culte et les Pharaons selon les empires.

 

La Triade de Memphis : Nefertoum le fils, Sekhmet la Mère, et Ptah le Père

 

Les Egyptiens déifient le SOLEIL comme une trinité de dieux. OSIRIS, le Père, HORUS, le Fils, et RA, le soleil le plus haut (Zenith) chacun correspondant à au moins un des soleils tout au long de la journée (Matin, Midi et Soir). OSIRIS représente le soleil qui renaît comme HORUS est le soleil levant du matin, RA représente à lui seul la mi-journée et la TRINITE " RaHorakty " (Ra le Horus des Deux Horizons). La confusion entre les trois dieux et les positions du soleil. " Horakty " (Horus des deux horizons) indiquent que les Egyptiens considére que le fils est aussi le père (Osiris).

C'est pourquoi tout au long des textes des pyramides les morts de
HORUS et OSIRIS sont fréquemment interchangeables. Si HORUS (soleil du matin) est associé à LUCIFER / VENUS quand l'astre est étoile du matin, pour d'autre LUCIFER est la constellation dans laquelle le soleil se lève, elles changent selon les époques astronomiques à cause de la précession des équinoxes. Il y a donc un faux porteur de Lumière, ainsi pendant l'âge du TAUREAU, c'est l'étoile ALDEBARAN qui domine le soleil levant.

Voir : Aldebaran le Taureau

LES DEUX BABYLONES ET L'EGYPTE ANTIQUE

 

Selon plusieurs mythes et légendes, après le DELUGE, les descendants de NOE se sont multipliés et ont bâti la grande ville de BABYLONE. La véritable histoire de la DIVINE TRINITE que l'on retrouve dans toutes les cultures, comme l'ARBRE DE VIE et le culte du SOLEIL, serait originaire de BABYLONE. La culture et la science égyptienne est bien plus ancienne et de nombreux chercheurs datent le ZODIAQUE de DENDERAH à plus de 10.000 ans, bien avant l'époque des pyramides. Tout est copié sur l'Egypte.

Voir : Secret de Denderah

LES DEESSES SEMITIQUES


Le Principe Feminin et la Diabolisation de la Femme

NEMROD TUE GAÏA LA MERE ET LA TERRE
 

La constellation de la BALEINE est une figure importante dans le culte des Egyptiens, puisqu'elle est au sommet du Disque de Denderah, juste sous la Reine du Ciel (Vénus) avec un HORUS à côté, comme on peut le voir sur la fresque, à condition de mettre le ciel dans le bons sens, c'est à dire avec la VENUS en HAUT !

La Grande Mère Cosmique qui représente la TERRE (Gaia) dans la conscience magique est depuis toujours l’élément fondateur de toute religion, avec ses rituels chamaniques et magiques et solaire. La Grande Déesse était aussi associée à l’ARBRE DE VIE. Le
FEMININ SACRE n'est pas de donner le pouvoir à la Femme, c'est la quête de l'UNITE perdue qui équilibre le monde. En Egypte, la déesse NEITH est la mère de toutes les Déesses, elle est dite sans vulve ! Ce combat entre le bien et le mal est idiot, de même que le combat entre le PHALLUS du père Jupitérien et le FEMININ SACRE est idiot !

 

Constellation de la Baleine sur le Disque de Denderah

 

En Egypte OSIRIS (Ausar) était Lunaire, ISIS arborait l’emblème solaire sur sa coiffe. En Inde, SHIVA porte un croissant de lune sur son chignon. A Babylone le dieu SIN était lunaire, Chez les Celtes et les Saxons, le Soleil est féminin, la Lune masculin. Associée aux courants et aux forces telluriques, elle prit alors les formes symboliques du SERPENT chtonien et du DRAGON, alors considérés comme des entités positives associées à la Vie elle même et à la RENAISSANCE.

Dans les traditions sumériennes y a 6000 ans, en Mésopotamie, la Genèse biblique demande à l’homme de dominer et d’exploiter la Nature avec ses forces vives, dont la femme elle-même. Le serpent sera présenté comme l’ennemi corrupteur sous le nom de
LILITH puis EVE.

C'est ainsi que MARDOUK tue sa mère TIAMAT et s’empare du pouvoir et du sacré pour lui tout seul. Les antiques déesses sont chassées du panthéon judéo-chrétien alors que le YAWEH primitif avait une parèdre, tout comme le ALLAH préislamique. La Grande Déesse solaire devient alors lunaire, LILITH et KALI étaient noires et elle sont associées à la LUNE NOIRE en Astrologie, une invention fantaisiste.

Chez les anciens celtes le monde fut crée par la Mère des dieux et des hommes :
DANA, ou ANNA. Elle incarnait la fertilité, le pouvoir et l’opulence de la Nature et était aussi le Terre Mère nourricière en tant qu’être vivant, tout comme GAÏA en Grèce ou LAKSHMI akshmi en Inde. DANA s’est démultipliée en une quinzaine de divinités féminines : BIRGIT, MORGANE, EPONA, RIHAMON, etc. dont la plus part sont toujours présentes dans les légendes et les rites Celtiques.

ISHTAR - LILITH est aussi assimilée à la constellation ANDROMEDE qui comme son nom l'indique est androgyne, alors que de l'autre côté de la constellation des POISSONS, la figure il y a la CASSIOPEE une reine. La femme est enlevée du culte et de la gnose pour l'âge des poissons. ANDROMEDE parfois représentée nue chevauche le Zodiaque et le monde, c'est la grande prostituée de babylone gardienne de notre système esclavagiste.

Figure androgyne, elle peut représenter la figure d'un homosexuel travesti en fille, ou un transexuel. La robe rouge de la salope est approprié. C'est la Statue de la Liberté, la mère de notre système sataniste. Selon les forces occultes, c'est cette figure qui devrait sortir des poissons pour l'âge du VERSEAU. Elle est aussi un avatar de la femme esclave et soumise au maître.


Voir : Des Poissons dans le Ciel

TRINITE EGYPTIENNE


La divine trinité du Soleil après le déluge
 

C'est probablement en Egypte que l'étude moderne du ciel naquit, savoir jalousement gardé par les prêtres 3000 ans avant notre ère. Les structures comme les pyramides sur site de GISEH en égypte son également liés au constellations, c'est toute la surface du site de GISEH qui est en relation avec le ZODIAQUE, le SPHINX pointant dans la direction de l'actuelle constellation du LION.

Le ZODIAQUE égyptien démontre la construction des religions et de notre système sur la base d'un faux ZODIAQUE. C’est grâce à cette planisphère circulaire, que la France et d’autres pays ont pu devenir laïc ! C'est avec cette planisphère qu'il est possible de démontrer la construction des cultes et les mensonges des Eglises.

Ce disque prouve également que les autres cultures après les inventeurs de ce disque n'ont fait que copier sans comprendre le mystère du cercle de Denderah. DENDERAH aurait 13.000 ANS selon Albert Slosman (La grande hypothèse), avis partagé par l'astronome et physicien Jean Baptiste Biot. Les Dieux viendraient donc d'une civilisation plus ancienne.

Voir : Secret du Zodiaque

SEMIRAMIS - NEMROD - TAMMUZ


La trinité du Soleil de Babylone
 

NIMROD, fils de KOUSH et petit-fils de CHAM (l'un des fils de Noé d'après la Bible - Genèse X, 8-10) fut le réel fondateur du système babylonien que le monde actuel continue de pratiquer : Un système de concurrence organisée, fondé sur un système économique de recherche du profit. NIMROD aurait construit la tour de Babel, l'ancienne ville de Ninive ainsi que d'autres villes.

 

 

Les historiens sont certains que la tour de Babel est la ZIGGOURAT (un temple) découverte dans les ruines de Babylone et qui portait le nom de ETEMENANKI (« maison du fondement du ciel et de la terre »). On peut faire la correspondance entre Babel et Babylone, dont le nom fut fut donné par la première fois par les grecs. Babylone porte le nom en sumérien de Ka-Dingir-ra et Bab-ili en akkadien signifiant « porte de dieu » ou « porte des dieux ».

Le nom de "
NIMROD " est hébreu et vient du mot " MARAD ", qui signifie " IL S'EST REBELLE ". Il peut signifier également « CELUI QUI A VAINCU LE LEOPARD » en partant de la signification de NIMR, « léopard » et RAD, « dompter » et aussi « L'ABEILLE » (qui protège le Pharaon et le roi). Dans le manuscrit maçonique Dumfries N°4 (daté par le British Museum au début du XVIIIème), on décrit NIMROD comme suit : « puissant devant le Seigneur ». Avec les particules akkadiennes et sumériennes, on peut également confirmer ce sens : NÈ-EM-RU-UD : « la puissante tempête à la lumière du Seigneur ».

NIMROD se maria avec sa propre mère, SEMIRAMIS qui, après sa mort précoce propagea la doctrine diabolique de sa survivance en tant qu'esprit. Elle prétendit qu'un ARBRE A FEUILLE persistantes était apparu du jour au lendemain, à partir d'un tronc d'arbre mort, ce qui symbolisait l'émergence dans une nouvelle vie du défunt NEMROD.

 

Enki / Ea
Nimrod / Ea
Nimrod / Mardouk
Nimrod, Grand chasseur

 

Puisque le dieu MARDOUK (Merodak) était tenu pour le fondateur de Babylone (Archéologiquement parlant, la Tour de Babel a été construite plus de 1000 années après l'existence de Nimrod selon la Bible), des historiens pensent que MARDOUK représente NIMROD déifié. De même il en rapproche la figure des divinités méditerranéennes et orientales (BACCHUS, DIONYSOS;, CUPIDON , MITHRA, etc.) les archétypes antiques de l' ENFANT DIVIN à la mort tragique.

La mort du
GRAND CHASSEUR (qui est aussi un autre nom pour la constellation d'Orion) est un sujet de controverse. L'Écriture ne nous dit rien de la mort de NIMROD. Une ancienne tradition dit qu'il mourut de mort violente. Cependant les circonstances de cette mort, telles que l'antiquité nous les retrace, sont entourées de légendes. Des récits persans nous assurent expressément qu'il fut après sa mort divinisé sous le nom d' ORION, et placé au rang des étoiles.

 

 

L'identité de NIMROD et d'OSIRIS étant cependant établie, nous avons des renseignements sur la mort de NIMROD. Comme lui, OSIRIS mourut de mort violente et cette mort a été le thème central de toute l'idolâtrie Égyptienne. Si OSIRIS est le même que NIMROD, ce qui est certainement vrai, cette mort violente que les Égyptiens déploraient d'une manière si pathétique était exactement celle de NIMROD.

Un passage de Platon semble montrer qu'à son époque, l'égyptien
OSIRIS était regardé comme identique à TAMMUZ qui était le même qu'ADONIS le fameux chasseur, dont la mort fit pousser à VENUS de si amères lamentations. Comme les femmes d'Égypte pleurèrent OSIRIS, comme les Phéniciennes et les Assyriennes pleurèrent TAMMUZ , ainsi en Grèce et à Rome les femmes pleurèrent BACCHUS, dont le nom, signifie celui qu'on regrette, celui qu'on pleure. Au fond la substance de ces histoires est la même, et il est facile de voir qu'elles ont dû dériver d'une source commune.

 

On devnine NIMROD à travers un personnage dans les Mille et une nuits. NIMROD est aussi un acteur majeur de la FRANC-MACONNERIE. Dans son encyclopédie maçonnique, Albert Mackey écrit que NIMROD fut l'un des fondateurs de la société.

Parmi les dieux de Babylone personne n'a atteint une renommée plus large et plus durable que
TAMMUZ (forme akkadisée) tant aimé par ISHTAR (VENUS / APHRODITE), la Reine des Cieux amoureuses du bel adolescent qui est mort pour revenir à la vie.

Chez les sumériens il était probablement
DUMUZI (l'enfant légitime) dont l'une de ses différentes formes a été DUMU-ZI-ABZOU. Comme OSIRIS d'Egypte, était une divinité agricole, la récolte de Babylone a été le cadeau de la rivière. Il fut plus tard associé au mythe orphique de "la descente aux enfers".

 

TAMMUZ passait pour avoir été délégué par son père NIMROD, dont il était le double et partageait sa science, pour soulager les maux de l'humanité, apporter le salut aux victimes des misères inhérentes à leur race. Il y avait aussi une fille, KHI-DIMME-AZAGA qui est mentionné dans les hymnes sumériennes comme la sœur de TAMMUZ. Elle peut avoir été identique à BÊLIT-SHERI. Ce groupe familial a probablement été formé en symbolisant les attributs d'EA et son conjoint DAMKINA.

Du calendrier babylonien et de ce dieu viendra
TAMMOUZ, le quatrième mois du calendrier hébreu. Il correspond également au mois de juillet chez les arabes orientaux et les turcs. Certains textes anciens qualifient TAMMUZ de CHARPENTIER (Namgain).

 

Tammuz / Bacchus
Tammuz
Tammuz / Dumu-zi
Tammuz

 

Lorsque NIMROD avait le nom de TAMMUZ, il aurait été crucifié avec un AGNEAU à ses pieds et placé ensuite dans une caverne dont il aurait disparu trois jours plus tard malgré le rocher obstruant le seul accès existant. Cette histoire est similaire à celle de mythes égyptiens, indiens, chinois, asiatiques ou encore à la résurrection de JESUS au jour prêt.

Le Dieu
SOLEIL a vécu à trente-trois ans et demi avant d’être crucifié, au printemps de l'année au moment de la Pâque. La CROIX, qui est la lettre T et le TAU mystique des Chaldéens et des Egyptiens associé avec le disque solaire, et que l'on retrouve dans pratiquement toutes les tribus païennes était le signe de l'ARBRE DE VIE, le signe de TAMMUZ.

 

Ce signe signifiait que ce dieu était adoré comme le messie babylonien, le TAU mystique était appelé le SIGNE DE VIE : on le portait sur son coeur comme une amulette.

L'étude des monnaies antiques permet de retrouver ce signe cabalistique du
TAU. La confusion faite entre la croix X de Constantin et la croix T du catholicisme repose selon Tertullien (Apologeticus adv. gentes, Ch. 16) sur la croix en T qui figurait déjà sur l'étendard de la Rome Païenne, le VEXILLUM, drapeau de la Cité.

 

La vraie raison du signe de croix a donc ses racines dans le système des Mystères babyloniens. Le paganisme attribuait déjà à la croix des pouvoirs magiques. TAMMUZ porte aussi le RAMEAU, symbole de sa filiation comme BACCHUS est représenté avec une coupe à la main, la " KHÛS ", également le symbole de sa filiation avec NIMROD. Le jeûne des 40 jours du CARÊME catholique est aussi une fête babylonienne. Un jeûne était observée ches les païens comme préliminaires à la grande fête de TAMMUZ dont on célébrait la mort et la résurrection.

Voir : La résurrection

Chez les grecs TAMMUZ (Dumuzi / Adonis) est appelé BACCHUS. Certains l'identifient à ADONIS. On le surnommait aussi le « DIEU BERGER ». A chaque anniversaire de sa naissance, SEMIRAMIS prétendait que NEMROD venait rendre visite au conifère et y déposait des cadeaux. C'est l'origine " SAPIN DE NOËL ", il représente NIMROD revenu à la vie après sa mort (réincarnation avancée par Sémiramis).

 

Les plantes et les arbres s'inspirent de l'Egypte et ils ont été représentées sur de nombreux sceaux sumériens

 

La confusion entre l'ARBRE DE VIE et l'ARBRE DU SAVOIR, qui est le bien et le mal auquel EVE et ADAM ont goûté, est classique et pérenne. Thème universel, symbole de croissance vers le ciel et de verticalisation en Dieu, l'ARBRE DE VIE représente le mystère de l'expansion de la vie, mais encore la constante victoire sur la mort ; c'est l'expression parfaite du mystère de la vie qui est la réalité sacrale du cosmos, l'IMMORTALITE de l'âme et la RESURECTION.

Le mot
PARADIS, d'origine perse, repris en hébreu (pardès) et en grec (paradeisos), signifie verger entouré de murs et correspond au jardin décrit dans la Genèse. ADAM et EVE auraient vécu quelques jours dans le pays d'EDEN au sein du "jardin des délices" source de quatre fleuves nommés Pishôn et Gihôn.Ces fleuves seraient le GANGE et le NIL, pour d'autres ils sont le TIGRE et l'EUPHRATE.

 

Le Tigre et L'Euphrate, crossant fertile sumérien
Le Delta du Nil de la civilisation égyptienne

 

Ce verger toujours verdoyant abondait en fleurs et fruits multicolores et parfumés; là vivaient des animaux pacifiques et se trouvaient à profusion or et pierres précieuses. Un mur le séparait du reste du monde (mur de feu ou "mur" d'eau) et ce jardin-clos était devenu au Moyen Age un symbole de virginité et de vie monastique ou d'idéale insularité.

Les traditions islamiques, juives et chrétiennes parlent de L'
ARBRE DE VIE comme plante d'immortalité placée au centre du jardin d'EDEN. Il unit la terre au ciel et, régénéré par cette union, il emplit tout l'univers de sa majesté ; relié à la vie divine, il est un symbole de splendeur et de puissance.

Goro Adachi (The Nile Decoded) démontre la construction de la civilisation avec les fleuves
ARBRES DE VIE en utilisant le zodiaque et les astres. SATURNE est traditionnellement considéré comme le dieu et la planète du temps, elle a une période orbitale d'environ 30 années. L'orbite de la Lune autour de la Terre est d'environ 30 jours (un moi). Ainsi, dans l'Égypte ancienne, chaque mois était exactement 30 jours. La TRINITE et l'ARBRE DE VIE ont une base de construction dans le ciel : le ZODIAQUE et les 7 PLANETES visiblent à l'oeil nu. Mais ce n'est pas aussi simple que cela, il semblerait que le véritable ARBRE DE VIE est le pillier DJED Egyptien, dont personne n'arrive à expliquer à quoi il sert vraiment !

Voir : Secret de l'Arbre de Vie

 

Puis l’Ange me montra le fleuve de Vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place, de part et d’autre du fleuve, il y a des arbres de Vie qui fructifient douze fois, une fois chaque mois ; et leurs feuilles peuvent guérir les païens. De malédiction, il n’y en aura plus ; le trône de Dieu et de l’Agneau sera dressé dans la ville, et les serviteurs de Dieu l’adoreront ; ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. De nuit, il n’y en aura plus ; ils se passeront de lampe ou de soleil pour s’éclairer, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière, et ils régneront pour les siècles des siècles.
[Apocalypse de Jean 22 :1-3]

 

A Rome, le poète Ovide confirme que la déesse médiatrice mère d' ADONIS avait été changée en ARBRE pour enfanter son fils (Ovide, les métamorphoses, X,V). Aussi, le 25 DECEMBRE, jour qu’on observait à Rome comme le jour où le dieu victorieux était la fête de « NATALIS INVICTI SOLIS ».

Cette coutume reçut un autre sens : celui du
NATALE, origine du mot NOËL en français, c'est à dire la fête de l’ARBRE DE NOË du rituel de " NEMROD REDEVIVUS ", le dieu mis à mort rendu de nouveau à la vie, celui qui revient du royaume des morts pour renaître comme le SOLEIL pendant le solstice de décembre ... Cela n'a strictement aucun lien avec la naissance de JESUS le prophète.

Voir : Rituel de Noël

 

Ce fils, HOMME-BRANCHE, était symbolisé par une BÛCHE. En étant mis dans le feu, l'Homme-branche renaissait le lendemain comme ARBRE DE VIE.

On retrouve cette
BÛCHE / TRONC sans branche, entouré par le dieu-serpent ESCULAPE qui rend la vie. Ce SERPENT qui est aussi le symbole de la médecine est représenté autour de la BÛCHE. Il fait naître un ARBRE / PALMIER, symbole de victoire du SOLEIL invaincu.

 

Chez les chrétiens, il devient JEAN LE BAPTISTE, un jeune berger au boucles d’or, sans doute une référence aux CHERUBINS (les Anges) signifiant que TAMMUZ est un " KERUBI " (Kirubi). Voilà pourquoi la fête de la NATIVITE de la SAINT-JEAN associée au FEU, et adoptée par le catholicisme romain tombe à la date du SOLSTICE d'été le 24 juin.

La fête païenne de la mi été (opposé de Yule / Noël), est la fête de
LITHA (ou Midsummer) c'est aussi le jour le plus important de l'année pour les anciens cultes solaires. Cette période serait propice à la magie. Dans le calendrier des fêtes de la WICCA il y a vingt et une célébrations, dont LITHA.

Ce sont les quatre
SABBATS majeurs (Samhain, Imbolc, Beltaine et Lugnasadh), les quatre sabbats mineurs aux solstices et aux équinoxes (Yule ou solstice d'hiver, Ostara ou équinoxe de printemps, Litha ou solstice d’été, Mabon ou équinoxe d'automne). Traditionnellement, les mages récoltent les herbes magiques en cette journée qui est aussi la plus longue de l'année.

 

Freya la nordique
Grande Déesse Mère
La fête de Litha
marque le solstice d'été
Cupidon / Eros
le Saint-Valentin
Vénus et Cupison au pain de
m
iel, aux abeilles et au cerf

 

La fête de LITHA correspond à la fête de la SAINT-JEAN pour les chrétiens. C'est la fête de la RENAISSANCE et de la FERTILITE. Les déités à célébrer sont toutes les déesses qui symbolisent l'amour et le plaisir (VENUS, APHRODITE, ASTARTE, FREYA, ...). Il y a donc de nombreuses similitudes avec les fêtes CELTES et SCANDINAVES et leurs dieux.

Les feux de la
SAINT-JEAN est une tradition introduite en Occident par les druides et sont le reflet exact du culte de BAAL / MOLOCH. Les CUPIDONS / EROS était les jeunes ailés qui lançait des flèches comme NIMROD le chasseur. Ainsi, les cultes du monde sur l'autel de l'Amour sont les portes des convoitises dont ils sont esclaves. CUPIDON (romain), est souvent représenté sous les traits d'un jeune enfant espiègle, joufflu, avec deux petites ailes dans le dos et portant un arc, qui lui sert à décocher des flèches d'amour. La figure CUPIDONS / EROS est en relation avec la constellation ANTINOÜS et l'AIGLE Jupitérien, il ya encore un mélange des figures et une manipulation du ciel antique par les gardiens du culte.

