Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Concrètement, un homme qui se sent femme doit pouvoir accéder aux toilettes des femmes, et inversement.

La ville de New York a lancé une vaste campagne publicitaire qui a pour slogan : « Utilisez les toilettes qui correspondent à ce que vous êtes. Allez au-delà du bleu et du rose. »

Concrètement, un homme qui se sent femme doit pouvoir accéder aux toilettes des femmes, et inversement. Fort bien. Mais a-t-on pensé à l’inconfort de ceux qui, se sentant à la fois homme et femme, devront interrompre la miction commencée d’un côté pour la finir de l’autre ? A-t-on songé aux affres de ceux qui ne se sentiraient ni homme ni femme ? Sont-ils condamnés à se retenir jusqu’à ce que leur cœur parle ou a-t-on prévu à leur intention une troisième porte, celle des « sans opinion », comme dans les sondages ?

 

Trêve de plaisanterie. Cette mascarade serait simplement grotesque si elle ne révélait les progrès inquiétants d’une idéologie funeste.

Le 6 juin, le maire de New York décrétait dans un communiqué : « Personne ne mérite de se voir refuser l’accès à des toilettes ou d’être un objet de discrimination pour ce qu’il est. » Que chacun ait le droit de soulager sa vessie est une évidence. Qu’on autorise les hommes et les femmes à utiliser les mêmes toilettes publiques est discutable, mais défendable. Mais alors, pourquoi ne pas rendre ces toilettes mixtes ?

 

C’est qu’une fois encore, il s’agit en réalité moins de lutter contre une discrimination illégitime que de permettre à une minorité d’affirmer sa différence. Voire de l’imposer. De l’imposer aux regards en l’affichant ostensiblement, mais surtout d’ancrer dans les esprits l’idée que l’identité véritable d’un être humain (« ce qu’il est ») n’est nullement déterminée par son sexe de naissance mais par le seul sentiment qu’il a de son identité sexuelle, autrement dit par son « identité de genre ».

En fait, chacun est sommé, avant d’uriner, de nier la réalité biologique, naturellement discriminante — et les femmes qui se risqueront à utiliser un urinoir seront vite rappelées à cette réalité –, et de se demander s’il est un homme ou une femme. Les psychiatres, psychanalystes et autres psychologues ont encore de beaux jours devant eux…

 

Toute idéologie comporte un risque de dérive totalitaire : on le voit déjà poindre ici. L’administration Obama a publié une directive enjoignant tous les établissements scolaires de laisser les élèves utiliser les toilettes de leur choix. Obliger de facto les enfants, dès leur plus jeune âge, à se poser plusieurs fois par jour la question de leur identité sexuelle, et à y répondre publiquement, n’est pas les rendre libres et tolérants, mais les conditionner au prêt-à-penser, les inciter à épier et juger le choix de leurs camarades, et finalement quasiment les contraindre, insidieusement, à devenir transgenres.

 

Quelques dirigeants ont heureusement réagi. Le gouverneur de Caroline du Nord a ainsi fait adopter un texte imposant l’utilisation des toilettes publiques correspondant au sexe biologique. La justice fédérale a été saisie. Alors que les enfants rêvent à La Guerre des étoiles, Obama – comme s’il n’avait pas d’autres combats plus importants à mener – fait « la guerre des toilettes » (sic) : tout un symbole…

Professeur de Lettres

 

www.bvoltaire.fr

Tag(s) : #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES