Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"

L’ancienne rock star, Ralph Rieckermann a confessé en 2012, avoir assisté à des « fêtes » où les invités payent une fortune afin d’assister à la mise à mort d’un être humain.

 

Si le commun des mortels savait ce qui se passe dans un certain monde élitiste, il serait horrifié de savoir ce que font ceux qui sont à la tête de ce monde : Divertissement, Politique, Economie, Religion.

 

Rien n’est jamais totalement caché, affirme la Bible. Tout ce qui se passe sur cette planète tôt ou tard, est su de tous, même si certains préfèrent ne pas y croire.

Dans un document de TMZ, l’ancien bassiste, du groupe Scorpions, Ralph Rieckermann, admet avoir participé une fois à une  « snuff party », ce sont des fêtes où les participants payent beaucoup d’argent, pour avoir le frisson de voir un être humain (bien souvent des enfants), violé, torturé et/ou tué.

Ralph affirme qu’il a vu des gens payer plus 100 000 dollars pour voir un meurtre en direct. Même si les journalistes ont essayé de tourner cela en dérision, il est resté sérieux, en affirmant qu’il ne rigole pas.

L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"
L'ancien bassiste de Scorpions évoque des "snuff parties"

Je me suis rendu à une autre de ces « fêtes », où j’ai assisté à la chose la plus dégoutante qui soit, j’ai voulu vomir.

 

Plus tard, lorsque cette vidéo a fait le tour du net, sa réputation a été entachée, puisque les internautes ne lui pardonnent pas le fait de s’être rendu à ce type de « fêtes ». Devant ce bad buzz, il a tenu à rétablir sa vérité en affirmant que ces mots ont été sortis de son contexte…

Ralph affirme maintenant qu’il s’était au départ rendu, à une fête sado maso, qui ne l’a finalement pas intéressé. Puis on l’a emmené dans une autre pièce et c’est là qu’il a vu ce qu’il a dit. En gros il n’a pas payé pour cela.

Il en est sorti pâle, étonné par rapport à ce qu’il a vu. Ralph précise qu’il n’a pas dit qu’il a vu quelqu’un se faire tuer, mais qu’il pense qu’on y tue des gens.

 

  • « Ne faites pas confiance aux journalistes de TMZ, ils veulent me faire paraître mauvais »
  • « J’essayais de donner un information qui s’est retournée contre moi »
  • « Si j’avais vraiment participé de mon plein gré à ce type des snuff movies, ne pensez-vous pas que le FBI, la police, … seraient en train d’enquêter ?! »

Qu’il soit allé par hasard ou s’il a payé pour y être, à la limité, ce n’est pas le plus important. Ce qui est vraiment important c’est être conscient que ces choses existent. Les snuff movies, existent.

Certains enfants, adultes, sans papiers, prostituées qui disparaissent sont souvent la proie de ces élites qui les torturent et les tuent pour leur propre plaisir.

 

Juste pour rappel : les enfants du juge Roche à Montpellier ont diffusé ce que leur père faisait avec les élites de la ville :

 

«   Extraits

Notre père est venu nous trouver à Toulouse alors que nous étions encore étudiants, pour nous dévoiler ce que nous racontons dans les interviews et différents sites internet…

C'est-à-dire l’existence d’un groupe secret, des gens de pouvoir, de tous types de milieux : la police ; la politique ; la finance ; il nous a parlé des gens des milieux médicaux, mêmes universitaires.

Ce groupe secret recrutait beaucoup dans les milieux judiciaires, même les policiers hauts gradés y étaient très appréciés. Il s’agirait donc d’un groupe secret dont les activités consistent à mener des sortes de cérémonies dans le plus grand secret, où l’on conjugue des pratiques étranges et uniformément dégoûtantes que la sexualité de groupe, la scarification. Il a évoqué devant nous, des images à faire dresser les cheveux sur la tête. Il nous parlait de chairs calcinées, de brûlures de cigarette, chairs transpercées.

Il nous disait que les personnes qui étaient torturées, parfois tuées à l’occasion de ces séances, …déjà les personnes tuées n’étaient jamais consentantes, parmi ces personnes torturées il y avait des malades qui réclamaient ce genre de traitements, et puis des personnes non consentantes, parfois des enfants qui étaient d’abord torturés puis mis à mort. Le tout filmé, faisant l’objet d’un trafic de cassettes vidéo illégales qui s’échangeraient à des prix fous, sous le manteau.

 

Il nous a dit que les proies de ce groupe prédateur de la haute société, étaient recrutés dans les couches les plus basses de la société, parmi les catégories de personnes que personne n’irait rechercher. Il nous a parlé de prostituées, il nous a parlé de clodos, il parfois mentionné des étrangers en situation irrégulière suivant ce qui leur passait sous la main j’imagine. C'est-à-dire des gens qui ont rompu les liens avec leur environnement, soit qui n’ont pas d’existence légale, c’est le cas justement des étrangers en situation irrégulière, et donc, en tout cas des gens que personne ne va aller chercher, ou à propos desquels l’enquête sera plus ou moins vouée à l’échec dès le départ.

 

Les membres de ce groupe, de part leur position influente, sont à même dans le cas, où certaines affaires menaceraient de sortir, de les couper dans l’œuf, d’autant qu’ils se tiennent tous par la barbichette.

Notre père sentait sa vie terriblement menacée, car au moment où il a cru que sa carrière était ruinée du faite des fuites qu’il avait eues à propos de sites internet qui l’ont fait paraître au sujet de la jeune femme. Il a fait pression sur Dominique Baudis, qui était un de ses amis personnels. Pour que cette affaire ne sorte jamais dans les médias audiovisuels. »

 

 

 

La journaliste Elise Lucet, avait fait un reportage glaçant là-dessus, où si vous n’avez pas le cœur bien accroché, vous en serez traumatisés.

 

Tag(s) : #COEUR NOIR DE L'HOMME