Voir : La Vierge et les Centaures

L’archange GABRIEL dirige les forces qui ont la propriété de condenser la matière, c’est pourquoi il préside à la naissance des enfants. Cet archange est apparu à MARIE pour lui annoncer la naissance de JESUS, et à ZACHARIE, mari d’ÉLISABETH, (cousine de Marie), pour lui annoncer celle de son fils JEAN qui est devenu plus tard JEAN-BAPTISTE.

 

L'Archange Gabriel
Elie le prophète
Saint Valentinus
Lupercus / Pan

 

Dans le Nouveau Testament, ELIE signifie précurseur, JEAN-BAPTISTE était un ELIE parce qu'il était envoyé préparer la voie à JESUS (voir Matthieu 17:12–13). Le titre ELIE est également appliqué à d'autres personnes qui eurent une mission spécifique à accomplir, comme JEAN LE REVELATEUR et GABRIEL.

Les LUPERCALES (du latin "lupus », le loup et moins directement le LUPERCUS), dieu de la fécondité, des bergers et des troupeaux) était une fête païenne célébrée le 15 février, lendemain de la fête de SAINT-VALENTIN. Liées aux origines de Rome, leur nom vient du " LUPERCAL ", grotte au flanc du Mont Palatin, dans laquelle la Louve a allaité ROMULUS et REMUS, qui fonderont la ville de Rome. Les LUPERCALES devinrent la grande fête de la reconnaissance et de la fertilité.

 

VENUS et son fils CUPIDON, (Sémiramis et Tammuz) était nul autre que la MADONE ET L'ENFANT gardant le sacré cœur. NIMROD est alors le LUPERCUS / FAUNUS le chasseur chez les grecs ou encore PAN chez les arcadiens et VALENTIN chez les Romains païens.

Chez les Sémites il était
BAAL si souvent mentionnée dans la Bible, un autre nom pour NIMROD le " vaillant chasseur " (Genèse 10:9). C'est ainsi que SAINT-VALENTIN a été un jour mis de côté par les païens en son honneur.

 

TAMMUZ a également été " l'enfant ", " l'héroïque seigneur ", " la sentinelle ", " le guérisseur ", et le patriarche qui régnait sur les Babyloniens pendant une période considérable. " TAMMUZ DE L'ABÎME " a été l'un des membres de la famille d'EA, le dieu des ABYSSES, dont les autres fils, en plus de MERODACH, ont été NIRA une divinité obscure; KI-GULLA, le " destructeur du monde ", BURNUNTA-SA , " l'oreille large ", et puis " BARA et BARAGULLA ", probablement " révélateurs " ou " oracles ".

 

Tammuz le porteur de lumière de la Trinité sur l'Arche de l'Arc-en-ciel

 

Un autre symbole représentant TAMMUZ est la FLEUR DE LYS. Il est aussi assimilé à LUCIFER porteur de lumière sur l'ARC-EN-CIEL des deux mondes, l'un des premiers symboles de la TRINITE. Le personnage est aussi lié à JANUS le « Dieu des Dieux », le tout premier être divin issu du CHAOS. L'arrivée des Indo-Européens, ainsi que de leurs croyances, en Italie aurait donc ainsi modifié le panthéon.

 

La double tête de JANUS représente la tête du PRÊTRE-SAGE d’un coté et l’autre tête est celle du POISSON (Oannes / Jean) qui doit désigner sa vie dans les eaux souterraine (Absou en langue sumero-akkadien et que les copieurs grecque ont utilisé pour former le mot Abyssos), les ABYSSES.

JANUS n'est qu'une autre forme du Dieu JUPITER / ZEUS le premier dieu, assimilé à ZEUS des Grecs il s’approprie toutes les aventures de son homologue.

Voir : Secret du Vatican

 

Le SCEPTRE de TAMMUZ est surmonté d’une POMME DE PIN car sur l'ARBRE DE VIE, elle mûrit lentement, pour libérer ses graines mûres. Ce processus symbolise l'effet d'ensemencement sur d'autres personnes à la culture en collaboration avec l'expansion de la conscience. Le Dieu Assyrien ailé tient également une POMME DE PIN symbolisant sa puissance et représentant de la régénération liée à TAMMUZ de Babylone, HORUS l'égyptien, et tant d'autres ...

 

Offrandes au dieu solaire ailés SHAMASH tenant une
pomme de pin dirigés vers les préposés au baptème
Deux Genis, gardiens ou anges baptisant
l'arbre de vie avec deux pommes
de pin

 

Les cônes mâle de cet arbre produisent des SPERMATOZOÏDES tandis que les cônes femelle produisent des oosphères. On dit que les conifères sont hétérosporés. Mais chaque ARBRE présente habituellement les deux types de CÔNES. Les mâles produisent des petits spores qui deviendront des gamétophytes mâles. Les CÔNES femelles sont plus gros et plus complexes que les mâles et renferment les OVULES.

