Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Témoignages : Délivrance de l'homosexualité et de transsexualité

Pays : Canada

Pages : 32

 

 

LA DÉLIVRANCE DE TANIA

 

Un témoignage bouleversant de délivrance de l'homosexualité et de transsexualité. Le parcours dramatique de cet homme, sa conversion, ses errances, ces échecs, ses détresses, ses repentances, et la Grâce de Dieu immense dont il est l'objet font apparaître l'amour du Père sous un éclairage peu ordinaire ! On en ressent certains aspects avec une force inhabituelle, lorsque nous constatons Sa patience à l'égard de son enfant égaré, la volonté qu'il y a en Lui de continuer de nous aimer malgré que nous nous égarions, et Sa détermination à user DE TOUT pour nous ramener. Parce qu'Il va chercher la brebis perdue, Il ne l'abandonne pas, ce que pourtant certains enseignent aujourd'hui d'une manière détournée, en affirmant que le chrétien pécheur a perdu son salut. Si Dieu a dit qu'Il n'abandonnerait pas la brebis perdue, alors l'espoir de délivrance peut être maintenu entier, en se fondant sur la promesse, quelle que soit notre situation, notre humiliation ou notre échec.

 

Le texte de l'auteur a été intégralement conservé et cité sans corrections.

 

« J'ai compté fermement sur le Seigneur, il s'est penché vers moi, il a entendu mon appel. Il m'a retiré du puits infernal, de la boue sans fond. Il m'a remis debout, les deux pieds sur le roc; il a rendu ma démarche assurée. Il a mis sur mes lèvres un chant nouveau, un chant de louange pour lui, notre Dieu. Beaucoup en seront témoins, ils reconnaîtront l'autorité du Seigneur et lui donneront leur confiance ». Psaume 40.2-4

 

Bonjour à tous! Je m’appelle Bernard et je suis de Montréal. J'ai eu 41 ans en janvier 2005 et je suis un chrétien né de nouveau et surtout lavé dans le sang de Jésus. Ça m’a pris beaucoup de temps, mais je me suis finalement décidé à écrire mon témoignage. Ce n’est pas quelque chose de facile à raconter et je suis conscient que certains vont peut-être me juger, mais je crois que ça en vaut la peine pour ceux que le Seigneur va toucher. Je pourrais vraiment écrire un livre sur ma vie tellement j'ai vécu de choses, mais je vais résumer mon histoire un peu. Chacun des évènements que je raconte à son importance, car ils ont eu un impact sur ma vie.

 

Seigneur Jésus, je veux te remettre ce témoignage a tes pieds pour que ce soit fait pour ta gloire seulement, pour que ton beau et grand nom soit élevé au-dessus de toutes choses, car tu es digne de toutes mes louanges. Tu es merveilleux Seigneur et je te serai éternellement reconnaissant pour tout ce que tu as fait dans ma vie. Quel Dieu fidèle tu es! Que ta bonté est grande pour tes enfants! Sans toi, je serais perdu loin dans mon péché, mais tu m’a délivré de mes chaînes qui me rendaient captif, tu m’a libéré de l’oppression qui m’avait envahi. Je veux proclamer à tous que OUI, Dieu délivre quand on se tourne vers Lui de tout notre cœur. Seigneur, puissent mes paroles communiquer une grâce à ceux qui vont me lire et puisses-tu toucher les cœurs brisés et meurtris. Au nom de Jésus-Christ ! Amen !

 

Mon enfance

Mon histoire n’est vraiment pas ordinaire. J’ai eu une enfance horrible. Mon père était alcoolique, agressif et très violent. Quelquefois, on se faisait battre très durement. Ma mère était gentille mais plutôt passive. J’ai un frère de 4 ans mon aîné et une sœur plus jeune que moi de 1 an. Nous avons tous goûté à la « médecine » de mon père. Il y avait un climat constant de chicane et les paroles de mépris de mon père m’ont beaucoup blessé. Beaucoup de critiques, de gestes et de paroles pour nous abaisser. Bref, il n’y avait pas d’amour chez moi ! La situation a commencé à vraiment dégénérer quand j’avais environ 10 ans. Mon père arrivait souvent en état d’ébriété et c’était souvent la dispute avec ma mère jusqu’aux petites heures le matin. On ne dormait pas bien en tout cas. Souvent mon père cherchait à se défouler sur nous pour vider son trop plein de frustration. Il cherchait n’importe quel prétexte pour amener la discorde et nous battre si nous osions lui répondre. Je me rappelle une fois ou il avait battu à coup de pied ma petite sœur devant moi. J'ai été profondément blessé par sa méchanceté. Bien que j’aie peur de lui, je me suis interposé pour la défendre.

 

Mon frère a été celui qui a été le plus battu par mon père et il en a été affecté grandement dans son cœur d'enfant et plus tard dans sa vie d'adulte il a éprouvé beaucoup de problèmes affectifs et d'estime de lui-même. Entre ma mère et mon père, c'était laid à voir des fois. Ils se chicanaient très souvent et des fois ça finissait dans la violence. Je voyais souvent ma mère pleurer. Une fois ma mère a même ouvert les veines à mon père avec une bouteille de bière cassée devant nous tous. Il y avait tellement de sang sur la table de la cuisine qu'on a pas mangé dans la cuisine pendant quelques jours tellement le souvenir était dégoûtant.

 

Je ne pourrai jamais oublier une fois où il m’avait battu tellement violemment que je saignais abondamment de la tête aux pieds. Il me tenait d’une main par le cou en me suspendant haut dans les airs sur le mur alors qu’il me frappait au visage avec son poing de l’autre main. Suite à cette agression ignoble et brutale, quelque chose s’est déclenchée en moi. Je le regardais manger et il me dégoûtait totalement. Je n’avais que de la haine et du mépris pour lui. J’avais le désir de le poignarder tellement je le haïssais. Puis je ne sais comment l’expliquer, mais un autre déclic plus profond cette fois-ci s’est fait en moi et cela inconsciemment, je le regardais et je me disais dans mon âme: « C’est çà un homme, ho, ho, jamais je ne veux pas ressembler à çà ! » Sans m’en rendre compte, j’ai commencé tranquillement à rejeter mon identité masculine. Je ne veux pas ici me défouler sur mon père, mais simplement raconter ce que nous avons vécu. Aujourd'hui j'ai pardonné à mon père et je ne lui en veux plus pour le mal qu'il nous a fait.

 

Par la suite, comme un jeu au début, j’ai commencé à me travestir en fille en cachette et j’adorais cela. Il y avait quelque chose qui m’excitait là-dedans et en même temps c’était comme ma zone de confort. Je me sentais tellement bien en fille. J’aimais beaucoup les vêtements de fille et je trouvais les vêtements de garçon vraiment moche. Je trouvais les filles belles et j’ai tout de suite compris que le beau sexe c’était les filles et pas les garçons. Je mettais les vêtements de ma sœur en cachette. Par contre, j’étais attiré par les filles et non par les garçons! J’ai gardé cette partie de moi cachée pendant de nombreuses années en me disant que ce serait mon petit secret à moi et que jamais personne ne le saurait. Je ne connaissais pas Dieu à cette époque, mais Dieu le savait !

 

L'adolescence

Par la suite, mes parents se sont finalement divorcés quand j’avais 14 ans à notre grand soulagement à tous. Ensuite, je suis entré dans une phase de rébellion à cause que je me rendais compte que je n’étais pas comme les autres. J’étais vraiment petit et maigre et j’étais beaucoup rejeté à l’école. On se moquait de moi et on m’humiliait et me ridiculisait de toutes sortes de façon avec des paroles méprisantes.

 

J’étais très complexé avec mes jambes qui étaient grandes et minces très semblables à celles d’une fille. On m’appelait paquet d’os. J'avais beau manger, je restais toujours petit. J’étais souvent le dernier choisi quand on faisait des équipes dans les cours d’éducation physique. Je me rappelle particulièrement une fois lors d’une sélection où tout le monde avait été choisi et j’étais le dernier seul devant tous et que le capitaine de l’équipe qui n’avait pas le choix de me choisir (puisque s’était à son tour), se mit à dire à l’autre équipe, prenez-le, car nous on est complet et que l’autre équipe répliqua qu’il avait fait leur choix et que c’était à leur tour et qu’il n’avait pas le choix de me prendre. Quelle humiliation ! Mon estime de moi commençait à en prendre un sérieux coup. Quand ce fut à mon tour de jouer, je me mis à me défouler sur tout le monde avec agressivité. Pas besoin de vous dire que je détestais les cours d’éducation physique.

 

Je me mis à détester les garçons et tout ce qu’ils aimaient faire. Je me mis à devenir très agressif envers eux et je me battais souvent. Dans le quartier défavorisé ou je demeurais, on devait courir pour se rendre à l'école pour ne pas se faire battre. Je me suis fait battre souvent par des garçons méchants. J'imaginais souvent que je battais sauvagement des garçons qui m'avaient fait du mal. Il y avait tellement d'agressivité en moi.

 

Par la suite, je tombais dans une phase de boisson et de drogue. Tout ce que je voulais, c’était fuir la réalité à tout prix. La drogue était pour moi un moyen fantastique pour vivre une euphorie intense et fuir cette réalité tellement insupportable. Ça me permettait de refouler cette agressivité en moi. Je me détruisais à petit feu et je devenais de plus en plus comme une loque humaine. C’était de plus en plus difficile de revenir à la réalité de ce monde pourri. Vers 15 ou 16 ans, je prenais déjà toutes sortes de drogues chimiques très fortes dont du LSD qui était ma drogue favorite.

 

Je pouvais être « gelé » presque une journée entière avec ça et avec des hallucinations incroyables. J’étais presque tout le temps gelé. Je m’étais fait un groupe d’amis musiciens sympas et un peu mystiques. On aimait beaucoup parler de choses profondes sur le sens de la vie tout en fumant un joint. On était un gang de drogués pacifiques aux cheveux longs. Le genre peace and love.

 

La quête spirituelle

Puis c’est alors que j’ai découvert que le monde de la drogue était aussi un monde mystique et j’ai commencé à beaucoup m’intéresser à tout ce qui touchait l’ésotérisme, surtout sur la vie après la mort, l’au-delà, la méditation, le voyage astral, les puissances occultes, la parapsychologie, les maîtres tibétains et leurs pouvoirs secrets. Je me mis à lire tout ce que je pouvais trouver sur ces sujets et je dévorais tout ce que je lisais. Je recherchais un sens à ma vie ! Je lisais beaucoup des livres de Rampa qui me fascinait. Puis, je me suis beaucoup intéressé à Bouddha et à tous ses enseignements. Cela me fascinait de savoir que si on suivait ces enseignements et bien qu’on puisse accéder à des niveaux supérieurs de conscience et enfin de devenir un dieu par l’atteinte du Nirvana. J’ai cheminé quelque temps dans le bouddhisme, mais j’étais ouvert à tout ce qui était spirituel. La première grande vérité que j’ai comprise par moi-même, c’est qu’on vit dans un monde de fou dominé par le mal. On est tous des fous, mais à différents degrés. Voilà pourquoi je détestais ce monde si pourri. Je voyais le mal partout et la méchanceté et la convoitise matérielle des gens me répugnaient. Ça ressemble un peu à ce qui est écrit dans la Bible, dans l’épître aux Romains (3.12) : "Tous ont quitté le bon chemin, ensemble ils se sont égarés. Il n'y a personne qui fasse le bien, pas même un seul."

Ce n'est que plus tard que j'allais comprendre que cette folie s'appelait le péché ! J’aurais voulu vivre sur une autre planète. Malgré toutes les faussetés enseignées dans le bouddhisme, il y avait un Bouddha qui m’a beaucoup plu. Il s’appelait Milarepa. Il était plein de compassion pour ceux qui lui faisaient du mal. Je ne sais pas pourquoi, mais son histoire m’a touché. Après avoir lu son histoire, le mot AMOUR résonnait dans mon âme.

 

Mais aussi je m’adonnais à des séances de méditation assez souvent. Je lisais des livres encore plus occultes avec des techniques pour développer des pouvoirs surnaturels. Je lisais aussi un livre écrit par des moines tibétains. Je récitais des mantras et diverses incantations. Curieusement, je sentais une grande puissance lors de ces récitations. Je ne me doutais nullement de la puissance occulte (mauvaise) derrière tout ça. Aussi, je pratiquais le Yoga et je pratiquais le voyage astral, c’est-à-dire que je me pratiquais à sortir de mon corps pour me promener dans le monde invisible. On m'avait dit que c’était dangereux et de faire attention à cause de certains "esprits mauvais" qui se promènent dans cette dimension. Aussi, il y avait des choses bizarres qui arrivaient, quelquefois je pouvais savoir exactement certaine chose qui allait arriver dans le futur. J'ai aussi eu une apparition lors d'une séance de méditation intense. Il semblait que c'était comme un homme asiatique. Ça faisait peur, et je me rendais compte que je commençais à m'enfoncer dans quelque chose de très sérieux. En même temps, j’ai toujours continué à me travestir en cachette dans mes moments intimes, mais plus ça allait, plus ça devenait intense.

 

Le grand voyage

Puis un jour de septembre 1982, alors que j'avais 17 ans, j’en ai eu assez et j’ai décidai avec mon meilleur ami André de quitter le Québec et de faire le tour des États-Unis en auto stop à la recherche d’un sens a ma vie et surtout de la vérité. On est parti avec nos sacs à dos et $200. Aussi mon ami avait apporté une petite bible, car on s'intéressait à tout ce qui était spirituel. On la lisait le soir autour du feu pour se divertir. On aimait surtout lire l'Apocalypse, car il y avait un côté très mystérieux à ce livre pour nous qui étions très mystiques. Je me suis dit en moi-même que là où je trouverais l’amour, je trouverais aussi la vérité. Aussi incroyable que cela puisse paraître dès que nous avons manqué d’argent, alors que nous étions au Texas sans ressources, nous avons rencontré des chrétiens pour la première fois. Ils étaient un jeune couple avec leur jeune bébé de 6 mois. Ils nous ont fait monter dans leur auto alors qu’on marchait sur la route et qu’on venait tout juste de manger notre dernière boîte de conserve. Je crois qu’il nous restait 5 cents dans nos poches. Quel drôle de hasard! Tout de suite on s'est mis à parler de Dieu ensemble. Je les trouvais vraiment très gentils de nous avoir fait monter, nous qui étions des vagabonds sales.

 

Ils nous ont même invités à prendre une bonne douche, ( !) et ensuite à souper chez eux! Ensuite ils nous ont invités à dormir chez eux et qu'ils nous reconduiraient sur la route le lendemain. Finalement le lendemain matin, ce monsieur chrétien qui s'appelait Don nous a offert de travailler avec un salaire dans la construction de piscine creusée pour son entreprise et de demeurer chez eux aussi longtemps qu'on voudrait. WOWW! Je ne pouvais pas croire que des gens soit aussi gentils que ça sur cette terre. Il nous a même offert les clefs de son auto. Don était un ancien héroïnomane qui avait donné sa vie a Jésus-Christ. Lui et sa femme Molly étaient des chrétiens vraiment consacrés à Dieu. On a beaucoup parlé de Dieu ensemble. Nous étions réceptifs, mais on avait un cheminement à faire. Moi, je croyais que tous les chemins menaient à Dieu, mais Don m'a répondu avec une citation de l’évangile de Jean 14.6, quand Jésus dit : "Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi". Je trouvais cela tellement radical et j'étais sceptique, car cela signifiait que des millions de personnes sur cette terre étaient dans l'erreur et donc condamnées à l'enfer. Nous sommes allés à son église pentecôtiste et on a trouvé ça vraiment fanatique de voir tous ces gens chanter les mains dans les airs. Pour nous c'était comme une secte de gens qui se sont fait laver le cerveau. Ça nous a refroidis, disons.

 

Nous sommes demeurés deux semaines chez eux et nous avons décidé de partir. Mais quand ce fut le moment du départ j'étais tellement touché par leur hospitalité, leur gentillesse et surtout leur amour que j'ai pleuré dans leurs bras en leur disant adieu et merci pour tout ce que vous avez fait pour nous. Juste en écrivant cela 22 ans plus tard, ça me fait encore pleurer tellement ça m'a touché profondément. J'avais goûté ce qu'était le vrai amour de Dieu et cet amour-là, m'avait vraiment désarmé.

 

Par la suite, nous avons fait le tour des États-Unis jusqu'en Californie. On vivait en quêtant de l'argent et en allant dans les "food banks" comme l'armée du salut ou les "rescue missions" des organisations chrétiennes qui offraient de la nourriture. Nous vivions dehors, nous mangions presque toujours en faisant cuire notre nourriture autour d'un feu de camp. On a vu de très beaux paysages dont l'Arizona avec le désert, les montagnes magnifiques et le Grand Canyon. La voûte étoilée en pleine nuit, les arbres géants en Californie et le vaste Océan Pacifique. Absolument splendide ! La nature c'est quelque chose qui te parle sans utiliser de parole. Il y avait quelque chose de profond et spirituel dans cela ! En fait la nature nous parle d'un Créateur comme le dit le Psaume 19 et l’épître aux Romains 1.20. Dans cette nature, on lisait notre petite bible souvent le soir autour du feu. C'était une belle expérience a vivre et ça nous rapprochait de Dieu. On parlait et méditait beaucoup sur le sens de la vie et sur Dieu. Nous avons rencontré des serpents à sonnettes et aussi un ours noir en pleine nuit alors que nous dormions dans notre tente. Assez éprouvant comme expérience ( !).

 

Curieusement tous les gens qui nous venaient en aide étaient presque tous des chrétiens. Je me rappelle particulièrement un homme qui nous a fait monter en auto-stop en Californie. Quand il a su que ça faisait trois jours qu’on n’avait pas mangé, il nous a amenés au restaurant et nous a dit: "Prenez ce que vous voulez, je vous paye tout ce que vous voulez". Pas besoin de vous dire qu'on a vraiment bien mangé !!!

Ensuite il nous a reconduit à San Diego et nous a donné quelque chose comme $70 en nous disant: "Je fais ça en cause de Celui qui est en haut". Je ne sais pas si vous le savez, mais çà, ça te touche et beaucoup plus que n'importe quelle parole!

 

Ensuite on a abouti à Venice beach, près de Santa Monica et là sur la plage alors qu'on quêtait pour de l'argent une belle jeune femme avec son ami est arrivé à moi et m'a demandé si on avait mangé et si on avait une place pour dormir. Je lui ai répondu que non et elle m'a immédiatement serré dans ses bras avec beaucoup d'amour et elle m'a dit: "Dieu t'aime! On peut vous amener à quelque part ou ils vont s'occuper de vous". Je ne pourrai jamais oublier son visage resplendissant comme celui d'un ange descendu du ciel. Elle avait quelque chose de vraiment spécial que je ne pouvais pas expliquer. Elle rayonnait d'une lumière invisible qui éclairait tout son visage. C'était soit une chrétienne vraiment remplie du Saint-Esprit ou bien sinon un ange. Chose certaine elle faisait partie du plan de Dieu pour ma vie. Elle et son ami nous ont conduits dans une communauté chrétienne appelée la "Bible Tabernacle". C'était une organisation chrétienne qui s'occupait des démunis en leur offrant gîte et nourriture et enseignement spirituel. Cette organisation vivait entièrement par la foi en recevant des dons des croyants pour subvenir aux nombreux besoins pour les autres. Il y avait plus d'une centaine de démunis à cet endroit. Nous ne sommes pas restés longtemps à cet endroit, car ils nous ont offert d'aller travailler dans un ranch à Canyon Country dans la campagne a environ 50km au nord de Los Angeles.

 

Ma conversion à Jésus-Christ

A Canyon Country, il y avait toute sorte de monde...des durs a cuir, des criminels, des bandits, des itinérants, des gens durs au passé lourd. Même le superviseur était un tueur avant de devenir un chrétien. Il y avait des règles très strictes. On devait se lever à 5 heures du matin pour lire la bible pendant une heure et ensuite le déjeuner et le travail toute la journée jusqu'a 4 h l'après-midi, sauf le samedi et dimanche. Ensuite le soir après le souper, il y avait un prédicateur qui venait nous prêcher la parole. Il y en avait un qui venait 2 fois par semaine et que je ne pourrais jamais oublier. Il était avancé en âge, mais quel prédicateur! Il avait fait 2 crises cardiaques et les docteurs lui avait dit que la prochaine crise, il en mourrait. Imaginez comment il prêchait sachant que son heure était très proche ! Il était vraiment infusé du Saint-Esprit et parlait avec une telle autorité. Je n'avais jamais vu çà de ma vie et même jusqu'à aujourd'hui je n'ai pas rencontré un tel prédicateur. Il était totalement percutant avec la parole de Dieu, mais aussi quel amour il avait quand il arrivait à la fin de sa prédication et ensuite faisait l'appel pour recevoir Jésus-Christ. Je voyais des vrais durs de durs, des gens qui faisaient peur juste à regarder se lever en larmes et venir en avant pour recevoir Jésus-Christ dans leur cœur. J'étais très touché et aussi en état de choc de voir cela.

 

Et puis finalement un jour de janvier 1983, après quelques prédications pareilles, J'étais vraiment brisé en mille miettes et je réalisais que je voulais moi aussi recevoir Jésus-Christ dans mon cœur. Je suis monté en haut sur la montagne tout près et j'ai commencé à confesser mes péchés à Dieu en pleurant abondamment et en lui demandant pardon de tout mon cœur pour tout le mal que j'avais fait et en lui disant que je renonçais au péché dans ma vie et que je reconnaissais son sacrifice sur la croix pour moi et j'ai demandé à Jésus de venir dans mon cœur et de devenir le Maître, le Seigneur et le Sauveur de ma vie. Il n'y a pas de mots humains pour décrire ce que j'ai ressenti. Une paix totalement indescriptible, mais aussi un amour immense en moi venant de Dieu. Je suis resté là, je pense bien deux heures à parler avec Dieu en pleurant de joie. Quand je suis redescendu de la montagne, je n'étais plus le même homme. J'avais rencontré le Seigneur et j'avais enfin trouvé le chemin, la vérité et la vie! J'étais devenu un enfant de Dieu et j'avais un Père qui m'aimait plus que mon père terrestre. J'étais passé de la mort a la vie et j'avais la vie éternelle. ALLELUIA! GLOIRE A DIEU!

 

Je suis demeuré 4 mois environ a Canyon Country. Je me nourrissais spirituellement tous les jours et je dévorais la bible et je priais Dieu tous les jours. J'aimais beaucoup parler des choses spirituelles avec les autres croyants. Je grandissais et me fortifiais dans le Seigneur. Mon ami André n'avait pas donné sa vie au Seigneur. Une nuit en songe, j’ai reçu un message du Seigneur le concernant, que voici: "Il comprenait le message dans sa tête mais pas dans son cœur. Il abandonnerait le Seigneur et il retournerait dans son péché avec la boisson et la drogue et qu'il m'abandonnerait comme ami pour aller dans le monde."

Je suis aller le voir pour lui faire ce message que j'avais reçu du Seigneur le concernant, mais il ne l'a pas pris au sérieux.

 

Des années plus tard, il est revenu me voir pour me dire que tout ce que je lui avais prophétisé lui était arrivé dans les moindres détails. Je l'ai perdu de vue depuis quelques années, mais j'aimerais beaucoup le revoir un jour et qu'un jour il puisse vraiment comprendre avec son cœur. Il avait été un de mes meilleurs amis pendant de nombreuses années.

 

Les puissances des ténèbres

Puis quelque chose de vraiment bizarre a commencé à prendre place dans ma vie sans que je ne comprenne pourquoi et que je puisse faire quoi que ce soit. Des fois, je me couchais le soir et je faisais des rêves vraiment abominables. Je rêvais que je me faisais agresser sexuellement par des hommes. Je me réveillais le matin et j'étais désemparé et je me sentais sale et surtout très coupable. Je persévérais dans la prière et la lecture de la parole et demandais l'aide au Seigneur. Mais ces rêves persistaient et revenaient sans cesse me hanter. Je ne voulais pas dire ça à personne, car j'en avais profondément honte. Puis, tranquillement, j'ai commencé à éprouver des fantasmes envers les hommes. Plus ces rêves revenaient, plus je me mettais à désirer les hommes sexuellement. Je me suis mis à prier et demander l'aide au Seigneur pour qu'il enlève çà de moi, mais çà revenait toujours de temps en temps. J'étais un bébé dans la foi, pourquoi cela m'arrivait à moi ! Je ne comprenais vraiment pas ce qui m'arrivait, pourtant j'avais donné ma vie a Jésus et je n'avais jamais vraiment été attiré par les hommes avant. J'avais peut-être eu de petites pensées dans le passé quand je me travestissais, mais rien qui m'amenais à fantasmer sur les mecs. Puis, plus le temps passait, plus ça devenait une véritable obsession intense.

 

Petite parenthèse! Ce n'est que beaucoup plus tard dans ma vie que j'ai découvert que j'étais agressé par des démons, des esprits impurs qui avaient créé des liens très puissants sur moi. Ces liens étaient devenus ce qu'on appelle une forteresse, c-a-d que ces esprits avaient établi une sorte de domination sur moi, mais je n'étais pas possédé par ces esprits, ils ne pouvaient pas entrer en moi, car j'appartenais au Seigneur et j'avais le Saint-Esprit en moi. Par contre, ils pouvaient m'attaquer comme ils le voulaient dans le monde spirituel à cause de ces liens. Ces liens venaient de ou ? Je n'en suis pas certain, mais peut être quand j'ai commencé à me travestir quand j'étais un enfant ou peut être quand je pratiquais de l'occultisme. Chose certaine, je leur avais donné accès. Je sais que peut être certains seront sceptiques sur que je viens de dire, mais je vous en conjure croyez-moi, je ne partage pas mon témoignage pour inventer des histoires ou dire des âneries et le Seigneur en est témoin. Ce que je vous ai dit est bien réel ou du moins croyez à ce que la bible dit. "Car nous n'avons pas à lutter contre des êtres humains, mais contre les puissances spirituelles mauvaises du monde céleste, les autorités, les pouvoirs et les maîtres de ce monde obscur." Éphésiens 6.12.

 

Ca me rendait profondément malheureux! Je suis revenu au Québec après dix mois aux États-Unis. Je me suis joint à une église chrétienne et j'ai continué à suivre le Seigneur, mais comme un chrétien qui marche dans la défaite, un chrétien tiède et froid sans victoire et démoli intérieurement. Je suis allé voir le pasteur pour tenter de m'ouvrir à lui, mais il était fermé à m'écouter.

 

De plus l'église où j'allais ne comprenait pas grand-chose à la guérison et la délivrance spirituelle et aussi à la puissance du Saint-Esprit. Le genre « Il faut lire ta bible et prier et n'oublie pas de venir à l'église le dimanche ». Pour le reste c'est ton affaire! J'ai ensuite décidé de ne jamais révéler cela a personne à cause de la honte que j'éprouvais et de l'incompréhension que je ne voulais pas subir. Je me suis même acheté des magazines pornos avec des femmes pour tenter de rediriger mes désirs sur les femmes. Mais, je me sentais coupable avec ça aussi. J'ai simplement décidé d'enfouir cela en moi et nier que j'avais un problème. Je refusais de me l'admettre à moi-même.

 

Un temps de repos

Par la suite, je me suis fait des amis chrétiens et j'ai repris du mieux. Je commençais à me re-consacrer plus intensément au Seigneur tout en confessant mes péchés à Dieu. C'est tout ce que je pouvais faire, que je me disais. Je me suis fait un ami chrétien très consacré a Dieu qui s'appelait Jacques et qui m'a beaucoup aidé à reprendre confiance en Dieu et à remettre ma vie en ordre. Il avait déjà vécu dans l'homosexualité, mais même à lui, je n'ai même pas eu le courage de lui avouer mes combats spirituels sur ça, encore une fois à cause de la honte que j'éprouvais et aussi a cause que je voulais refouler ça en moi-même. Je ne voulais pas m'admettre à moi-même que j'avais ce péché dans ma vie. Je ne lui ai donc jamais parlé de mon travestissement, ni de mon homosexualité. Je suis allé demeurer avec lui pour partager un appartement. Je suis allé dans un camp chrétien tout un été pour servir et je me suis beaucoup approché du Seigneur et ça m'a fait du bien et mes mauvais penchants ont presque disparus. Dans le camp, on était baignés de la présence du Seigneur et on avait un bon temps de communion fraternel et les prédications, les témoignages des chrétiens et les chants de louange autour du feu de camp me faisaient tellement de bien. Le diable et ses démons ne pouvaient pas m'atteindre aussi facilement. Je recommençais à vivre un petit peu. Je me travestissais de moins en moins et ça semblait enfoui loin derrière moi.

 

Je me suis aussi fait baptiser à cette époque-là. Je ne pourrai jamais oublier cela, car je me suis fait baptiser dans un lac sur le bord d’une plage publique devant des centaines de non croyants par une belle journée de soleil. Ce jour-là, je sentais une belle présence de Dieu en moi. J’ai donné mon témoignage sur une estrade sur la plage et j’ai terminé en disant à tout le monde : ¨Je vous laisse avec une pensée. Ou serez-vous pour l’Éternité ? ¨

Eh bien aussi incroyable que cela puisse paraître, à peine une heure après le baptême, un homme s’est noyé à l’endroit exact ou on a fait le baptême. Je me suis demandé pourquoi cela est arrivé, mais je crois bien que Dieu c’est servi de cela pour avertir sérieusement les gens qui ont été témoins de tout cela.

 

Par la suite, une série de problèmes très graves me sont arrivés. J'ai commencé à avoir des attaques d'anxiété très graves et des attaques de culpabilité aussi intense. Je vivais dans l'angoisse totale, tout m'inquiétait, absolument tout jusqu’aux lacets de mes souliers. Je me culpabilisais pour tout et rien sans arrêt. Je passais des heures de temps à réfléchir à quelle solution je vais prendre pour tel ou tel problème. Je passais des heures de temps à essayer de me convaincre de ce qui était un péché ou non dans ma vie. Je ne me pardonnais pas d'avoir du péché dans ma vie. Je pensais vraiment que je devenais fou a lier ! Le diable avait utilisé une autre stratégie pour me détruire: la culpabilité et l'angoisse afin de me rendre fou. J'étais ensuite devenu vraiment très dépressif. J'étais presque plus capable de fonctionner. J'aurais voulu mourir!

 

La délivrance

Mais heureusement, j'ai rencontré un docteur et psychiatre chrétien qui aimait aider les personnes en difficulté. Il a vu ma détresse et il a eu compassion de moi et il m'a dit: Tu traînes un lourd fardeau sur tes épaules, qu'est-ce qui ne va pas ? Je lui ai répondu que je culpabilisais pour tout et ne me pardonnais pas du péché dans ma vie et aussi que je m'inquiétais de tout. Il a prié avec moi et ensuite il m'a dit quelque chose comme de laisser le contrôle a Dieu sur ma vie. Mais ensuite Il a dit: "Il faut que tu apprennes à te pardonner, car Dieu t'a pardonné sur la croix. Maintenant va dehors devant un grand arbre et imagine que tu es devant le Seigneur Jésus sur la croix et agenouille toi et dis-lui ceci de tout ton cœur: Seigneur Jésus, j'abandonne tous mes péchés aux pieds de ta croix, prend-les je te les donne tous et je les laisse aux pieds de ta croix." J'ai fait cela de tout mon cœur en pleurant et j'ai senti une profonde délivrance comme si un poids d'un million de tonnes tombait de sur mes épaules. Je peux vous dire qu'après cela je n'ai plus jamais gardé de la culpabilité en moi. J'avais appris à me pardonner, car Dieu Lui m'avait pardonné. J'avais appris à dire: "Seigneur, je me pardonne de ce péché comme toi tu m'as pardonné". Je devais simplement confesser mes péchés à Dieu sachant qu'il est fidèle et juste pour me pardonner de toutes mes iniquités et bien sûr, faire de mon mieux pour marcher dans l'obéissance. J'ai aussi appris à ne plus me demander si telle ou telle chose que j'ai dite ou que j'ai fait est un péché. Cela n'est pas ma responsabilité, mais c'est celle du Saint-Esprit de me convaincre de ce qui est un péché ou non, comme la parole de Dieu l'enseigne dans Jean 16.13. C'est le travail du Saint-Esprit, pas le mien! Je dois marcher selon la lumière que j'ai reçue et confesser ce que le Saint-Esprit m'aura révélé comme étant un péché. Conclusion de cela, ce fut ma première grosse victoire. Amen! Pour ce qui est de l'inquiétude, le Seigneur m'a appris une autre leçon très importante: On doit absolument laisser le contrôle à Dieu dans tous les domaines de notre vie et lui faire connaître nos besoins et lui faire confiance qu'il s'occupe de nos soucis comme le dit Philippiens 4.6 et Mathieu 6.25-34. On doit laisser le Seigneur régner sur notre vie. En fait, il faut arriver à dire: "Seigneur, fais ce que tu veux de ma vie, je te donne tout et je te fais confiance que tu prendras soin de moi". Ça m'a pris plus de temps pour comprendre cette leçon. Ça m'a pris quelques années d'ailleurs. Et ce fut une autre grande victoire dans ma vie! Amen!

 

La chute

Par la suite, tous mes amis chrétiens du groupe de jeunes de mon église se sont mariés du premier jusqu'au dernier et je me retrouvais seul. Ils m'avaient comme laissé tomber pour leur nouvelle vie de couple. J'avais un intérêt pour une belle jeune fille, mais malheureusement un homme chrétien est venu lui pleurer dans les bras par ce que sa blonde l'avait laissé et elle l'a pris en pitié et m'a laissé tomber pour lui. Une autre fois, une autre fille chrétienne m'a refait exactement la même chose. Je suis devenu très frustré et je me suis senti oublié par Dieu.

 

Par la suite, en songe, j’ai eu une apparition du diable absolument terrifiante. J’ai vu un être géant tout blanc, son grand visage était blanc d’une grande beauté, mais son regard était terrifiant et il y avait une malice indescriptible dans son regard. Je ne pourrais jamais oublier son visage. Il m’a dit: « Toi, je vais te cribler comme du froment » J’ai immédiatement su qui il était et j’ai eu une grande frayeur et je me suis mis à crier à Dieu de toutes mes forces. Il a alors disparu ! Je ne me rappelle pas avoir eu aussi peur de toute ma vie. Quand je me suis réveillé, j’ai réalisé que ce n’était pas un songe banal sans signification. J’étais dans la frayeur et l’angoisse la plus totale et je savais pertinemment que le diable avait établi un plan de destruction pour moi et qu’il allait me faire souffrir grandement. Mais pourquoi moi, qu’est-ce qu’il me voulait pour s’en prendre à moi comme çà au point de venir me le dire en personne ? Est-ce qu’il savait des choses sur moi ? Peut-être qu’il connaissait mon potentiel et que j’étais une nuisance contre lui. Puis, je me suis rappelé du passage ou Jésus mettait Pierre en garde contre Satan. Le Seigneur dit : « Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment » (Luc 22.31). Incroyable ! Exactement les mêmes mots que j’avais reçus. Pour mon malheur, il n’y pas de doute, tout cela est authentique. Je n’avais aucune idée de ce qui allait m’arriver, mais je n’allais pas tarder à le savoir.

 

Ensuite, je suis devenu très dépressif à cause de la solitude dans laquelle j'étais. C'est alors que j'ai commencé à fréquenter les danseuses nues et à boire pour oublier ma solitude et fuir ma misérable réalité. J'ai aussi recommencé à me travestir et aussi à regarder de la pornographie. C’était en 1988, dans le temps que sont apparus les clubs vidéo et ou tous les films pornos devenaient disponibles au grand public. Je suis tombé là-dedans comme ce n'est pas possible. Je louais çà régulièrement et je souillais mon âme avec ça. Je fantasmais autant sur les hommes que sur les femmes. Je me sentais très sale et très éloigné de Dieu. J'avais développé une très forte dépendance avec ça. Je n'allais pas trop souvent à l'église. J'étais très malheureux encore une fois! Je vivais à Gatineau, près d'Ottawa à cette époque et un jour on m'a offert un poste à Montréal et j'ai accepté avec joie sachant que je quittais cet endroit d'humiliation.

 

Quand je suis arrivé à Montréal à 26 ans, je me suis dit que je vais refaire ma vie et que je vais me défouler au maximum et me laisser aller dans le monde. Je n'allais que très rarement à l'église et ensuite plus du tout. Je me suis inscrit sur une ligne de rencontre et je ne recevais aucun message des femmes.

J'imagine que çà les repoussait quand je me décrivais avec mes 5 pieds 6" (1m68) et avec un poids de 120 livres (env. 50kg). Mais finalement un jour une femme m'a enfin répondu. Elle est devenue une copine et ça n'a jamais été plus loin qu'une amitié très décevante. Elle ne m'aimait pas pour ce que j'étais, mais seulement pour ce que je pouvais lui apporter. Elle m'utilisait pour ses besoins. Je me sentais comme un idiot avec elle. Je l'ai laissé tomber et là j'en avais ma claque comme ce n’est pas possible. Je me suis mis à détester les femmes pour leur superficialité.

 

Mes barrières ont alors commencé à vraiment tomber et j'ai décidé que si les femmes ne voulaient pas de moi, alors peut-être que les hommes me voudront. Je me suis alors inscrit sur une ligne de rencontre pour "hommes seulement". A ma grande surprise, tous les jours ma boite vocale était inondée de message d'hommes qui étaient intéressés par moi. Je n'en revenais pas. Ce peut-t-il vraiment qu'on s'intéresse à moi ? Au début, j'étais très craintif et ce fut un combat intense dans mon âme avant de rencontrer un mec et de passer à l'acte sur lequel j'avais fantasmé pendant tellement d'années. Je savais que je faisais le mal, mais je voulais vivre mon fantasme en me disant que ce serait une expérience et qu’enfin j'allais arrêter de combattre mes penchants. Je l'ai finalement fait et je me suis senti très coupable par la suite, mais le pire, c'est que j'avais vraiment aimé çà et j'ai recommencé à deux autres reprises avec des hommes différents! Je ne voulais plus m'arrêter! Mais le poids de mon péché était tellement intense et j'avais peur du sida.

 

 

Retour à l'église

J'ai décidé que je devais retourner à l'église et me re-consacrer au Seigneur sinon j'allais vraiment me perdre. Je me suis repenti et j'ai demandé pardon à Dieu pour mes abominations et de nouveau je me suis attaché à une nouvelle église et je me suis fait des amis chrétiens. J'ai repris du mieux et cela semblait se replacer dans ma vie. Mais j'étais demeuré un chrétien tiède qui marchait dans la défaite plus que dans la victoire. Ça me faisait quand même du bien d'avoir des amis chrétiens et de faire des activités. Mais par contre, mes amis chrétiens étaient des chrétiens tièdes tout comme moi. On allait dans les bars et on se défoulait, on buvait, on s'amusait et, on draguait les filles et ensuite on allait à l'église le dimanche. On n’avait pas une communion intense avec le Seigneur. Des chrétiens du dimanche! J'ai cheminé comme çà. Des fois, on avait des temps où on revenait plus à Dieu, mais rien de vraiment solide. Par contre de mon côté, j'allais mieux spirituellement. La présence de mes amis m'a certainement aidé à combler ma solitude et ne pas sombrer dans un mal plus profond.

 

Mon Mariage

Par la suite en décembre 1992 à l'âge de 29 ans, j'ai rencontré celle qui allait enfin devenir ma future femme. Elle s'appelait Vanessa (nom fictif pour protéger l’identité de cette personne) et elle était d'origine colombienne. Elle était une chrétienne que j'ai rencontrée à une nouvelle église que je fréquentais. Ça faisait seulement 3 ans qu'elle était arrivée au Canada. Elle était belle et gentille et elle m'a tout de suite attirée et je trouvais sa famille très sympathique. Nous nous sommes mariés le 9 octobre 1993 et ce fut l'un des plus beaux souvenir de ma vie qui avait été si misérable jusque-là. Mais encore une fois, le malin s'est acharné sur moi et sur elle aussi. On s'était mariés beaucoup trop vite sans avoir pris le temps de vraiment bien se connaître dans une amitié saine, vous comprenez! Nous avions beaucoup de blessures dans notre passée chacun de nous deux.

 

Elle avait un problème de dépression et avait de la difficulté à s'adapter à vivre au Canada. Je l'ai beaucoup aidée à reprendre confiance en elle-même et à vaincre sa dépression et aussi à s'adapter au Canada. Mais de mon côté, je trouvais ça très difficile à supporter. On se chicanait très souvent et on ne se comprenait pas du tout. A mon plus grand désespoir, j'avais l'impression de revivre le cauchemar que j'avais vécu dans ma famille. Je n'étais pas capable de supporter les crises de nerfs, les cris et surtout de me faire blesser par des paroles dures. J'étais une personne très fragile et très sensible et ça me démolissait profondément en dedans de mon âme. Je l'ai même quittée pendant 1 mois tellement je n'étais plus capable de continuer. Bien sûr, j'avais mes torts moi aussi et je manquais de sagesse, mais je crois que ce qui me nuisait le plus, c'est que je n'étais pas un chrétien consacré entièrement au Seigneur. J'ai quand même décidé que je devais tout faire pour supporter cela en espérant qu'elle changerait un jour. Pour moi, le divorce était impensable en tant que chrétien. J'ai supporté beaucoup, mais je ne l'aimais plus! J'étais tellement brisé en dedans de moi. Je n'avais plus beaucoup de désir pour elle et je regardais beaucoup de pornographie en cachette et je me suis remis à me travestir et j'ai même eu des aventures avec des prostituées et des danseuses. Pas facile de vous dire ça! Je me sens tellement moche juste à penser au mal que j'ai fait! Je me sentais tellement mal en dedans face à elle.

 

Aussi à cette période, nous avons vécu une attaque par un esprit maléfique alors que nous dormions paisiblement une nuit. Je me rappellerai toujours de cette expérience terrible. Je souviens que tous les deux nous dormions paisiblement dans notre nouvel appartement quand tout d’un coup vers les 3 heures du matin, un vent violent venant de la fenêtre a envahi toute notre chambre comme s’il y avait une tempête dehors et que j’avais oublié de fermer la fenêtre. Quand je me suis levé pour aller fermer la fenêtre, j’ai constaté que le store de la fenêtre était soulevé très haut dans les airs à cause du vent. Et bien, je vous dis la vérité quand je suis venu pour fermer la fenêtre, je me suis rendu compte que les fenêtres doubles étaient bien toutes les deux fermées totalement et qu’il n’y avait aucune tempête dehors. Ma surprise était totale. Un vrai fait vraiment inexplicable ...d’où vient ce vent ? Je ne comprenais vraiment pas ce qui arrivait et j’étais confus quand tout à coup, j’ai commencé à entendre une respiration intense comme si quelqu’un était dans la chambre avec nous. On aurait dit une respiration comme quelqu’un qui a des problèmes pulmonaires et qui monte des escaliers. Je n’étais pas capable de comprendre cela. C’était vraiment bizarre ! Cette respiration ou cet esprit s’est promené dans notre appartement jusqu’au salon. Je l’entendais très clairement, mais je ne pouvais pas le voir. Mon chat était aussi conscient de cette présence par sa réaction étrange. Il était penché avec les oreilles bien droites cherchant d’où provenait la respiration tout comme moi. Il semblait bien que lui aussi soit conscient de cette manifestation. Je savais que je n’étais pas fou puisque mon chat aussi détectait cette présence. Finalement cet esprit s’est redirigé dans ma chambre et je suis tout de suite accourue pour le suivre, mais qu’elle ne fut pas le choc pour moi de voir que cet esprit était maintenant sur ma femme puisque maintenant je constatais que c’était maintenant elle qui semblait respirer comme cet esprit. Quand j’ai vu cela, j’ai enfin compris qu’il s’agissait d’un esprit démoniaque. J’ai alors sauté sur le lit et j’ai crié avec toutes mes forces et avec autorité à l’esprit qui était sur ma femme : ‘’ Au nom de Jésus-Christ, sors d’ici’’. J’ai répété cela à quelque reprise et soudainement tout a arrêté aussi soudainement que cela a commencé. Dans les jours suivant, je n’ai presque pas dormi pendant les 3 nuits suivantes en gardant les lumières allumées. Grâce à Dieu, nous n’avons jamais eu d’autres manifestations de ce genre-là par la suite.

 

Par contre dans mon cas, j’ai eu quelques attaques par des esprits sexuels pendant la nuit. Des esprits démoniaques sexuels masculins ou féminins. Il m’est déjà arrivé de me faire réveiller dans mon lit avec une lourde présence physique mais invisible par-dessus moi et de voir et de sentir les draps s’écrasés fermement sur moi par cette présence. Une expérience horrible et dégueulasse en tout cas. J’en ai parlé avec des chrétiens mais ils semblaient sceptiques et des années plus tard, je suis aussi aller voir un pasteur pour avoir de l’aide, car je sentais souvent ces esprits qui rodaient et je savais qu’ils étaient en parti responsable des conflits et des problèmes que nous vivions dans notre couple, mais le pasteur ne m’a jamais cru et j’ai été très déçu de lui en avoir parler. Je n’avais aucun appui sur cela et je préférais me taire et garder cela caché pour ne pas faire rire de moi ou me faire prendre pour un fou. Pas besoin de vous dire qu’il faut toujours prier et surtout avant de se coucher, car c’est la qu’on est souvent vulnérable à ces attaques. Je crois que ces esprits se nourrissent d’énergie négative tel que la haine, la colère, l’anxiété, les pensées immorales, etc… Je suis convaincu que quand nous sommes remplis de la présence du Seigneur et que nos pensées sont pures, ils ne s’approchent pas de nous à des kilomètres, ils ont très peur de la puissance de celui qui est en nous. C’est mon opinion, mais je ne pense pas me tromper.

 

Un rayon de soleil

Puis en 1999, on a eu un enfant qui a été la plus belle chose qui me soit arriée dans cette foutue vie. Quand il est venu au monde, j'ai assisté à l'accouchement et j'ai pleuré de joie en voyant ce beau petit bébé qui était mon fils. On l'a appelé Brandon. Il était tellement beau et tellement innocent et il avait tellement besoin de tout notre amour et de nos soins. Cela m'a fait changer et j'ai décidé de donner le meilleur de moi-même. Ça allait beaucoup mieux entre nous deux et puis enfin nous avons acheté notre première maison. Je voyais enfin la lumière au bout du tunnel et je me disais que ça irait de mieux en mieux.

 

La destruction

Mais l’ennemi avait un plan bien établi pour me détruire. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais les chicanes ont repris, mais cette fois-là c’était pire que jamais. Les policiers sont venus chez nous à quelques reprises à cause de nos disputes. Vanessa, mon épouse m’en voulait pour tout et surtout elle revenait constamment sur mes erreurs du passé. Je sais bien que j’ai mes torts et que j’ai manqué de sagesse dans certaines situations, mais je ne méritais certainement pas cela. Elle faisait de violentes crises de rage en m’insultant et en me criant très fort. Moi, je ne pouvais plus supporter ces crises de rage et surtout de me faire blesser profondément dans mon âme comme çà par des paroles si dures. Ça me démolissait complètement, car je suis quelqu'un de tellement sensible. Je n’avais absolument plus aucune estime de moi. J’avais beaucoup de difficulté à fonctionner et à faire mon travail, tellement j’étais démoli en dedans. Je n’avais jamais levé la main sur elle par respect, car j’étais devenu une personne douce, malgré le lourd passé de ma jeunesse. Je me sentais faiblir gravement dans mon âme de jour en jour.

 

Ce qui me faisait le plus mal c’était de voir mon propre fils victime de tout cela alors qu’il était si petit, à peine 3 ans. Il était témoin de nos disputes et devait endurer cela, lui qui était si jeune et si fragile. Je pensais à ce que j’avais moi-même vécu dans mon enfance face aux disputes de mes parents et jamais je ne voudrais que mon enfant vive ce que moi j’ai vécu. Je suis allé chercher de l’aide à plusieurs reprises, mais personne ne voulait nous aider sérieusement. Un psychologue chrétien nous a même conseillé le divorce. Au CLSC, on m’a dit qu’il faut qu’il arrive quelque chose de grave pour nous aider. Les pasteurs nous ont été d’aucun secours, ils n’avaient simplement pas la capacité de nous venir en aide. Je ne les blâme pas. Nous étions un cas très lourd !

 

Puis, je n’étais simplement plus capable de prier et de lire ma bible. Alors, je me suis révolté contre Dieu et je lui ai dit que je ne croyais plus en Sa bonté pour moi et que je lui en voulais qu’il n’intervienne pas pour faire quelque chose. Alors, les pensées de suicide revenaient de plus en plus. Puis, un jour de juillet 2001, lors d’une dispute, la coupe a débordé, la marmite a explosé. J’avais bu presque une bouteille d’alcool fort au complet et n’en pouvant plus de cette réalité insupportable, je me suis dit qu’il fallait mettre une fin à ma misère. J’ai pris une corde et je me suis rendu dans le cabanon dans la cour en arrière de chez moi. J’ai accroché la corde au plafond et je l’ai enroulé autour de mon cou en pleurant et en disant à Dieu, "Seigneur si tu existes vraiment fais quelque chose pour moi, car je suis au bout de la corde dans tous les sens du terme". Alors que j'essayais de me pendre et que je commençais à m'étouffer, j'ai entendu les cris de ma femme et de mon petit garçon qui pleurait de détresse. Ils m'avaient découvert par hasard pendu alors que je voulais en finir avec la vie. Je me rappelle m'être retrouvé sur le sol. Ma femme avait coupé la corde. J'ai retrouvé mes sens et puis je me suis mis à lui crier des injures de toutes mes forces en réalisant qu'elle m'avait empêché de mourir. Je lui criais "Pourquoi m'as-tu empêché de mourir, si tu ne m'aimes pas, tu aurais eu les assurances et tu aurais profité de la vie".

Je crois bien que j'ai ameuté tout le voisinage par mes cris. Je suis parti en colère en marchant dans le quartier puis la police est venue me retrouver avec l'ambulance. J'ai passé la nuit à l'hôpital sous observation, puis je suis revenu à la maison le lendemain, mais cette fois-là, Bernard était définitivement mort pour moi. J'avais totalement perdu toute forme d'estime de moi-même. J'étais une loque humaine intérieurement. Totalement détruit! Mais surtout, je m'en voulais vraiment beaucoup que mon petit Brandon qui n'avait que 3 ans ait assisté à ma profonde détresse et qu'il ait vu son père pendu au bout d'une corde. Je sais que cela l'a vraiment traumatisé et j'ai eu beaucoup de misère à me le pardonner. Je voyais sa souffrance et j'entendais sans cesse ses pleurs dans ma tête! Aucune personne de l’église n’est venue pour me voir pour m’apporter de l’aide quelconque, à part deux amis qui m’ont parlé un peu le soir de ma tentative. Comme seul soutien, j'ai eu un droit à une écoute par téléphone avec une intervenante non chrétienne!

Elle était gentille, et elle m’a calmé un peu, mais mes problèmes étaient trop gros pour qu’elle comprenne vraiment. Je n'avais plus aucune confiance a personne et pas même aux pasteurs pour aller chercher de l'aide.

 

Ma nouvelle identité...Tania

J'ai fait à peu près 4 mois comme çà, puis je me suis dit que je ne pouvais plus vivre comme ça longtemps et tant qu'à être démolit comme çà et ne plus avoir aucune estime de moi-même, aussi bien faire tout ce que j'avais envie de faire dans le fond de moi-même. C'est alors que j'ai décidé que je devais me reconstruire sous une nouvelle identité et profiter de la vie au maximum pour quelque temps en me laissant aller dans tout ce que mon cœur désire et surtout dans le sexe avec les hommes! Mais cette identité ne serait pas Bernard, puisque pour moi Bernard était mort. Cette nouvelle identité serait une femme bien sûr - moi qui luttais depuis mon enfance contre ce penchant de ma personnalité… Je suis donc allé faire du magasinage (des courses) et je me suis acheté tout ce qu'une belle femme sexy a besoin pour faire une sortie dans un bar. Perruque, jupe, blouse, talon haut, bas de nylon, lingerie, sacoche, maquillage, etc. Je me suis rasé le corps au complet et je me mettais de la crème quotidiennement. Ma peau était presque aussi douce que celle d'une femme. Je me suis donc donné un nouveau nom, et j'ai choisi Tania. Je m'identifiais sous ce nom-là dans mes sorties!

 

Dès ma première sortie en novembre 2001, ce fut la piqûre totale. Je suis allé dans des bars pour travesties et transsexuelles et j'ai découvert tout un univers que j'ignorais complètement avant. La vie de party, le sexe, la drogue, l'alcool, danser comme une femme et m'amuser avec de nouvelles amies qui étaient un peu comme moi et le plaisir de se faire draguer par les hommes, mais surtout quel sentiment de libération que je ressentais de vivre en femme en publique. Enfin, on s'intéressait à moi, que je me disais! Je m'étais fait une bonne amie qui m'a beaucoup aidé à me féminiser et surtout à me maquiller convenablement. Puis, je sortais presque tous les week-ends en prétextant à ma femme que j'avais besoin de me changer les idées et que j'avais des nouveaux amis et qu'on jouait au billard gentiment en prenant une bière. Quels mensonges! Elle ne semblait se douter de rien. Je me suis ensuite beaucoup amélioré côté look et je me suis acheté beaucoup de vêtements féminins. J'ai alors commencé à vivre dans la débauche totale avec les hommes, les femmes, même des couples. Il n'y avait plus rien qui m'arrêtait. J'ai même fait de la prostitution à quelques reprises. Je ne voulais pas faire de prostitution et ça me dégoûtait au début, puis, je me suis dit que temps qu'à le faire gratuitement, eh bien que çà pouvait se faire avec des dollars en prime. Je voyais tous ces mecs hétéros qui étaient le genre de mecs machos qui m'auraient humilié quand j'étais jeune, je les voyais venir me draguer avec insistance et même quand je leur disais que j'étais une travestie, pour la plupart ils voulaient avoir une aventure pareille. Quelle revanche que j'avais sur les hommes que je me disais! J'ai fait tomber beaucoup d’hommes hétéros dans mon péché. Mes jambes qui faisaient tellement ma honte quand j'étais jeune étaient maintenant devenues mon atout principal. J'étais petite et délicate en femme et je passais vraiment bien. J'ai des traits fin et mon petit visage délicat me donnait une apparence que je n'aurais pu croire moi-même. Chose certaine, j'ai retrouvé l'estime de moi-même en Tania, si on exclut le péché que je faisais. Enfin, je me sentais valorisé et admiré. Je recevais beaucoup de compliments. Que ça faisait du bien et que ça flattait mon ego, moi qui avait été tant humilié et rejeté!

 

Même des femmes étaient jalouses de moi et de mes formes et même une fois la bagarre entre deux femmes pour moi! Jamais je n’aurais cru! Les mecs ne me laissaient pas tranquille une minute. J'adorais séduire les mecs et les voir baver après moi comme des petits chiens devant un os. J'étais valorisé et estimé, mais pour les mauvaises raisons. C'est mon corps qu'on aimait et on ne m'aimait pas pour la personne que je suis. Par contre, je veux que vous sachiez qu'aujourd'hui je ne suis pas fier de tout le mal ce que j'ai fait et j’ai beaucoup de regret de mes péchés. Je ne fais que vous racontez tout ce que j'ai vécu, le plus honnêtement que possible, et je ne veux surtout pas me glorifier de tout ça aujourd'hui.

 

Le grand mensonge

Puis, plus le temps passait, plus je devenais accroc de Tania et je pense bien que cela soit pire que l'héroïne. Je pouvais absolument plus m'en passer. Je comptais les jours et même les heures qu'il me restait avant d'enfin redevenir Tania. Quand je redevenais Bernard, je tombais en dépression et plus le temps passait plus je ne pouvais plus supporter de redevenir Bernard. Puis un jour, j'en suis arrivé au point où je ne pouvais même plus être en homme plus de deux jours sans tomber en profonde dépression. Je me suis mis à penser que j'avais un gros problème est que peut être que j'étais une pauvre femme emprisonnée dans le corps d'un homme et qu'il y avait eu une erreur génétique ou un problème hormonal grave ou une malformation quelconque lorsque j'étais dans le ventre de ma mère. Alors je me suis dit que ça expliquerait tout. Ça voudrait dire que je ne suis pas gay et que mes tendances féminines sont simplement le reflet de la femme intérieure que je suis. Donc je serais une femme hétérosexuelle tout ce qu'il y a de plus normale, sauf que seul problème : j'ai un sexe masculin. Et ça c'est un gros problème pour une femme! J'ai alors commencé à correspondre avec des transsexuelles soit disant "chrétiennes" sur un site bien spécial et ont se réconfortait et on s'encourageait dans notre cheminement. Beaucoup voulaient se rendre à l'opération de changement de sexe. On priait même les uns pour les autres et on se donnait des conseils. Je leur confessais mes péchés d'immoralité et elles priaient pour moi. Elles ne considéraient pas pour la plupart que c'était mal d'avoir un homme dans sa vie en autant qu'on est marié. Puis j'ai appris que la transsexualité était quelque chose d'incurable. Il n'y avait aucun moyen de s'en sortir selon tous les experts et les faits établis. Je n'avais donc pas beaucoup de choix devant moi, car je ne voulais plus être un homme.

 

Un soir que j’étais désemparé parce que je réalisais que je n’étais plus capable de m’en sortir et que je n’étais plus capable d’être un homme, je me suis mis à pleurer en demandant à Dieu "Qu’est-ce qui m’arrive Seigneur?". Et puis, le Seigneur m’a parlé dans mon cœur en me disant avec beaucoup d’amour: "Je ne te condamne pas à cause de ce que tu as l’air, Je ne regarde pas à ton apparence, mais Je regarde à ton cœur" Et ensuite: "Ton estime de toi est très basse, il va falloir que tu te reconstruises avec mon aide”, mais ensuite avec une profonde tristesse il m’a dit: "La seule chose que je te demande, c’est de ne pas te laisser aller dans le péché", et cela il me l’a répété à trois reprises comme s’Il savait que j’allais faire encore beaucoup plus de mal. Après cela, je n’ai plus entendu la voix du Seigneur pendant très longtemps. J’ai effectivement désobéi et je suis tombé profondément dans l'immoralité par la suite. Il m'arrivait parfois de parler au Seigneur et de chanter un chant chrétien malgré la gravité de mon péché. Je ne sais pas pourquoi, puisque j'étais totalement rétrograde dans ce qu'il y a de pire. Peut-être le vide que me laissait mon péché ! Disons que le péché te laisse toujours un goût amer ! Il y avait quelque chose de bizarre que je me rappelle. Il m'arrivait souvent de partir pour une grosse soirée de party en Tania et alors que je me rendais en auto au bar, je me mettais à penser à mon petit garçon qui ne me voyait plus beaucoup, car je ne passais plus beaucoup de temps avec lui à cause de ma vie de débauche. Puis alors que je conduisais, un grand sentiment de tristesse m'envahissait. Je me sentais coupable du mal que je faisais et je sentais la profonde tristesse du Saint-Esprit en moi! J'avais beaucoup de difficulté avec cette présence de Dieu, mon péché me faisait mal face au Seigneur!

 

La révélation choc de Tania

Il me fallait donc maintenant avouer à ma femme que je me travestissais et je vous jure que ça n'a vraiment pas été facile ni pour moi, ni pour elle. Quand je lui ai avoué, je lui ai montré des photos de moi et elle m'a répondu qu'il ne me manquait pas grand-chose pour être une vraie femme. Puis elle a éclaté en sanglots, elle était vraiment en état de choc. Je suis parti en catastrophe. J'aurais espéré qu'elle m'accepte en femme, mais ça aurait fait d'elle une lesbienne ! Je la comprenais, elle était chrétienne et avait de fortes valeurs morales. Je ne lui ai pas avoué que je l'a trompais dans une vie de débauche à ce moment-là ! C'était trop difficile de lui dire ça ! Je lui ai menti en disant que je faisais seulement me travestir et que je n'étais pas aux hommes et que je ne couchais pas avec personne. Je n'étais pas prêt à avouer cela à ce moment-là! Ensuite elle a tout révélé à sa famille et même à la mienne. Elle a même montré mes photos aux pasteurs de l'église. J'étais vraiment angoissé et troublé que maintenant tout le monde allait savoir mon petit secret que je gardais depuis si longtemps, depuis mon enfance. Mais, je me suis résigné et ensuite je me suis affirmé et je me suis dit alors que tout le monde le sache. Je suis une femme en devenir et je m'assume ! Beaucoup étaient scandalisés, mais je m'en foutais, même que plus ils étaient scandalisés, plus j'étais fier de moi, car pour moi, je m'affirmais enfin. Soudainement tous les pasteurs voulaient me parler, alors que pas un seul ne s’était manifesté après ma tentative de suicide. Tout le monde voulait m’aider tout d’un coup. Comment se faisait-il ? Ce pouvait-il que le fait que je sois travesti les dérange à ce point, mais pas que je me suicide ? Même un pasteur m’a appelé pour me dire qu’il regrettait de ne pas avoir fait quelque chose pour moi quand je suis allé le voir en pleurant et en le suppliant de m’aider, il y avait de cela quelques années. Je lui ai répondu que je n’avais plus besoin d’aucune aide, car maintenant j’étais libéré.

Je n’en veux pas à aucun pasteur aujourd’hui, ils ne savaient peut être pas comment m’aider et ne connaissaient pas tous les faits. Le seul pasteur qui m’a aidé et m'a démontré un peu de compassion, m’a parlé avec amour et m’a exhorté à changer de voie (curieusement j’avais senti l’amour de Dieu lors de cette rencontre), a prié pour moi et m’a remis un compact disque de chansons chrétiennes, car il était aussi un musicien et un chanteur. Il m’a remis son CD comme par résignation. Mais Dieu avait un plan dans cela pour le futur si vous continuez à lire mon histoire plus loin.

 

Par la suite, mon épouse a demandé le divorce à moins que je rejette mon nouveau style de vie selon les conseils du pasteur. On devait aussi vendre la maison et se partager tous les biens. Je n’arrivais pas à m’imaginer que j’en étais rendu là. Pour moi abandonner Tania était totalement impensable, puisque c'est Tania qui m'avait permis de m'en sortir et de retrouver l'estime de moi-même! Ça devenait de plus en plus pire de toute façon et je n'étais même plus capable d'être un homme. Je vais donc tout perdre ce pourquoi j’avais tellement travaillé fort toute ma vie. Toutes mes économies, ma toute première maison que je venais d’acheter, mes biens, ma famille et surtout être séparé de mon petit garçon que j’aime tellement! Puis je me suis dit que c'était bien fini entre moi et Vanessa et qu'il n'y avait plus rien entre nous de toute façon. A quoi bon faire durer la souffrance et que mon fils en paye la note encore plus! Ma maison était une cage dorée, rien de plus! Ça me faisait mal pareil, car pour moi le divorce est un échec et aussi mon fils devra vivre avec ça, lui qui était si jeune et déjà si fragile de tout ce qu'il avait vécu. Quand j'ai mis la pancarte pour vendre la maison et qu'il me demandait à quoi ça sert cette pancarte, je n'étais pas capable de lui dire franchement et çà m'a fait pleurer. Je me sentais coupable! Je suis un salaud, un sans cœur que je me disais. Tout çà à cause de ma folie!

 

Je ne pourrai jamais oublier une fois ou j'étais allé chez la belle-famille avec Vanessa qui était encore mon épouse et mon fils Brandon et on revenait en auto tard le soir. Brandon dormait tendrement en arrière dans son siège. Vanessa avait mis un CD chrétien en espagnol. Dans une des chansons d'adoration qui est super belle, les paroles disaient: "Renouvelle-moi Seigneur Jésus, je ne veux pas rester le même. Renouvelle-moi Seigneur Jésus, met-en-moi ton cœur. Parce que tout ce qui est en moi a tellement besoin d'être changé Seigneur. Parce que tout ce qui est dans mon cœur a tellement besoin de plus de toi!" Je suis juste pas capable de vous décrire tout l'effet que çà m'a fait, mais tout ce que je peux vous dire, c'est que je me suis mis à avoir des larmes qui coulaient sur mes joues et je réalisais tout l'amour que Jésus avait pour moi, mais en même temps, je réalisais que tout cet amour, je le refusais, car je ne voulais pas abandonner mon péché et çà me faisais tellement mal de réaliser que j'étais devenu tellement endurci dans mon cœur que j'avais même perdu la capacité de me repentir à cause que j'aimais tellement mon péché. Le Seigneur m'avait parlé avec beaucoup d'amour et je lui avais dit non, va-t’en, je préfère mon péché! Cette expérience a été une des plus pénibles de ma vie !

 

Suite du témoignage "la délivrance de Tania". Un témoignage bouleversant en 2 parties de délivrance de l'homosexualité et de transsexualité. L'amour de Dieu apparaît dans cette histoire d'une manière puissante, supportant tout pour le salut de l'âme de cet homme perdu. Le texte de l'auteur a été intégralement conservé et cité sans corrections.

... Puis j'ai commencé à suivre un traitement coûteux au laser pour me faire enlever tous les poils que j'avais dans le visage afin de me féminiser le plus possible. Pour en avoir le cœur net, je voulais savoir ce que j'avais d'anormal et je suis allé consulter toutes sortes de spécialistes dans le domaine de la transsexualité, dont des psychiatres, des psychologues, des endocrinologues, des docteurs, etc. J'ai passé plusieurs tests dont certains très complexes et le verdict c'était que ma situation était assez sérieuse et que j'étais très féminin et qu'on me conseillait de suivre une thérapie pour réorientation sexuelle (ce qui veut dire de d'abord vivre en femme àop temps plein pendant un certain temps et ensuite le changement de sexe) et de suivre une hormonothérapie (prendre des hormones féminines pour la féminisation de mon corps). Un des tests me classait comme transsexuelle probable de catégorie 4, l'un des plus communs chez les transsexuelles et aussi que ma situation était très sérieuse! Les endocrinologues m'ont mesuré partout et ils étaient surpris de ma taille un peu semblable à celle d'une femme. Ils pensaient que j'avais un surplus anormal d'œstrogène (hormone femelle). Mais les résultats finals montraient des taux normaux d'œstrogène. Ça pouvait être un problème génétique aussi, mais le test coûtait très cher et je ne pouvais pas me le permettre. Ça pouvait être au niveau du cerveau aussi. Toutes sortes de théories circulaient sur le sujet. La seule chose qui revenait... c'est incurable! J'étais donc une transsexuelle probable et c'est incurable! Quel choc d'apprendre çà !

 

Par contre, de mon côté, je voulais prendre des hormones pour une féminisation de mon corps et surtout avoir de vrais seins, mais je voulais aussi vivre à temps plein en femme, mais pas devant Vanessa et mon fils. J'ai alors commencé à me faire pousser les cheveux de plus en plus longs et à suivre la thérapie. C’était long avant d'avoir l'autorisation de suivre l'hormonothérapie. J'ai aussi suivi des cours de voix avec une orthophoniste pour perfectionner ma voix féminine qui était devenue très bien à la fin de mes cours. Enfin, on ne me devinait plus à cause de ma voix. Puis quand j'ai commencé l'hormonothérapie, un changement incroyable s'est produit, j'ai commencé à avoir des vrais seins, et çà faisait spécial de sentir mes seins sur mon corps. Même mon visage a changé de forme. Je me sentais vraiment femme de plus en plus! Le seul problème avec les hormones, c'est que ce n’est pas facile psychologiquement ! Je pouvais faire des crises pour rien et me mettre à pleurer sur n'importe quoi! D'autres fois je devenais "très chaleureuse et colleuse" en tant que Tania bien sûr. J'ai aussi entrepris de faire changer mon nom pour celui de Tania, un processus qui peut prendre un an et plus.

 

Puis je voulais me faire mettre des implants mammaires pour avoir des plus gros et plus beaux seins, car avec les hormones je ne pouvais espérer avoir plus que du "A" et aussi refaire mon nez et la pomme d'Adam ensuite. Je devais choisir entre les seins ou le nez, car je n'avais pas assez d'argent pour payer les deux en même temps! Ça coûtait $5000 environ pour chaque opération. J'ai passé très près de me faire mettre les implants. J'avais même choisi la grosseur, du C+. Des seins de rêves que je me disais. Avec ça, je vais faire des malheurs que je me disais !

 

Mais il y a quelque chose qui me disait : Non, fais ton nez avant. Le nez que j'avais était trop masculin et je le détestais, donc j'ai décidé de me faire refaire en premier le nez en juin 2003 et de repoussé les implants pour le printemps 2004. L'opération a été très pénible, mais ça m'a amélioré complètement. J'avais un nez très féminin maintenant et mon visage faisait très femme, surtout que je n'avais plus de poils dans le visage. On ne me devinait vraiment pas en tout cas! Puis avec ce look, j'avais atteint le sommet de ma gloire. On m'a offert à quelques reprises de faire des films pornos et des magazines pornos aussi. Mais j'ai refusé à cause que je pensais que c'était vraiment aller trop loin de faire ça. Après çà tout le monde va me voir dans mon péché dans des films XXX. Je me disais pareil qu'avec tout cet argent je pourrais me payer mes implants, mais pas question. On m'a même offert de rencontrer des chefs dans le milieu criminalisé en me disant que si j'étais gentille avec eux, qu'ils me gâteraient et me donneraient beaucoup d'argent. J'ai refusé, mais j'ai eu très peur de me faire agresser cette nuit-là. Déjà que j'avais été victime de trois tentatives d'agression sexuelle en pleine nuit par des maniaques, pervers de la pire espèce sans compter tous les maniaques qui me suivaient. J'ai pu me défendre deux fois, mais une fois on m'avait drogué avec du GHB (la drogue du viol) pour abusé de moi, mais une chance que mes amies étaient là pour me protéger. Mais surtout, le Seigneur m'a protégé, malgré tout mon péché et ma désobéissance envers Lui.

 

Un ami spécial

Puis, lors d'une tournée dans un bar de transsexuelle, je voulais me débarrasser d'un vieux vicieux qui me draguait en me payant des verres et qui ne me laissait pas tranquille une minute. Je me suis levée et j'ai vu un bel homme qui semblait sympathique assis au bar. Je suis allé le voir et je lui ai dit: "fait comme si tu me connaissais depuis longtemps, car je veux que ce vieux salaud me foute la paix!". Il a été très gentil avec moi et m'a payé des verres, puis on a beaucoup parlé et il était très intéressé à moi et moi aussi il me plaisait! Pour faire une histoire courte et ne pas entrer dans trop de détails, il est devenu mon "chum" (mec) à partir de ce soir-là. Mais ce qui est le plus incroyable, c'est qu'en discutant avec lui, on s'est rendu compte qu'on était tous les deux des chrétiens rétrogrades. Lui, il avait abandonné le Seigneur pour la drogue, l'alcool, les travesties et les transsexuelles. Il était fortement dépendant de tout cela ! Comment ce faisait-il que je tombais sur lui par hasard dans un bar de transsexuelle et qu'il soit un chrétien rétrograde comme moi en plus ! Il y avait une raison et le Seigneur avait préparé un plan! Vous allez voir cela plus tard ! Il est demeuré mon chum assez longtemps et je m'étais assagie, je ne fréquentais plus mes amies prostituées et en plus je ne couchais plus avec tous les mecs qui passaient. Je m'étais fait des amies travesties plus sérieuses dans leur démarche et qui avaient des professions plus respectables même si leur vie étaient pas mal à l'envers.

 

Ma nouvelle vie de femme libre

Ensuite ce qui devait arriver arriva, ce fut le divorce et j'ai presque tout perdu ce que j'avais et je devais payer une forte pension à mon ex-femme. J'ai trouvé très pénible de ne plus voir mon petit garçon, sauf une fois par semaine et de me retrouver seule. J'avais de la peine pour lui à cause qu'il avait perdu le père qu'il avait besoin et que j'avais déjà été.

Je suis donc déménagée seule en appartement a Montréal et je me suis consolée en me disant que là, enfin je pouvais vivre en femme à temps plein et suivre ma thérapie pour réorientation sexuelle et faire ce qu'on appelle le test de deux ans en femmes (real life test) avant d'aller à l'opération pour un vagin si je le désirais toujours. Mais je n'étais pas prête encore pour cela et aussi j'aimais les femmes aussi. Je préférais plutôt être she-male à cette époque. C’est à dire, une femme avec des vrais seins, mais avec un sexe masculin.

 

Je devenais de plus en plus féminin et à mon travail, ça commençait à paraître pour les collègues. Je m’habillais avec des gilets féminins et des pantalons féminins, plus serrés. Je ne portais plus de perruque quand je sortais en Tania, car mes cheveux étaient devenus assez longs pour que j’aie une belle coupe féminine, mais au travail je m’arrangeais plus androgyne. Donc, je portais des vêtements de plus en plus féminins et mon apparence avait beaucoup changé. En fait, j'avais vraiment l'impression que je me travestissais quand j'étais Bernard et que j'étais normal quand j'étais Tania. Donc pour moi, Je devais me travestir en homme dans la présence de mon ex-femme et de mon fils. Je n’aimais pas ça, mais de toute façon j’avais tellement l’air d’une femme et cela même en me travestissant en homme comme je me disais dans ce temps-là. Brandon m’appelait papa en public et les gens étaient toujours très surpris, car on me prenait toujours pour une femme. Je lui ai expliqué que Papa allait devenir Tania et je lui donc demandé de m’appeler Tania en public pour ne pas trop scandaliser les gens. Je croyais bien faire en me disant qu'il serait mieux que Brandon comprenne ma situation le plus vite possible et puisse ainsi m'accepter plus facilement. Je regrette beaucoup aujourd'hui de l'avoir exposé à cet épisode de ma vie et j'espère de tout cœur qu'il n'en gardera aucune séquelle néfaste! En tout cas, je ne pouvais plus aller dans la salle de bain des hommes à cause de mon apparence très féminine. Il fallait que j'aille dans la salle de bain des femmes quand je sortais et si Brandon était avec moi et qu'il venait à la salle de bain avec moi, il ne fallait surtout pas qu'il m'appelle papa devant toutes les femmes qui s'y trouvaient. Ouach! Ma vie pouvait être parfois être très compliquée à cause de mon identité.

 

La révélation au travail

Puis un jour que je devais aller chez ma coiffeuse pour me faire donner une nouvelle coiffure très féminine avec des mèches, je suis sorti pour aller me promener dans le centre d’achat et j’ai rencontré un collègue de travail. Il était très surpris et même en état de choc. Quel choc se fut pour moi aussi ! Je me disais, ils vont tout savoir maintenant !

 

Puis, quelques jours plus tard, la machine à rumeur avait bien décollé. Beaucoup de collègues de mon travail faisaient circuler la rumeur. Je travaillais dans une grande firme d'assurance et j'étais dans le secteur de l'informatique. Alors je n’ai pas eu le choix de tout raconter à mes patrons. Je suis rentrée dans le bureau de mon patron et je lui ai dit. Ce n’est pas facile à te dire, mais voilà, je pense que tu t’en doutes. Je vais devenir une femme très bientôt et à partir de bientôt je vais venir travailler sous ma nouvelle identité et mon nom sera Tania et surtout, je suis fier de ce que je suis. Je leur ai même avoué que j'étais bisexuel ! Çà été le choc pour eux tous ! Mais, ils m’ont accepté et m’ont demandé d’attendre quelques semaines avant de me présenter sous Tania. Ils devaient tous s’adapter à cette situation et je travaillais avec beaucoup de monde. Ils ont même eu un meeting pour discuter de ma situation. Personne ne devait me manquer de respect sous peine de réprimande. J’ai été bien protégé par la charte des droits et libertés disons.

 

Quand ce fut le grand jour, je me rappellerai toujours, s’était le 19 mai 2003. Je suis arrivée comme une femme d’affaire avec jupe, top et veste et talon haut, maquillé sobrement. J’étais très nerveuse, mais déterminée ! Mes seins avaient aussi poussé un peu plus. J’avais un look à faire tourner les têtes, mais je demeurais classique avec un petit côté sexy, mais pas trop provocante, pas vulgaire en tout cas. Les collègues étaient stupéfaits ! Ma voix féminine était très bien aussi. Je parlais en Tania à temps plein maintenant et je vivais en Tania à temps plein ! Beaucoup de gens sont venus me voir, surtout les femmes pour me dire que j‘étais très belle et beaucoup n’en revenaient pas de mon look. Je faisais du 36-27-36 avec un poids de 112lbs. Presqu’une taille de mannequin. Les gens qui ne me connaissaient pas ne pouvaient pas me deviner. Les mecs me reluquaient un peu partout ou j’allais. Par la suite, moi comme mes collègues se sont habitués à la situation et on ne me remarquait plus comme à la première journée. Tout le monde était respectueux en ma présence, mais pas tous me parlaient en tout cas. Il y en a beaucoup qui avaient peur de moi. Puis, ça devenait une routine comme toutes les femmes ordinaires qui vont travailler, mais çà prenait plus de temps à s'arranger le matin. Surtout, je me sentais tellement bien d’être femme devant tout le monde et à temps plein. Plus besoin de me travestir en homme que je me disais ! Je revenais du travail et j'allais faire l'épicerie, souvent un homme me demandait pour apporter mes sacs jusqu'à la voiture. On m'ouvrait les portes partout devant moi. J'aimais beaucoup faire du magasinage et acheter plein de vêtements de toutes sortes. Je m'étais monté une belle garde-robe et je pense bien que j'en avais pour plus de $3000. J'avais tout ce que je désirais en vêtement. J'avais une vingtaine de pairs de souliers à talon haut et de bottes de toutes sortes de style et couleur.

 

La désillusion

Je vivais à cent milles a l’heure; L’alcool, la drogue, le sexe, les parties, le travail. Je passais aussi beaucoup de temps a chatter sur l’Internet et à regarder de la pornographie. J’en avais toute une collection. Souvent, je ne dormais presque pas et j'abusais beaucoup de ma santé. Mais, j’ai commencé à me rendre compte que malgré toute ma popularité et cette vie trépidante, je me sentais très seule.

 

Je me rendais compte que les vrais amis, il n’y en avait pratiquement pas et que ceux que j’avais n’étaient là que pour faire la fête, mais à part ça, pas vraiment de véritable ami sincère à part une seule qui était plus à l'écoute que les autres. Je n’avais presque personne à qui je pouvais me confier sur ma vie à part cette seule amie ! Je me rendais compte de la jalousie que certaines travesties ou transsexuelles avaient pour moi ! Je trouvais que beaucoup étaient tellement superficielles ! Il y avait aussi tellement de médisance, de chicane, et de jalousie entre beaucoup d’entre elles et certaines avaient un problème de comportement assez important. C’était un milieu très dysfonctionnel. De plus, même si mon chum était gentil, il ne m’aimait que pour mon corps, mais pas pour qui j’étais vraiment en tant que personne. Plus je me rendais compte de ça, plus je devenais malheureuse. Je n’étais qu’une image, une idole… mais quand je rentrais chez moi, personne ne savait la solitude que je vivais en moi. Je me disais, il faut que ça change, j’en aie marre de tout ce cirque. Tout ce que je veux ce sont des amis sincères qui ont une vie équilibrée et avec qui on peut partager les belles choses de la vie. Je passais beaucoup de temps seul, car pas beaucoup de mes copines travesties vivaient à temps plein comme moi. Elles vivaient plus cela dans la clandestinité, le week-end, la nuit et puis ensuite, elles redevenaient des mecs le jour ! La plupart de celles qui étaient travesties ou transsexuelles à temps plein étaient dans la prostitution et je ne voulais plus redescendre à ce niveau-là.

 

Puis une autre chose bizarre arriva, moi qui depuis deux ans aimais tellement aller dans les bars pour m’éclater le week-end, eh bien j’ai commencé à me sentir stressée d’y aller et à me sentir mal à l’aise dans cette faune de nuit. Il me semblait que j’aurais tellement aimé mieux rester tranquille a la maison à écouter un petit film avec une copine ! Je ne sais pas, je conduisais mon auto pour me rendre au bar et je me disais encore une autre soirée perdue à m’ennuyer avec tous ces gens tellement superficiels. Je devenais souvent triste, déprimée et malheureuse en dedans ! Le monde des bars, j’étais plus capable ! J’avais besoin de parler avec des gens qui avaient quelque chose en dedans, qui avaient une oreille attentive, et un cœur pour compatir. J’avais besoin d’entendre des choses plus profondes que toutes ces superficialités, du genre : qui a baisé avec qui, et regarde mon nouveau rouge à lèvre. Et puis un soir, alors que j’étais assis au bar (dans un club de Drag Queens), je regardais tous ces mecs homosexuels qui s’embrassaient et ça m’a dégoûté de les voir. Puis je voyais des lesbiennes qui faisaient de même et toute cette faune de travesties et j’avais carrément l’impression que j’étais en enfer assis sur une roche sur le bord du lac de feu de l’apocalypse. Tranquillement, je sentais la conviction du Saint-Esprit sur moi ! Qu’est-ce que tu fais ici dans ce lieu de perdition ? J’étais restée seule au bar ce soir-là, à réfléchir à ma vie, alors que le bar allait fermer, je me disais en moi-même: Il faut que je fasse quelque chose de mieux avec ma foutue vie. Les bars, j’en ai ma claque, je suis juste plus capable !

 

 

 

Dieu parle et demande de choisir

Et puis voici ce qui m’arriva de vraiment incroyable par la suite. A la fin d'août 2003, lors d'un week-end où je devais passer du temps avec mon fils Brandon que je ne voyais plus beaucoup. Il était venu chez moi pour me rendre visite ! Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu et je m’étais tellement ennuyé de lui. Donc, on a passé du bon temps ensemble et je suis allé me promener avec lui ce samedi-là pendant la journée et on avait bien profité de cette journée. Ensuite mon chum devait venir me rejoindre chez moi pour venir souper avec nous. Je ne permettais pas à mon chum de me coller ou de m'embrasser devant mon fils. Je tenais à ne surtout pas traumatiser mon fils par amour et respect pour lui et je faisais bien. Je disais simplement à mon fils que mon chum était un ami. Après le souper, je devais reconduire mon fils chez mon ex-femme Vanessa. En temps normal j'étais supposé passer au moins la soirée avec mon fils, mais je préférais plutôt recevoir mon chum ce soir-là, car on avait prévu une soirée intime de sexe, drogue et alcool.

 

Je suis donc aller reconduire mon fils Brandon chez Vanessa et mon chum est demeuré chez moi à m'attendre. Quand je suis arrivé chez Vanessa, j'ai tout de suite dit au revoir à Brandon et alors que je m'apprêtais à partir, Brandon m'a manifesté sa grande tristesse de me voir partir si vite. Alors il se mit à me supplier de rester et de jouer avec lui. Mais je lui ai répondu: "Non, papa doit partir par ce que mon ami m'attend chez moi." Il m'a alors regardé et m'a supplié encore une autre fois et là j'ai senti le cri de son cœur pour moi en regardant sa profonde tristesse dans ses beaux yeux bruns. Je lui ai encore répondu que je devais absolument partir et je suis sorti attristé en me sentant coupable de l'avoir délaissé. Et là soudainement alors que je descendais les marches, j'ai reçu une profonde parole du Saint-Esprit: "Ton péché est plus important que ton petit garçon !". Je me suis mise à me sentir très attristée et coupable d'avoir abandonné mon fils pour ma soirée de débauche avec mon chum. Jamais je n'aurais pensé que çà se passerait comme ça ! Ensuite, en conduisant mon auto pour revenir chez moi, un trajet de 20 minutes environ, la parole revenait sans cesse: "Ton péché est plus important que ton petit garçon !","Ton péché est plus important que ton petit garçon !" ,"Ton péché est plus important que ton petit garçon !" ,"Ton péché est plus important que ton petit garçon !" ,"Ton péché est plus important que ton petit garçon !" ,"Ton péché est plus important que ton petit garçon !" ,"Ton péché est plus important que ton petit garçon !" Sans cesse cette parole revenait me tourmenter ! De ma joie intense de passer la soirée avec mon chum, je suis tombée dans une grande tristesse et je réalisais le mal que je faisais.

 

Je suis donc arrivée chez moi très triste et abattue et tout de suite mon chum voulait me coller et me toucher, mais j'étais tellement mal en dedans de moi que je l'ai repoussé tout de suite. Je lui ai raconté ce qui était arrivé avec mon fils, mais je ne voulais pas lui dire la parole que j'avais reçue du Saint-Esprit. Il m'a consolé, puis il m'a offert une bière pour me calmer. Par la suite, j'ai noyé ma tristesse dans l'alcool, la cocaïne et le sexe et cela toute la soirée et toute la nuit jusqu'au matin presque.

 

Puis nous nous sommes couchés, mais quand je me suis réveillée vers midi ce dimanche-là, je me suis mise de nouveau à penser à Brandon et à la parole que j'avais reçu et là je me suis senti vraiment sale, moche et vide en pensant à mon fils que j'avais préféré abandonner pour faire toutes mes saloperies avec mon chum. Je me sentais tellement indigne et coupable !

 

C'est alors que pour soulager ma conscience, j'ai mis le CD chrétien que le pasteur de mon église m'avait remis, il y avait longtemps. Vous vous souvenez ! Je me suis mise à chanter une des chansons que j'aimais beaucoup avec mon micro. La chanson s'intitulait: Éternel mon Dieu. J'ai alors commencé à chanter les paroles: "Éternel mon Dieu, je te célèbrerai toujours, Éternel en toi je me réfugie, Éternel mon Dieu tu es mon roi, Éternel en toi j'abandonne ma vie!" Puis mon chum m'écoutait et soudainement il m'a interrompu et m'a demandé d'arrêter de chanter ma chanson. Je lui ai demandé pourquoi ? Il m'a répondu: "Ce n'est pas que tu chantes mal, mais tu ne peux faire ce que tu fais avec moi et ensuite chanter des cantiques à Dieu" Je lui ai répondu: "C'est vrai, tu as raison" et tristement j'ai ensuite arrêté ma chanson. Mais là quelque chose de vraiment surnaturel allait prendre place. Le Saint-Esprit me parla directement à travers lui. J’ai reçu une autre parole venant de la bouche de mon chum chrétien rétrograde! Il me dit: "La parole de Dieu dit que tu ne peux pas être tiède, sois chaud ou froid car si tu es tiède, je te vomirai de ma bouche" puis il me l'a redit une seconde fois "La parole de Dieu dit que tu ne peux pas être tiède, sois chaud ou froid car si tu es tiède, je te vomirai de ma bouche". L'effet que çà m'a fait est indescriptible avec des mots humains, j'étais totalement démolie, anéantie, écrasée en mille miettes dans toute la profondeur de mon âme. J'ai senti toute la colère de Dieu sur moi et que j'avais atteint la limite de sa Grâce. J'ai clairement compris que je devais faire un choix entre mon péché d'immoralité ou Dieu, mais pas les deux en même temps. Je me suis sentie tellement désemparée et troublée que j'ai sauté dans les bras de mon chum pour retomber dans mon péché tellement le vide était profond en moi.

 

La véritable repentance

Par la suite, j'ai passé deux jours dans un état de dépression profonde. Il y avait un combat intense en moi-même dans mon âme. Je devais choisir entre Dieu ou mon péché. Mon problème c'est que j'aimais les deux. J'étais tellement attaché à mon péché et surtout à l'homosexualité, mais je ne voulais pas perdre le Seigneur. Qu'est-ce que je vais faire ? Il faut faire un choix! Puis après ces deux jours de combats, je me suis effondré en larmes devant le Seigneur en me repentant et je lui ai dit exactement ceci: "Seigneur, je ne peux pas ne pas te choisir, c'est toi que je choisis Seigneur, mais je t'en supplie donne-moi la force d'abandonner mon péché". Aussitôt que j'ai dit cela, j'ai senti une paix extrêmement profonde m'envahir, une paix qui ne vient pas de cette planète et aussi un amour d'une intensité incroyable en moi. Je me suis senti vraiment libéré. Puis j'ai pleuré longuement en parlant au Seigneur et en me repentant de toutes mes immoralités commises depuis ces deux dernières années. J'ai vraiment senti le véritable pardon de Dieu. Une vraie délivrance authentique !

 

Tout de suite j'ai recommencé quotidiennement à lire ma bible et à prier en demandant au Seigneur de me soutenir dans mon cheminement et surtout de me délivrer de mes désirs d'homosexualité. J'ai ensuite appelé mon chum pour lui dire que c'était fini entre nous et que j'avais choisi le Seigneur et pas mon péché. Ce fut donc le véritable début de ma délivrance. Alléluia ! Merci Seigneur pour ta fidélité, malgré ma grande infidélité. Je n'en revenais tout simplement pas de comment le Seigneur avait suscité toutes ces circonstances pour m'amener à cette grande repentance ! Ma solitude, ma désillusion, ma tristesse, mon fils qui avait tant besoin de moi, le CD du pasteur remis un an et demi auparavant, mon chum chrétien rétrograde rencontré par un drôle de hasard dans un bar de travesties et transsexuelles qui devait devenir celui qui me dirait la seule parole capable de me démolir totalement. Non, mais réfléchissez à tout cela, c'est incroyable ! Le Seigneur me surprend vraiment !

 

 

Le cheminement vers l'obéissance

Toutefois, le Seigneur n'avait pas encore commencé à me parler au sujet de ma transsexualité. Je me suis donc dit que j'étais correcte avec ça. J'ai donc dit au Seigneur que j'allais être une femme pure selon le proverbe 31. J'ai donc résolu dans mon cœur de demeurer une femme intègre, soumise à Dieu. Puis un jour, j'ai même dit au Seigneur: " Ne me demande jamais de m'abaisser et de m'humilier à redevenir un homme." Pour moi de devenir un homme, c'était comme me demander de devenir une grenouille ou un chien ! Puis, je suis retournée à l'église après pratiquement deux ans d'absence. Ça me faisait drôle de me retrouver en femme dans cette immense assemblée qui compte plus de 2500 personnes. Je devais m'habituer à chanter comme une vraie femme le plus parfaitement possible pour ne pas me faire deviner et je devais parler avec les femmes qui m'adressaient la parole dans la salle de bain et ailleurs. Je me débrouillais très bien et personne ne m'avait deviné ! Incroyablement quand je suis retournée à l'église pour cette première fois, c'était David Wilkerson qui prêchait. Il était pasteur invité ce matin-là ! Bizarrement, je savais intérieurement que je devais rencontrer cet homme avant même de le rencontrer. Ce n'était pas un hasard, mais un rendez-vous divin ! C'était le 7 septembre 2003 et aussi le 10eme anniversaire de cette grande église ce jour-là. Son message s'intitulait "Un cri sans voix", un cri qui vient des profondeurs de l'âme, mais qu'on ne parvient pas à exprimer aux autres. Ce message était tellement pour moi ! Je peux juste vous dire que j'ai été ébranlée profondément et que quand ce fut l'appel pour se re-consacrer au Seigneur, j'ai été l'une des premières à m'avancer en avant. David Wilkerson m'a alors dit: "Do you believe in miracle?" (Crois-tu aux miracles ?) J'ai répondu "Yes" (Oui) et ensuite il m'a dit en me serrant la main: "God will do a great miracle in your life" (Dieu va faire un grand miracle dans ta vie). J'ai senti une grande paix, puis il a prié un peu pour moi. J'ai quitté l'église en me demandant quel va être ce grand miracle que Dieu va faire dans ma vie.

 

J'ai donc continué à fréquenter l'église régulièrement. Je lisais et priais fidèlement aussi, mais je me sentais tentée énormément. Je voulais vraiment obéir au Seigneur, mais il y avait quelque chose en moi qui voulait me ramener vers l'homosexualité. J'ai malheureusement eu quelques rechutes que j'avais tellement regrettées par la suite, car lors de ma re-consécration, j'avais dit au Seigneur que c'est lui que je choisissais et pas mon péché. Il fallait absolument que je sois fidèle au Seigneur. Les tentations étaient intenses, je connaissais pleins de mecs et d'endroits, j'avais des numéros de téléphone, je chattais beaucoup avec des mecs sur l'Internet et beaucoup voulaient me rencontrer. Il me fallait couper avec tout ça ! Moi qui pouvais difficilement passer une nuit sans un mec dans mon lit ! Comment j'allais faire ? Je voulais vraiment m'en sortir, mais je n'arrivais pas toujours à marcher complètement dans la victoire.

 

Le Seigneur me parle

Puis lors des prochaines semaines, quelque chose de vraiment spécial a commencé à prendre place dans ma vie! Le Seigneur a commencé à me parler dans mon cœur ! J'entendais une petite voix intérieure qui me parlait beaucoup. Je trouvais ça bien spécial et je me suis mise à parler avec cette voix intérieure comme dans une véritable conversation. La première expérience marquante est arrivée alors que je me rendais en auto à mon travail et que je me suis arrêtée à un feu rouge et que regardant à côté de moi, il y avait plusieurs très belles femmes qui attendaient l'autobus. Je les ai regardées et la petite voix s'est fait entendre: "Elles sont belles les femmes que j'ai créé, non ?" J'ai répondu: "Oui Seigneur, pourquoi tu me demande ça ? Et la voix de me répondre : "Tu ne pourras jamais égaler ma création, tu es condamné à être une pâle copie de ma création". Houache ! Je n'en revenais pas de cette parole et alors que je réfléchissais, la lumière tombe au rouge et je dois arrêter ma voiture encore. Je regarde à côté de moi et encore il y a plusieurs très belles femmes qui attendent l'autobus. Je n'en reviens pas, je ne les avais jamais vues auparavant. Puis une autre fois, la voix se fait entendre: « Tu fais partie d'une des leurs maintenant non ? Donc maintenant pour toi ce sont les hommes, non ? Puisque tu es une femme ?" Cela m'a fait énormément réfléchir puisque j'aimais beaucoup les femmes aussi et j'étais attirée par elles aussi. Et je ne me voyais pas partager ma vie entière avec un mec. Mais ce que le Seigneur me montrait, c'est toute la futilité de ce que j'étais. Qui va vouloir faire sa vie avec moi, une femme ? Non, puisque tu es une femme toi-même, non ! Alors c'est un homme pour toi, mais va falloir que tu te fasses enlever ton sexe pour avoir un vagin, sans ça tu n'es pas une vraie femme. Quel homme va vouloir faire sa vie avec toi et quelle femme va vouloir faire sa vie avec toi ? En plus il n'y aura rien de vrai en moi, je ne serai qu'une pauvre image de ce qu'est une vraie femme. Jamais je ne serai une femme, mais juste une pâle copie ridicule. Ça m'avait secouée beaucoup, mais pas encore assez!

 

Puis une autre fois la voix me dit: "La femme est le cadeau que j'ai donné à l'homme. Pourquoi veut-tu devenir le cadeau et ne veut-tu pas plutôt prendre le cadeau et l'accepter et l'apprécier pour ce qu'il est ?" Ça m'a fait réfléchir, beaucoup réfléchir. Et ensuite une autre fois: "Pense à ton petit garçon Brandon, tu es son modèle masculin le plus important, ce n'est pas négligeable cela !". Ensuite, une autre fois la voix me répondit concernant quelque chose que j'avais dit auparavant quand j'avais dit : "Ne me demande jamais de m'abaisser et de m'humilier a redevenir un homme." La voix m'a répondu: "Moi je suis Dieu et j'ai quitté toute ma gloire pour m'abaisser et m'humilier pour devenir un homme et cela pour tes péchés et toi alors ? » Cette parole m'a beaucoup ébranlée et surtout beaucoup fait réfléchir. Dieu, lui qui est Dieu dans toute sa gloire, s'est abaissé, il s'est humilié en devenant un homme et pour mon péché, alors pour moi de m'abaisser à devenir un homme ce n'est pas aussi pire que ce l'a été pour Lui qui est le Dieu gloire.

 

LA GRANDE RÉVÉLATION

Puis, quelque chose de très spécial se préparait sans que je le sache. J'étais allée à un cours intitulé "le vase restauré" un jeudi soir a mon église. Puis le soir, après le cours, je suis sortie et je suis allé manger à un petit restaurant. J'étais seule, tranquille et en paix. Mais je ressentais quelque chose de drôle, comme une présence bienveillante sur moi, comme une présence de Dieu qui me regardait avec bonté qui comme semblait me dire: "Je prends soin de toi".

Puis, je me suis couchée ce soir-là, avec une grande paix dans mon cœur. Le lendemain matin le 10 octobre 2003, je me suis levée et je me suis fait un café, puis je me suis assise à la table de ma salle à dîner. Il était environ 10 heures le matin. Puis soudainement sans que je comprenne pourquoi, j'étais totalement incapable de faire quoi que ce soit. On aurait dit que le temps avait arrêté. J'avais l'impression que c'était comme le néant, le vide absolu. Comme si j'avais perdu la volonté de faire ! Que se passait-il ? Tout de suite j'ai demandé au Seigneur qu'est-ce qui se passait et la réponse fut immédiate: "Habille toi et va-t’en dans le parc près de chez toi". J'étais très vraiment surprise et curieusement j'étais capable de faire cette seule chose, c'est à dire de m'habiller et de me rendre dans ce parc.

 

Le récit suivant est une expérience absolument surnaturelle. Alors que je marchais en direction du parc, la voix du Seigneur se fit entendre doucement à mon cœur, cette voix était inaudible, elle était dite directement à mon cœur par le Saint-Esprit et je la répétais à haute voix. Cette voix n'était pas ma voix, mais vraiment une voix qui n'était pas la mienne. Donc, cette voix se fit entendre doucement: "Il va falloir que tu fasses ton deuil de Tania". J'ai répondu: "Non, Seigneur ce ne peut être toi qui me parle". Et de nouveau, mais beaucoup plus fort la voix se fit entendre: "Il va falloir que tu fasses ton deuil de Tania". Tout de suite, je me mise à contester en pleurant et à dire au Seigneur, « Pourquoi me demande tu cela, pourquoi Seigneur, regarde tous les sacrifices que j'ai fait pour être ce que je suis, je vis en Tania a temps plein, et même a mon travail ». Puis, la Parole se fit entendre: "Tu dois mourir à toi-même". J'ai alors dit au Seigneur: "Il n'y a rien de précis qui s'oppose à ce que je suis selon ta parole (la bible)". Puis, la Parole se fit entendre de nouveau: "Ce n'est pas ma volonté que tu sois Tania, mais ma volonté c'est que tu redeviennes un homme, mais pas l'homme que tu étais, mais un homme totalement transformé par ma présence continuelle dans ta vie". Je me suis mise à pleurer intensément en disant au Seigneur: Si c'est ta volonté, eh bien je vais le faire, mais je ne me sens pas capable de le faire". De nouveau la voix dit: "Ma puissance va s'accomplir dans ta faiblesse" . Je me mis à pleurer de plus en plus fort et à sentir une présence du Seigneur indescriptible sur moi. Je sentais un amour de Dieu tellement intense sur moi. J'avais le visage totalement mouillé de mes larmes et je n'en finissais plus de pleurer. Je réalisais que j'étais vraiment dans la présence du Seigneur, mais sans pouvoir le voir. Puis, j'ai demandé au Seigneur: "Mais pour quelle raison tu veux faire cela avec moi ? Et la voix de me répondre: "Des centaines de personne vont se consacrer à moi (Il parlait des inconvertis) et se re-consacrer à moi (Il parlait des chrétiens rétrogrades) grâce à l’œuvre que je vais faire à travers toi". Puis sachant que j'étais dans la présence du Seigneur, je voulais savoir quelque chose et je lui ai dit: "Pourquoi alors, je suis comme ça ?" La voix du Seigneur de me répondre: "C'est à cause de toutes les blessures et les traumatismes que tu as subis depuis ton enfance". J'ai prié longuement le Seigneur en le louant intensément avec des larmes de joies. Tout cela s'est écoulé en un peu plus de deux heures. Suite à cela, je suis retournée chez moi et j'étais tellement épuisée, pareille comme si je n'avais jamais dormi de la nuit. Je me suis couchée et j'ai dormi toute la journée jusqu'à 5 ou 6 heures de l'après-midi. Quand je me suis réveillé, je pensais que j'avais rêvé tellement ça me semblait irréel, mais nul doute, toute la révélation était authentique. Je me la suis toute rappelée dans les moindres détails. Suite à cette révélation extraordinaire, toute ma vie allait changer de A à Z.

 

J’ai donc commencé ce qu’on appelle un processus de dé-transition de femme à un homme. Croyez-moi, ce fut l’une des choses les plus difficiles de mon existence et sans l’aide du seigneur je n’y serais jamais arrivé. Je devais absolument laisser le Seigneur reconstruire toute mon identité. Il fallait que ça se fasse très doucement en m’achetant des vêtements masculins dans lesquels je me sentais bien. Çà me prenait quelque chose qui avait du style. Il fallait me faire un nouveau look, un peu androgyne pour commencer et ensuite de plus en plus masculin. Il fallait donc me rebâtir une nouvelle garde-robe masculine. Je devais essayer le linge masculin autant que je pouvais, mais je devais demeurer en femme à mon travail tant que je n’étais pas prête à vivre en homme à temps plein. Il fallait absolument que je sois fonctionnel en homme avant d’annoncer à tout le monde que je redeviens un homme. Çà faisait vraiment drôle de vivre en femme au boulot et en homme en cachette chez moi ! Alors que çà avait été le contraire pendant tellement longtemps avant ! Il a fallu que je suive tout ce que le Saint-Esprit me montrait.

 

J’ai aussi arrêté les hormones féminines. Je devais retrouver un physique beaucoup plus masculin, mais ce n’était pas facile du tout, surtout à cause que j’avais arrêté ma transition en plein milieu. Mon visage est assez féminin à cause que je n’ai pas de poils et à cause de l’opération de mon nez et çà je ne peux pas le changer. Une chance que je ne me suis pas fait mettre les implants. Dire que j’avais passé très près de le faire. Il y avait vraiment beaucoup de choses à changer. J’avais vraiment beaucoup de blessures intérieures à guérir en même temps. Parfois, je faisais des crises de colère incroyable et j’avais beaucoup de ressentiment envers tous ceux qui m’avaient blessé. J’avais beaucoup de choses à pardonner. J’ai appris à laisser aller et à remettre mes blessures au Seigneur. Le refus de pardonner c’est aussi quelque chose que l’on retient dans son cœur et qui nous ronge intérieurement. Quand on refuse de pardonner, c’est à soi-même qu’on fait le plus de mal. Le pardon est vraiment une puissance qui libère ! Plus je pardonnais, plus le poids s’enlevait de sur moi et plus je me sentais libre. J’ai pleinement pardonné à mon père et à mon ex-femme. Je devais beaucoup prier pour recevoir les réponses et surtout le soutien au fur et à mesure.

 

La victoire sur les ténèbres

C’est alors que la percée la plus importante allait arriver du côté spirituel. Un matin que je me suis couchée après avoir terminé mon quart de nuit à mon travail, je me mis encore à refaire ce genre de rêve bizarre où je suis agressé sexuellement par des hommes. Cette fois-ci c’était plus clair, car je les voyais plus clairement et je voyais bien qu’ils me désiraient sexuellement et qu’ils m’incitaient à participer avec eux à leurs attouchements. Je ne voulais pas et je refusais et je résistais en me réveillant angoissé. J’avais bien remarqué leur aspect bizarre pour la première fois. Ils étaient trois êtres semblables comme bleu foncé et ils avaient des oreilles légèrement pointues et ils n’avaient pas de cheveux et le visage de forme triangulaire. Ils étaient laids, un peu semblables a des vieux malicieux et pervers. Je croyais toujours que ce n’était qu’un rêve et je me disais que ça ne reviendrait plus.

Quelle ne fut pas ma surprise de faire exactement le même rêve le lendemain matin et cette fois ci de les voir encore une fois exactement les trois mêmes personnages ! Encore une fois, ils essayaient de me faire des attouchements et de m’inciter à les toucher. Cette fois je les vis encore plus clairement et soudainement j’ai réalisé qui ils étaient…DES DÉMONS et plus précisément DES ESPRITS IMPURS HOMOSEXUELS. Et surtout j’ai réalisé que je ne rêvais pas, mais que j’étais bien devenu conscient de leur monde invisible. C’est alors que j’ai ressenti une colère intense de les voir essayer de m’abuser et je leur criai de toutes mes forces : "VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE ME TOUCHER, PAR-CE QUE J’APPARTIENS À JÉSUS-CHRIST !". Quelle ne fut pas encore plus ma surprise de voir leurs visages crispés de peur exactement quand j’ai dit le mot Jésus-Christ ! Tous les trois en même temps, leurs visages grimaçaient pareil comme si je leur avais fait boire un litre de vinaigre. Je ne pourrai jamais oublier çà de ma vie ! C’est alors que de toutes mes forces, je pris autorité sur eux au nom de Jésus-Christ. Je leur criai encore : "Éloignez-vous DE MOI PAR L’AUTORITÉ DE JÉSUS-CHRIST". Et ensuite j’ai invoqué l’aide du Seigneur de toutes mes forces avec une foi totale en disant : "SEIGNEUR OUVRE LES ÉCLUSES DES CIEUX ENVOIE-MOI TOUS LES ANGES QUE TU PEUX ET VIENS VOIR QUI EST ICI". Je me mis à les insulter et à leur crier après en prenant autorité sur eux par le nom de Jésus.

J’ai alors sorti de mon sommeil et aussi de mon lit et j’ai continué à crier et à prendre autorité sur eux en parcourant tout mon appartement. Je pouvais sentir la victoire comme jamais. Une victoire incroyable. Je suis convaincu qu’il y avait un carnage dans le monde spirituel et que cette forteresse qui minait ma vie et me rendait captif depuis si longtemps avait été totalement détruite. Alléluia !

 

Savez-vous quoi ? Devinez ! Et bien, je peux vous dire, que je n’ai plus jamais refait ces rêves bizarres, mais surtout que j’ai finalement commencé à vraiment marcher dans la victoire concernant mes désirs homosexuels. Je n’avais plus cette obsession pour les hommes. J’étais enfin capable de dire non à mes désirs. Il y avait encore des tentations bien sûr, mais je n’étais plus dominé par ces mauvais désirs. Je n’étais plus captif dans ce mal qui me rongeait depuis ma conversion en 1983 et surtout j’avais finalement compris ce qui en était la cause. Je me fortifiais donc de plus en plus dans le Seigneur et enfin, je me suis mis à vraiment grandir spirituellement. La chose la plus importante était de marcher dans l'obéissance chaque jour. La prière fervente, la lecture de la bible, l'adoration par la musique et les chants, le jeûne et me fortifier en allant à l'église aussi souvent que je pouvais. Il fallait aussi me débarrasser absolument de tout ce qui pouvait être une porte d'accès au diable.

 

Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde. Alléluia ! Ce n’est ni par force, ni par puissance, mais c’est par l’Esprit du Seigneur que nous avons la victoire sur le mal.

 

La mort de Tania

Puis enfin, le 6 janvier 2004, le jour de mes 40 ans, je me présente à mon travail aux services des ressources humaines pour leur faire part que je vais redevenir un homme. J’en profite pour témoigner du miracle que le Seigneur a fait dans ma vie. La madame responsable de mon dossier était vraiment touchée par mon histoire et elle se forçait à retenir ses larmes devant moi. Imaginez le choc pour tous mes collègues ! J’étais un homme, et tout d’un coup je suis devenu une femme et puis finalement j’annonce que je vais redevenir un homme. Ils ont dû se dire que ça ne tournait pas rond dans ma tête ! Croyez-moi, cela a été la chose le plus difficile pour mon orgueil que de leur annoncer que je redevenais un homme. J’ai été très humilié avec cela et je me sentais mal devant mes collègues et tout le scandale que j’avais causé. Toutefois, je le faisais par obéissance au Seigneur et c’est cela qui compte !

 

Le 14 janvier 2004 fut ma dernière journée complète en Tania! Je vous jure que c’était comme un véritable deuil. J’avais l’impression que j’étais condamnée à mort et que j’allais mourir ce soir-là. Je suis allé travailler cette journée-là et tout le monde allait me voir en tant que Tania pour la dernière fois. Je m’étais mis plus belle que d’habitude. J’ai beaucoup réfléchi cette journée-là et je me demandais ce qui m’attendrait. J’avais l’impression que je mourais pour la deuxième fois. Bernard était mort et là Tania devait mourir à son tour et enfin un nouveau Bernard totalement consacré au Seigneur allait renaître ! Wow ! Assez compliqué comme vie non ! Mais je devais faire confiance à Dieu et surtout lui demander qu’il me donne la force de passer au travers de cette épreuve. Puis le soir, j’étais bien triste et je me sentais comme dans un grand vide. Je n’arrivais pas à croire que bientôt c’était vraiment fini avec Tania ! Je me suis mise à essayer tout mon linge que j’avais et à me regarder pour la dernière fois dans le miroir.

 

Et puis en pleurant profondément, je me suis mise à enlever tout mon linge de Tania pour la dernière fois. En le faisant, j’ai dit au Seigneur ceci : ’Seigneur, donne-moi d’être aussi fier d’être un homme que je l’ai été d’être une femme’. Puis, une fois que j’avais tout enlevé, j’ai regardé la date et l’heure. On était le 15 janvier 2004 et il était 3:30 du matin. Tania était donc officiellement morte ! J’ai alors senti une grande paix et reçu une parole du Seigneur: "Je suis fier de toi". Je suis donc aller me coucher dans une grande paix et j’ai dormi comme jamais cette nuit-là.

 

Dieu est fidèle

Le lendemain matin, je me suis levé en réalisant que j'étais vraiment redevenu un nouveau Bernard. C'était vraiment spécial et miraculeux, car je me sentais réellement délivré et dans une grande paix! Je ne sentais pas d'angoisse et de sentiment de dépression comme j'aurais senti auparavant. Rappelez-vous, que je ne pouvais même pas faire deux jours en homme tellement je me sentais mal dans ma peau. Je devais toutefois aller me faire couper les cheveux cette journée-là, car j'avais encore mes cheveux de Tania. Cela était très difficile, car j'avais de très beaux cheveux et j'étais tellement fier de mes cheveux. C'était pour moi un gros sacrifice de le faire! Mais, je devais le faire par obéissance envers le Seigneur. Alors que je me rendais en auto chez ma coiffeuse à St-Eustache, je me mis à me rappeler l'un des évènements les plus tristes de ma vie ! Je me rappelais que sur cette même autoroute 15, deux ans auparavant, je me trouvais en auto avec Vanessa mon ex-femme et que j'écoutais un CD chrétien en espagnol qui m'avait tellement bouleversé, car je réalisais que je m'étais tellement endurci par mon péché que j'en avais même perdu la capacité de me repentir. Les paroles de la chanson disaient: "Renouvelle-moi Seigneur Jésus, je ne veux pas rester le même. Renouvelle-moi Seigneur Jésus, met en-moi ton cœur. Parce que tout ce qui est en moi a tellement besoin d'être changé Seigneur. Par ce que tout ce qui est dans mon cœur a tellement besoin de plus de toi!"

 

J'ai alors dit au Seigneur : «Pourquoi Seigneur, est-ce que tu me fais rappeler ce moment qui a été l'un des pires de ma vie". Le Saint-Esprit m'a répondu avec une grande intensité et une grande autorité en me disant: "Aujourd'hui, je te renouvelle ! , Aujourd'hui, je te renouvelle ! , Aujourd'hui, je te renouvelle !" J'ai été tellement touché par le Seigneur, que je me suis mis à pleurer de joie intensément et je me suis mis à glorifier le Seigneur de tout mon cœur en le louant à haute voix pour sa grande fidélité et sa grande bonté envers moi. Quel Dieu fidèle tu es Seigneur ! Comme ta bonté a été grande pour moi ! Comment tu as eu compassion de moi et surtout comment tu m'as délivré de l'abîme sans fond dans lequel je m'étais enfoncé ! C'est un vrai miracle que tu as fait pour moi ! Je te serai éternellement reconnaissant pour tout ce que tu as fait pour moi !

 

 

Je voudrais juste dire que Dieu est fidèle et qu'il ne permettra jamais qu'une de ses brebis se perde pour l'éternité. Aujourd’hui, je ne crois pas que l'on puisse perdre son salut. Bien sur, le Seigneur utilise la discipline et parfois le châtiment pour nous ramener à l'ordre et même la mort peut arriver si l'on persévère dans la désobéissance. Mais cela ne veut pas dire qu'on puisse perdre notre âme. L'amour de notre grand Berger est plus grand que tout pour nous ses brebis. Comme un père bienveillant pour ses enfants, Dieu fera tout pour nous ramener dans le droit chemin. Même si un enfant est désobéissant avec son père, jamais son statut d'enfant ne va changer, jamais il ne va cesser d'être son enfant et jamais un père ne va cesser d'être père. Il en va de même pour Dieu envers ses enfants. L'amour de Dieu est inconditionnel et donc ne dépend pas de notre performance. C'est ça que l'on appelle la grâce ! En tout cas, bien que je respecte votre opinion, si vous croyez à la perte du salut...et bien vous l'avez déjà perdu, car si votre salut est basé sur vos œuvres et votre performance eh bien désolé...mais vous avez déjà échoué. Le salut est basé uniquement sur l’œuvre toute accomplie de Jésus à la croix et c'est par la foi seulement qu'il s'obtient. De plus, à la conversion, Dieu nous a scellés du Saint-Esprit. Comment Dieu nous scellerait pour ensuite nous desceller à chaque fois qu'on abandonne, pour ensuite nous re-sceller du Saint-Esprit quand on revient ? Le Seigneur ne s'amuse pas avec nous et sa fidélité est telle qu'il va nous garder selon ses promesses.

 

Si on lui appartient vraiment, vous pouvez être garanti qu'il va tout faire pour nous ramener dans le droit chemin et cela, peu importe comment profond on peut s'enfoncer dans le péché et cela par ce qu'il est un Dieu tellement fidèle et d'une immense bonté et que son amour pour nous est d'une profondeur absolument indescriptible avec des mots humains. Son amour n'a pas de fin ! "Mes brebis écoutent ma voix; je les connais et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle, elles ne seront jamais perdues et personne ne les arrachera de ma main. Ce que mon Père m'a donné est plus grand que tout et personne ne peut rien arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes un." Jean 10.27-30

 

En tout cas, juste vous dire que quand je suis arrivé chez ma coiffeuse, j'étais tellement rempli du Saint-Esprit que ma coiffeuse était très touchée de voir et de sentir cette joie et cette présence du Seigneur en moi. Elle m'a serré dans ses bras avec une grande bienveillance. J'ai ensuite témoigné de ce que Dieu avait fait dans ma vie aux deux femmes qui étaient là et elles étaient très touchées de tout cela aussi. Une de ces femmes était une chrétienne rétrograde qui avait abandonné l'église. Elle m'a dit que mon histoire l'avait tellement touché qu'elle pensait sérieusement retourner à l'église. Gloire à Dieu ! Ce n'est que le commencement d'une grande oeuvre que le Seigneur va faire à travers moi.

 

Le plus difficile fut de me représenter de nouveau à mon travail en tant que Bernard. Comme je vous l'ai dit précédemment, au début c'était très humiliant de me trouver en face de mes collègues de travail. Mais je le faisais de tout mon cœur pour le Seigneur. Je sentais une grande paix en moi et le Seigneur voulait que je marche la tête haute et pas dans la honte. Après tout, ce n

Tag(s) : #TEMOIGNAGES