 

Le sceptre de Tammuz
surmonté d’une pomme de pin
Pomme de pin sur les
fresques des Assyriens
Dionysos et le sceptre en
forme de pomme de pin
Bouddha porte la pomme
de pin au sommet

 

Le BOUDDHA porte également la POMME DE PIN. Certains y verront le signe de l'ILLUMINATION et le pouvoir des CHAKRAS, la plus grande farce jamais inventée pour la servitude de l'homme, les autres préfèrant les éclaircissements vont reconnaitre le symbole antique de la fertilité et de la renaissance : le PHALUS. Le CÔNE DE PIN est donc une référence aux inventeurs de la civilisation, du culte et du système économique egyptien puis babylonien qui perdure toujours, un symbole de pouvoir et de domination et de la gnose.

Le dieu grec
DIONYSOS (Bacchus) transporte aussi une POMME DE PIN, comme un symbole de fertilité. On retrouve ces symboles sur les statues païennes, et toujours comme symboles de fertilité et de l'art de régénération à travers les mystères du ZODIAQUE.

 

Dionysos, pomme de pin
sur la tête et sur le sceptre
Architecture catholique
et pomme de pin
Tammuz et sceptre
pomme de pin
Sceptre Papal avec la
pomme de pin sacrée

 

Les enfants sont toujours considérés comme prolongeant la vie de l'espèce humaine, par conséquent, la POMME DE PIN devrait être liée à la nouvelle vie et la conception des enfants, à la MAGIE SEXUELLE. Le fruit de cet ARBRE est également composé d'écailles, elles sont arrangées en spirale suivant la suite de Fibonacci, la divine proportion, soit le NOMBRE D'OR , un code mathématique pour la lecture du ZODIAQUE de Denderah.

Voir : Nombre d'Or Clef du Zodiaque

On associait donc les divinités aux arbres comme symbole d'alliance, ainsi l'origine du SCEPTRE royal proviendrait de ce symbolisme de l'ARBRE DE VIE. Aujourd'hui, cette graine symbolique de la fertilité de l'arbre de vie (le zodiaque) est présente sur le SCEPTRE papal.



 

Comme patriarche, TAMMUZ peut avoir été considéré comme un otage des dieux et la forme humaine de EA, qui a instruit l'humanité comme le roi OSIRIS : Comment faire pousser du maïs et cultiver des arbres fruitiers. Il était l'esprit du maïs et est mentionné dans la Bible par son nom babylonien. Le thème de l’ARBRE DE VIE, ou AXE du monde, est présent dans toutes les mythologies indo-européennes et toutes les grandes traditions de l'humanité, il remonte aux origines mêmes de ces peuples.

Voir : La Résurrection

Le mythe babylonien de TAMMUZ, le dieu mourant, est semblable au mythe grec d'ADONIS tué par le SANGLIER et métamorphosé en ANEMONE (végétation). Il est aussi identique à DAONUS ou DAOS le " BERGER DE PANTIBIBLA ", mentionné par Bérose le Chaldéen en tant que dirigeant d'un des âges mythiques de Babylone.

 

La naissance du seigneur Adonis
dans l'arbre de vie
Adonis tué par un sanglier : Vénus
accourt vers lui et teint les roses de sa
ng

 

TAMMUZ comme OSIRIS est dans son double caractère un patriarche et un dieu de la fertilité. Il est suggéré que le mythe d'ADONIS qui est un titre de l'Hébreu ADONAÏ a été dérivé plusieurs fois par les Grecs indirectement de Babylone. Le titre " ADON ", signifiant " SEIGNEUR ", ainsi " ADON-IS " peut signifier le " SEIGNEUR SAINT ". La forme singulière, ADONI ("mon seigneur"), n'est jamais utilisée dans la Bible pour se référer à Dieu. Elle était par contre en usage chez les Phéniciens pour leur dieu TAMMUZ, et est à l'origine du nom grec d'ADONIS.

Si
OSIRIS d'Egypte ressemble à TAMMUZ, son origine mésopotamienne n'a pas été prouvé. Il semble probable que TAMMUZ, ATTIS, OSIRIS, et les divinités représentées par ADONIS et DIARMID ont tous été développés d'un dieu archaïque de la fertilité et de la végétation. Différents animaux ont été associés avec le dieu de la récolte, qui semble avoir été manifestée, de temps en temps dans des formes différentes, pour son esprit envahi toute la nature.

 

OSIRIS dieu de
la végétation
SOBEK Le dieu crocodile qui, amadoué, apporte la fertilité
ICHED et l'arbre persea des
dieux symbole de vie éternelle
KHNOUM le dieu de la
fertilité
et de la fécondité

 

Les anciens étaient persuadés que les parties, ajoutées à un tronc d’ARBRE, à une figure humaine, non seulement donnaient un caractère divin aux divinités, mais encore leur communiquaient une vertu sublime, une influence semblable à celle que l’on attribuait à l’ANIMAL SACRE dont elles étaient un extrait, et à la CONSTELLATION et à l’ASTRE dont elles étaient l’emblème

En Egypte, l'âme d'
OSIRIS a pénétré le TAUREAU APIS ou le BELIER de MENDES. Le BOUC symbole de fécondité lunaire et nocturne a été immolé au dieu de la nature. Un culte fut rendu au dieu BELIER BANEBDJEDET honoré à MENDES (Mem-Nun-Daleth-Samech), qui selon Hérodote, signifiait BOUC en égyptien. De ces animaux symbolique et du BOUC sacré est dérivé le culte du PHALLUS, qu’on a aussi appelé PRIARPE à Rome, ou le dieu-chèvre PAN (LUPERCUS).

 

AMON RA
dieu à tête de Bélier
APIS le taureau sacré
symbole de fertilité
BANEBDJEDET
dieu bélier de Mendes
PRIARPE, protecteur
des jardins et des troupeaux

 

Le chef des divinités de MENDES qui était BANEBDJEDET (le Seigneur des Djedets), était l'une des figures d'OSIRIS. Avec son épouse la déesse poisson HATMEHYT et l'enfant HAR-PA-KHERED (HORUS), ils ont formé la TRIADE de MENDES.

Ainsi, le BELIER protecteur de
MENDES, verra son culte être associé à celui de son épouse la déesse poisson HATMEHYT, représentée avec un poisson-chat sur la tête.Elle est figurée par un poisson, car « mehyt » signifierait « poisson ». Son nom égyptien signifie « Celle qui est devant les poissons ». Selon un récit mythologique de la Basse Époque, Hatmehyt aurait participé à la recherche des morceaux dispersés du corps d’OSIRIS. Ce fait prend son importance quand on sait que lors des LUPERCALES, ou l'on vénérait LUPERCUS (PAN / FAUNUS), la déesse JUNON / LUCINE y était associée.

LILITH, ASHERAH, ASTARTE, ISHTAR, MYLITTA, HATHOR ou
HATMEHYT, ou quels que soient ses autres noms, elle est la courtisane en rouge écarlate qui œuvre comme la complice du dieu PRIARPE, devenu depuis démon. Car les Hébreux le connaissaient par son nom BA'AL PEOR, lequel devint au moyen âge BELPHEGOR, et c’est lui le meilleur Satan sexuel.

Le culte d’
AMMON, dieu à tête de BELIER, doit son origine au BELIER CELESTE et à la connaissance de ce signe du zodiaque. Une autre similitude apparaît entre le dieu BELIER égyptien et PAN, est qu’ils seront diabolisés l’un comme l’autre, si tenté qu’ils sont différents. BANEBDJEDET deviendra dans la tradition judéo-chrétienne, le BOUC DE MENDES, celui qui est l’ange déchu, c'est à dire BAPHOMET. On peu également relier la créature mystique au Dieu CERMUNIOS le CERF qui correspond au BELIER dans le zodiac celtiques.

Voir : Religion Celtique

 

FAUNUS / LUPERCUS
protecteur des troupeaux
SETH le Sanglier
symbole du désordre
PAN, dieu de la Nature
protecteur des bergers
MENDES / BAPHOMET
le Bouc sacré

 

Le symbole du BAPHOMET est donc directement inspiré de ces connaissances antiques. C’est ainsi que BACCHUS (DIONYSOS), fut souvent représenté avec la tête du TAUREAU CELESTE, ou seulement avec ses cornes, et quelquefois avec ses pieds. La nouveauté avec le BAPHOMET est qu'on lui attribue dans sa représentation les signes du zodiaque, le culte de la NATURE et des éléments est transformé en culte PHALLIQUE.

Voir : Le Baphomet

LA RELIGION CANANEENNE

 

Canaan regroupe les territoires de Phénicie et de Palestine, les prédécesseurs d'Israël. La religion cananéenne est supposée être un dérivé de la religion babylonienne, elle même provenant de la mythologie sumérienne. Par la suite, la culture religieuse cananéenne influença amplement la religion israélite. De ces territoires proviennent les enseignements qui nous apprennent que MOLOCH (BAAL) était un synonyme de NEMROD ou de TAMMUZ.

Voir : Religion Cananeenne

 

 

Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES